Charlex's World

— Baños – la ville des sports extrêmes —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Comme le titre de l’article l’indique , cette ville est connue à travers le pays par tous les amateurs de sports extrêmes , qu’ils soient équatoriens ou touristes. En effet , le nombre d’activités que l’on peut y pratiquer est impressionnant. Rafting , tyrolienne , vélo , canyoning , parapente , etc…faites votre choix !

Nous n’avons pas tout testé , mais nous pourrons vous renseigner sur au moins une de ces activités. Soyez patients , ça arrive.

56

Notre arrivée à Baños

Pour nous rendre à Baños , nous avons pris un bus depuis Latacunga en passant par Ambato.

info28 Infos utiles:

  • Le trajet Latacunga-Ambato coûte 1,15 dollar/personne.
  • Le trajet Amabato-Baños coûte 1,5 dollar/personne.
  • Au total , le trajet dure environ 4 à 5 heures.

 

Arrivés à Baños , nous nous mettons en quête d’un hôtel. Nous suivons le conseil de deux françaises que nous avions rencontré à Latacunga et nous rendons au Backpackers Balcones. Pour ce faire , l’emploi du taxi est obligé. Dans ce taxi , nous commençons à nous demander quand nous allons arriver. En effet , après 5 minutes de trajet on se dit qu’on est plutôt loin du centre…une fois arrivés devant , nous décidons de chercher autre chose afin de ne pas avoir à marcher 15 min à chaque fois que nous avons besoin de quelque chose. Sur notre demande , le chauffeur de taxi nous emmène dans un autre hôtel juste en face du terminal de bus : le Bienvenue Hotel.

Quelques mots sur cet établissement

De dehors , ça a l’air plutôt classe ! Une fois à l’intérieur , ça a l’air pas mal du tout non plus. Des lits confortables , une douche chaude , une chambre propre , une connexion internet potable , parfait. La première nuit se passe d’ailleurs très bien.

En revanche , la deuxième nuit fut autre chose…A 3 heures du matin , nous croyions qu’un Bachata national fan-club débarquait dans l’hôtel. Des gens gueulant comme des vendeurs de poisson sur un marché à la criée , écoutant leur musique pourrie à coin, courent dans les escaliers tel un troupeau de buffles en rut. Ils arrivent à notre étage et s’enferment dans une chambre , puis commencent à faire la teuf. On se dit : « ils viennent d’arriver un peu imbibés , ils vont se coucher ». Nous attendons donc 10 min , 20 min , les yeux grand ouverts toujours en écoutant ce doux brouhaha. Après 25 minutes , Alex pète un câble. Il se lève et , vêtu de son caleçon Batman et d’un t-shirt , sort en trombe dans le couloir prêt à démonter des mâchoires. Le comble ! Il se rend compte que ces abrutis sont dans la chambre juste à côté ! Il se met donc à tambouriner contre la porte tellement fort qu’il la démonte presque. Celle-ci ne tarde pas à s’ouvrir pour laisser entrevoir le minet d’une jeune demoiselle d »entre 16 et 18 ans. Qu’à cela ne tienne , elle ramassera pour les autres…Alex commence à l’engueuler en espagnol. Même si la syntaxe n’était pas forcément exacte , même Alex lui-même est étonné de la fluidité de ses propos sous le coup de la pression. Et ça a l’air de fonctionner ! La fille baisse l’échine et acquiesce sans même contredire ou demander de répéter. 2 minutes plus tard , le groupe descend. On se dit « enfin » , mais non…vu le volume continu du chant et des cris , ils doivent continuer ce qu’ils ont commencé dans le hall de l’hôtel…On se dit que le staff de l’hôtel va faire quelque chose , mais apparemment non…Quant à nous , nous tentons ensuite de dormir tant bien que mal avec nos boules-quies dans les oreilles. Même plus le courage de descendre pour leur mettre un pied au c***.

Le lendemain , nous décidons d’exposer notre problème à la réception en espérant un geste de leur part. Tu parles ! Absolument aucune compensation financière. Même pas la possibilité de garder la chambre quelques heures de plus en contrepartie. C’est tout juste s’ils ne nous demandent pas de payer pour garder nos sacs à la réception…

Nous finirons donc ce petit aparté sur cet note : l’hôtel est correct (surtout pour 10 dollars/personne/nuit) mais le service nécessiterait une sérieuse révision !

Cette parenthèse close , parlons maintenant de ce qui est attirant à Baños.

La Ruta de Las Cascadas

Pour ceux qui ne sont pas forcément de grands fans d’adrénaline , cette activité vous conviendra à 100%. Un matin , après avoir loué un vélo (ben oui un pour chacun , qu’il est con…) , nous partons tailler cette route dont nous avons tant entendu parler.

57

En effet , le long de celle-ci peuvent être visitées un certain nombre de cascades qu’on pourrait qualifier de belles pour certaines et de splendides pour d’autres. Alors oui , comme son nom l’indique , cela se fait pratiquement tout le long sur une route , mais le cadre est délicieux : une route plus ou moins tortueuse (majoritairement en descente qui plus est) au sein des montagnes recouvertes de jungle. Et par beau temps , quel pied ! Parmi les cascades auxquelles nous nous sommes arrêtés , deux méritent vraiment d’être citées : El Pailon del Diablo et Machay

La cascade Agoyan.

La cascade Agoyan.

21

La première est tout bonnement somptueuse. Après avoir posé le vélo sur un parking gratuit , nous descendons le chemin pour nous y rendre. Celui-ci descend assez raide et assez longtemps. Et là , en voyant tout le monde remonter en sueur , tu te dis que ce que tu descends maintenant , tu vas le regretter plus tard…une fois arrivé en bas , nous acquittons de la taxe d’entrée , puis atteignons la cascade tant attendue. Sa description se passe tout simplement de paroles…voyez par vous-mêmes !

22

El Pailon del Diablo.

Le selfie :-)

Le selfie 🙂

Le pont suspendu.

23

Après avoir admiré cette merveille et fait chauffer nos cuisses en remontant , nous enfourchons nos montures pour nous rendre au dernier stop : Machay. A ce moment-là , nous nous rendons compte que nous n’avons pas l’habitude de faire du vélo , car nos fesses n’ont pas l’air d’accord de vouloir remonter. Bref , après quelques coups de pédale , nous y voilà.

Mais à cet endroit , il y a une astuce. Merci beaucoup à nos amis Marielle et Fabien qui nous ont fait part du tuyau ! Au premier arrêt « Machay » , on nous demande de payer 1 dollar pour entrer. Cependant , nous pédalons une centaine de mètre plus loin jusqu’à un grand parking. Au fond de celui-ci se trouve une deuxième entrée pour la même cascade avec absolument aucune taxe d’entrée. Essayez cette combine en espérant qu’ils n’y remédient pas trop vite. Cependant , cette cascade vaut bien 1 dollar. Même si elle est moins impressionnante que la précédente , elle n’en reste pas moins majestueuse. Voyez plutôt.

27

La cascade Machay.

La cascade Machay.

Après cette journée bien remplie , nous prenons un camion-taxi dédié à ré-acheminer les cyclistes jusqu’à Baños depuis El Pailon del Diablo.

info28 Infos utiles :

  • Pour faire cette balade , vous pouvez louer un vélo dans n’importe quel magasin de sport de Baños à partir de 5 dollars/jour. Vous aurez besoin de laisser une pièce d’identité. Vérifiez bien votre vélo ! Car nous nous sommes rendus compte après coup que les nôtres n’avaient pas les roues droites et que celui d’Alain ne passait pas les vitesses. Ne vous attendez donc pas aux vélos de luxe…Vous aurez d’ailleurs droit au « sac qui pue ». C’est un petit sac qu’on vous donne avec à l’intérieur un kit de réparation et un cadenas. Et il pue vraiment vu qu’il n’a jamais été lavé depuis à peu près 500 ans.
  • Le camion-taxi depuis El Pailon del Diablo coûte 2 dollars/personne.
  • Prévoyez une bonne demi-journée pour faire ce tour. Il fait environ 20 km.
  • Le prix d’entrée pour le Paion del Diablo est d’1,50 dollar/personne.

 

El Vuelvo del Condor

Le jour suivant , nous partons faire cette attraction bien connue. Vous en aurez peut-être entendu parler. Il s’agit d’une grande balançoire vous propulsant au-dessus de la jungle. Même si nous avons trouvé la chose un peu chère pour ce que c’est , c’est relativement impressionnant !

41 40 42 43

59

info28 Infos utiles :

  • L’attraction coûte 10 dollars. Vous pouvez également faire la plus petite balançoire à côté pour 5 dollars , mais c’est moins impressionnant. les locaux vous diront d’ailleurs que c’est pour les gosses. Sinon , il y a toujours la Casa del Arbol un peu plus loin pour 1 dollar , mais bien moins grande.
  • Le taxi pour l’aller-retour coûte normalement 15 dollars , mais vous pourrez éventuellement descendre à 12. Ou sinon y aller à pied en 2 heures.

 

Nous en profitons pour glisser un message à Flo et Thom : défi relevé ! Vous pourrez voir la vidé sous la rubrique « Défis ».

La ville de Baños

Rien de spécial à dire à part que c’est une petite ville tranquille où il fait bon vivre. Si vous voulez manger bon marché , allez au marché au centre du village. Et si vous voulez boire une bière , nous vous conseillons le Mocambo à deux pas du marché. C’est un bar rock comme on en rêverait (enfin surtout Alex). Le staff y est génial et on peut même y faire un billard gratuitement.

La photo de Teddy

Notre Mascotte s’est envoyée en l’air avec nous ! Enfin  surtout avec Alain…

60

Entre farniente et dépense physique , amateurs de nature et de sport , rendez-vous à Baños ! Vous ne serez pas déçus et ne repartirez peut-être jamais.

 

Au prochain article , nous changerons complètement de décor et vous emmenons sur la côte de l’Equateur , à Puerto Lopez. Et on vous réserve quelques surprises…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu