Charlex's World

— Don Khone : le paradis des 4000 îles —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

 

Après cette boucle en moto sur le Plateau des Bolavens, nous avions besoin de repos. Vous allez sûrement vous dire « Quelle bande de flemmards » mais oui, voyager à long terme c’est fatiguant ! Nous avons donc décidé de nous diriger dans le Sud du pays, dans les 4000 îles.

 

Les 4000 îles, kesako ? C’est un ensemble d’îles sur le Mékong à la frontière du Cambodge. Y a-t-il réellement 4000 îles ? La grande question à laquelle nous ne pourrons pas répondre. En revanche, 3 îles sont habitées: Don Khong (la très très calme), Don Det (la festive) et Don Khone.

Don Khone: le meilleur des choix

Notre choix n’a pas tardé à se porter sur Don Khone et nous ne l’avons pas regretté ! Don Khone c’est beau, c’est calme… Don Khone c’est notre petit paradis ! Bien sûr, il n’y a pas de plage où l’eau est bleue turquoise et où tu peux te pavaner en maillot de bain, mais cette île nous a tellement plu que nous y avons posé nos sacs à dos pour une semaine. Au programme: repos, hamac, rencontre, hamac de nouveau, une BeerLao & tout de même quelques visites…puis hamac encore…

Tour de l’île à vélo

Quoi de mieux que de faire du vélo sur une île toute choue comme celle-là ?
Nous nous sommes donc lancés avec notre amie bretonne, Chloé, rencontrée quelques jours avant sur le plateau des Bolavens.

Les cascade de Khone Pasoy

Après une dizaine de minutes, quelques coups de pédale et un pont suspendu traversé, nous commençons notre tour par les cascades de Khone Pasoy. Ces dernières ont la particularité d’être gratuites ! Chose exceptionnelle dans un pays où tu dois payer pour voir un point de vue, une cascade, traverser un pont ou même pour garer ta moto. La vue sur ces cascades n’est pas exceptionnelle mais tout de même agréable. Cependant, il est assez impressionnant de voir le débit de ces chutes. On trouve également à cet endroit des nasses de pêcheurs par dizaines.
Nous restons un petit moment avant d’ enfourcher notre magnifique vélo, datant de l’époque de la Renaissance, qui couine à chaque seconde. Il est d’ailleurs assez amusant de découvrir un bruit nouveau toutes les dix minutes. On se croirait dans une Renault. En route, nous croisons quelques villageois qui ne manquent pas de nous saluer, des rires d’enfants, des buffles d’eau… Des scènes de vie simples mais qui ne manquent pas de nous ravir.

Le débarcadère de l’île

Le chemin se complique. Nous ne tardons pas à nous enfoncer dans la jungle et à traverser des ponts à moitié cassés. « Euh c’est sur ça qu’on est sensés pédaler ? Mmmmm » Il ne va pas sans dire que ce jour-là, nous n’avions pas l’âme de Mike Horn; nous avons poussé notre vélo… Petits joueurs !
Après avoir survécus à « l’enfer vert » (non, nous ne sommes pas marseillais!) nous arrivons au Sud de l’île, au débarcadère. La vue est sublime. Une vingtaine d’îlots de tailles différentes flottent sur le Mékong. C’est de cet endroit que partent les bateaux pour aller observer entre autres les dauphins d’eau douce. Alors, un petit tour en barque ? Non merci. Nous avons passé notre tour. Il faut savoir que ces dauphins sont une espèce menacée désormais alors qu’il y a encore quelques années leur nombre était considérable. L’afflux touristique a accru ce phénomène. Les bateliers, voulant absolument montrer flipper (un flipper Tchernobyl soit dit en passant) aux touristes, n’hésitent pas à se rapprocher de plus en plus de l’animal. Cette espèce étant très craintive, ils n’ont pas tardé à quitter leur lieu de vie pour se rendre plus loin en mettant leur vie en danger. Il n’en resterait désormais que 3 dans ce coin. Bref, voyagez responsable les amis !

Les cascades de Li Phi (ou Soumphavit)

Entre deux siestes, nous nous sommes également décidés à aller voir le must de cette île, accompagnés de Chloe. Motivés comme jamais, nous y allons tôt pour éviter les grosses chaleurs et pour avoir une belle luminosité… Le temps étant nuageux ce jour-là, pour les belles couleurs, on repassera. Cela dit, c’était quand même impressionnant.
Cette curiosité sauvage a été la proie de nombreuses légendes. Il semblerait que sous le chant des sirènes, de nombreux naïfs se jetaient à l’eau. Une eau si agitée que la noyade était assurée. Avec une telle légende, on comprend mieux l’origine du nom donné à la cascade. Une appellation qui se traduit par « gouffre des cadavres ».
Nous finirons notre journée affalés dans un hamac. Une fois de plus. Trop dur la vie.

La pêche sur le Mékong

Ceux qui nous connaissent savent qu’à chaque endroit où nous passons, la mission QG s’impose. Késako ? C’est simplement LA recherche du resto où nous mangerons bien midi et soir pour quelques euros. À Don Khone, nous n’avons eu aucune difficulté à trouver notre bonheur: le Tukta restaurant. Là-bas, nous avons eu le plaisir de rencontrer une famille très attachante et un voyageur hors du commun qui logeait sous leur toit pour quelques jours. Stéphane, c’est le genre de personne dont tu pourrais écouter les histoires sans te lasser. Stéphane c’est une personne qui voyage avec peu de moyens mais c’est une personne extrêmement altruiste envers les autres. Un jour, Stéphane nous a demandé si nous étions intéressés à partir pêcher avec le père de famille au lever du soleil ! Il ne faut pas nous le dire 2 fois ! Et c’est comme ça que nous avons été les premiers farangs à embarquer avec Phet.
Regarder le jour se lever sur le Mekong depuis une petite barque de pêcheurs, est un moment particulièrement magique. Phet pêche au filet, mais ce jour-là malheureusement le poisson n’était pas décidé ! Peu importe, nous avons adoré regarder le quotidien de ce père de famille à la gentillesse inégalable. Cette famille a peu de moyens et mène une vie très modeste. Afin de les aider un peu et suite à notre appréciation plus que positive de cette expérience, Stéphane a décidé de mettre en place cette activité avec Phet. Si vous souhaitez aider une petite famille et que vous cherchez de l’authenticité au cœur d’un endroit splendide, n’hésitez pas à venir rencontrer Phet et sa famille à leur restaurant ou pour une sortie pêche ! ( plus d’infos en fin d’article)

Les couchers de soleil

Parler de Don Khone sans évoquer ses fabuleux couchers de soleil, ça serait comme parler de la Suisse sans parler de fondue! (Oui, le manque de fromage commence à se faire ressentir, surtout en cette saison…) Tous les soirs (du moins ceux sans trop de nuages), depuis le pont qui relie Don Khone à Don Det , c’est un véritable spectacle auquel nous avons assisté. Des couleurs splendides, un ciel enflammé, un soleil couchant donnant au Mekong une couleur rose… Un must sur cette île à ne surtout pas rater !

Don Khone, un énorme coup de cœur

Le titre résume tout. Nous avons adoré Don Khone ! La vie est simple et paisible là-bas. Les rencontres faites sur cette île auront été exceptionnelles. Les amis, au plaisir de vous retrouver dans un coin du monde ! Il nous aura été très difficile de quitter ce si bel endroit mais comme nous devons tout de même avancer, ce sera notre dernière étape dans ce magnifique pays: Le Laos.

La photo de Teddy

Même Teddy a pris du bon temps sur les 4000 iles!

info28 INFOS UTILES

Transport: De Paksé à Don Khone: Nous vous recommandons de passer directement par une agence à Paksé. Cela vous fera gagner du temps et vous ne paierez pas beaucoup moins à le faire par vous-même. Le prix depuis l’agence Miss Noy est de 65’000 kip pour le bus et le bateau inclus. Le trajet dure environ 4h.
Logement: Noknoy guesthouse. Juste à coté du pont qui relie Don Det. Chambre propre, wifi faible (voire inexistant), SDB privée avec eau froide (et une très faible pression!) pour 50’000 kip la nuit. Et quand nous disons pression faible, c’est sans exagérer! Alex devait prendre sa douche avec le jet des toilettes pour avoir plus de pression, et à genoux car le tuyau était trop court…Nous vous déconseillons le restaurant par contre.
Nourriture: Le tukta restaurant! Une merveille! Petit resto tenu par une adorable famille. Les prix sont plus que corrects, c’est délicieux et les portions sont généreuses. Un vrai coup de cœur!
Activités: Prix de la cascade Li Phi : 35’000 kip/personne. Assez cher mais vu la taille des chutes, le prix était correct.
Location d’un vélo: 10’000 kip pour la journée.
Activité pêche avec Phet depuis le Tukta restaurant : 60’000 kip/ personne. Ce prix comprend le transport jusqu’à la plage, la sortie pêche au lever de soleil et un énorme pancake avec thé ou café à votre retour. Le départ se fait à 5h depuis le Tutka. On vous recommande +++

 

Si tu veux voir la vie rurale du Laos tout en étant dans un cadre splendide au milieu du Mékong, si tu te sens l’âme d’un cycliste et que tu es prêt à traverser une petite jungle, si tu souhaites rencontrer des gens exceptionnels, autant des touristes que des locaux, VIENS À DON KHONE !

 

A suivre: Le bilan et le budget du Laos avant de vous emmener dans un nouveau pays, le Cambodge !
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu