Charlex's World

— De Bohol à Panglao: tarsiers, rats & chocolat—

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Comme vous le savez peut-être, les Philippines sont constituées de plusieurs milliers d’îles. Nous en avons donc exploré très peu, mais essayons d’avoir un aperçu des principales d’entre elles. Après Palawan, Luzon et Cebu vient donc le tour de Bohol. Cette île de taille considérable fait partie de l’ensemble d’îles portant le nom de Visayas. Nous y avons donc passé une semaine et vous narrons tout cela ci-dessous.

La belle rivière de Loboc

Comment y accède-t-on?

Rappelons que nous nous trouvions à Moalboal précédemment, avec nos amis les Willox. Nous avons donc décidé de tous nous rendre à Bohol ensemble. Et cela nous a pris une bonne et longue journée. Après le bus jusqu’à Cebu City, nous avons pris un ferry, puis encore un taxi pour nous rendre à Loboc, petit village sur Bohol. Tous les détails se trouvent en fin d’article.

Loboc

C’est qui ce Loboc? Ce n’est pas une personne, mais un petit village sur l’île de Bohol, quelque peu à l’intérieur des terres. Il y fait bon vivre et c’est l’endroit parfait pour se relaxer. Nous avons séjourné dans un ensemble de bungalows en bambou en bord d’une rivière au beau milieu de la jungle. C’était sommaire, certes, mais nous étions bien. Enfin, si nous mettons de côté le talent inné des Philippins à foirer les réservations. Pour la petite histoire, aussitôt arrivés sur place, nous demandons à avoir nos chambres. On nous demande :

  • Ah, vous avez réservé?
  • Ben oui, un peu qu’on a réservé…Sur Agoda, il y a deux jours déjà!
  • Ah oui, mais le problème, c’est qu’on avait pas l’ordi. Du coup on a pas vu.
  • Ah ben c’est balot, ça….Et qu’est-ce que vous voulez que ça nous fasse? On fait quoi nous? On pionce sur le gazon?
  • Le problème c’est que tous les bungalows sont pris. Si vous voulez, je peux vous mettre dans un chambre à 4.
  • On a déjà payé pour deux chambres séparées alors on ne veut pas une chambre à 4…

Et là, il insiste pour nous mettre dans la même chambre et nous continuons de refuser.
Bref, nous avons finalement trouvé une solution, mais tout ça pour dire que c’est le 3ème fois que ça nous arrive dans ce pays, et que ça commence à clairement nous gonfler. Nous donnerons donc un conseil à tous ceux qui voyagent aux Philippines: réservez votre hôtel par téléphone ou par mail! Ça vous évitera ce genre de problème. Vous risquez d’y passer un moment vu le nombre de numéros non fonctionnels, mais ça sera plus sûr!

Notre magnifique salle de bain avec le toilette poly pocket.

Sinon, le cadre était vraiment relaxant, même si le restaurant de l’hôtel laisse à désirer. Notez également les toilettes format nain de jardin, très difficiles d’utilisation pour Alex mais de format idéal pour Charline. D’autre part, les rats courant dans les murs de notre chambre la première nuit ont tenu Charline quelque peu éveillée, et l’araignée de taille relativement imposante se trouvant sur le mur du bungalow a bien failli lui provoquer une crise cardiaque. Comme nous le disions, c’était sommaire! 🙂

Paysage au bord d’une route

Sinon, qu’est-ce qu’on fait à Loboc? Hé bien dans le village même, pas grand chose, mais à proximité se trouvent quelques attractions. Et quel moyen on utilise pour se déplacer ici?

Le scooter bien sûr! Nous sommes donc partis tous les 4 sur nos bolides en commençant par …

Les tarsiers

Cékoiça? Un tarsier, c’est une petite bestiole qu’on ne trouve qu’à de rares endroits en Asie du Sud-est.C’est une espèce de petit primate, d’une quinzaine de centimètres, vivant suspendu aux branches dans une zone protégée. Il est possible de leur rendre visite, mais il faut rester à distance et être silencieux, car…attention, tenez-vous bien…ces bêtes sont très émotives et suicidaires. Ainsi, un choc émotionnel trop fort peut provoquer leur chute volontaire de leur branche la tête la première afin d’en finir. Adieu, monde cruel! Comique, non? En tout cas, tout ce qu’on peut dire, c’est que c’est trop mignon!

Les Chocolate Hills

Littéralement traduit les « collines en chocolat », cet ensemble de collines est assez surprenant. En effet, elles sont alignées sur une surface très étendue et sont toutes de forme conique. Elles s’étendent à perte de vue! Leur nom vient du fait qu’elles prennent une couleur brunâtre durant une certaine période de l’année. Et personne ne sait vraiment à quoi est due la forme qu’elles ont toutes. Le point de vue offre une vue panoramique très belle, même s’il faut la partager avec bon nombre d’autres touristes. A noter que ça donne bien mieux en photo qu’en vrai! Non pas que ce soit vilain, mais ce n’est pas non plus transcendant. Peut-être aurions-nous plus apprécié si nous avions du faire une randonnée pour avoir cette vue plutôt que de monter à un point de vue en scooter.

La ferme de papillons

Nous avions déjà eu l’occasion de visiter une ferme de papillons en Equateur, à Mindo précisément. 8 mois plus tard on remet le couvert à Loboc. Bien que plus petite que l’autre, nous avons tout de même apprécié la visite. En même temps le contraire serait étonnant étant donné la beauté de ces papillons. C’est toujours un plaisir de photographier ces petits êtres colorés! De plus, nous avons appris quelque chose grace à cette visite. Quelque chose qui te permet de briller en soirée. L’acte sexuel des papillons dure tout de même 24 heures! Petit mais costaud!

Panglao

Suite à ces quelques jours à Loboc, nous nous sommes dirigés sur Panglao, plus précisément sur Danao Beach. Roxane ayant prévu d’y passer son PADI Open Water, nous les avons accompagnés dans le but de permettre à Alex de plonger un peu. A ce qu’il parait, les fonds marins s’y trouvant valent le détour.

Le transport jusque-là était assez comique. Etant donné que nous sommes de vrais voyageurs dur-à-cuire (Toi, là, au fond! Qu’est-ce que t’as à rire comme ça?), nous avons pris les transports locaux, soit des jeepneys. Un jeepney est un bus du style des vieux bus scolaires américains (en plus petit), réaménagé avec une banquette de chaque côté d’une allé principale. En arrivant sur place, nous nous retrouvons devant un jeepney rempli à bloc. Nous nous disons que le chauffeur va nous faire monter sur le toit. Eeeeeeeet non! Quand il n’y a plus de place, il y en a encore! Il nous sort des petits tabourets en bois à disposer dans le couloir central, sur lesquels nous serons assis dos à dos. Ce petit trajet fut donc folklorique.

Cosy, n’est-ce pas?

A Panglao, nous avons tout de même souhaité loger loin d’Alona Beach, repaire de fêtards connu aux Philippines, ce qui implique beaucoup de bruit et des prix relativement élevés. Ainsi, nous avons logé au Calypso. Et un + de cet hôtel : un labrador de taille démesuré s’y trouve; nous n’avons surnommé « Obé » (Obélix) vu le surplus de graisse qu’il transporte. La patronne affirmait le nourrir une seule fois par jour, mais elle omettait de dire qu’elle lui donne un seau complet de restes par jour. Autant dire que ce chien n’est pas très sportif, mais il dépense toute son énergie à demander à manger et des câlins.

La plongée à Panglao

Comme dit plus haut, Alex en a profité pour explorer les fonds marins de la zone. Accompagné de Will, il est allé plonger dans le secteur de Balicasag, une île au large de Panglao. Ce que nous pouvons dire, c’est que les fonds marins y valent le détour. Chaque spot de plongée a sa particularité. Alex et Will ont pris l’option une journée/2 plongées. La première s’est faite le long d’une énorme falaise sous-marine dont on ne voit même pas la fin. Ce mur offre un refuge de qualité à de nombreuses créatures marines de taille réduite. Poissons de toute sorte, murènes, hippocampes, etc. Vous avez le choix. Sans parler des coraux multicolores absolument fabuleux. Un régal pour les yeux.

Crédit photos: Go Scuba.

Les racailles des fonds marins.

La deuxième plongée s’est également faite le long d’une paroi, avec l’avantage de nous laisser transporter par un courant. Autant dire que ce n’est pas à ce moment-là qu’Alex s’est physiquement dépensé…La faune marine y était tout aussi riche. Quelque chose de nouveau a pointé le bout de son nez cette fois, cependant: des tortues de mer. Malheureusement, celle que nous avons vue était trop loin pour être photographiée.

A tous les plongeurs passant par là, allez explorer ces fonds marins. Cela en vaut la peine.

Alors qu’a-t-on pensé de Bohol?

Nous n’avons de loin pas visité la totalité de l’île, mais ce que nous avons vu nous a plu. Que ce soit pour séjourner quelques jours dans la jungle, voir des beaux paysages ou de magnifiques fonds marins, c’est une destination de choix. Retenez toutefois que cette de partie de Bohol est très touristique (un peu trop…)!

La photo de Teddy

Au prochain article, nous visitons une destination imprévue, mais qui semble avoir tous les atouts pour attirer les voyageurs: Pamilacan.

 

info28 INFOS UTILES

Transports:

  • Bus Moalboal – Cebu City : 115 pesos pour 4h de trajet environ.
  • Pour aller du terminal au port, prenez un taxi.
  • Ferry Cebu City – Tagbilaran: 350 pesos. Ajoutez encore la petite taxe de 25 pesos pour accéder au quai, puis 75 pesos en plus pour le bagage. En soit, payer 75 pesos pour qu’un type  nous porte notre sac sur 100m nous a fait quelque peu enrager, mais nous n’avons pas vraiment eu le choix…
  • Taxi Tagbilaran – Loboc : 400 pesos. Hé oui, vu que nous étions 4, nous nous sommes permis une petite folie. Sinon, les jeepneys coûtent 25 pesos. Il suffit de sortir du port et de se rendre au terminal dans la ville.
  • Jeepney Loboc – Tagbilaran : 25 pesos pour 45 min de trajet. Le jeepney passe toutes les 30 min et s’arrête sur demande au bord de la route.
  • Jeepney Tagbilaran – Panglao : 27 pesos pour un peu moins d’1h de trajet. Vous risquez d’être un peu serrés!
  • Location d’un scooter à Loboc et à Panglao: entre 350 et 400 pesos la journée.

Hébergement:

  • A Loboc: Nipa Hut Village, 627 pesos le bungalow sur Agoda.
  • A Panglao: Calypso, entre 890 et 990 pesos la nuit, prix comprenant la mise à disposition d’un scooter pour la durée du séjour. Les chambres sont grandes, avec SDB privée sans eau chaude. D’autre part, on y mange bien pour pas trop cher.

Nourriture:

  • A Loboc: nous nous sommes régalés à la Village Pizza. comptez 250 pesos pour une pizza moyenne, et c’est les vaut!

Loisirs et excursions:

  • A Loboc:
    • Canoë ou paddle sur la rivière: hors de prix! plus de 800 pesos l’heure! On en revenait pas. Et c’est pareil partout.
    • Les tarsiers: la zone protégée les abritant se trouve le long de la route principale remontant vers le Nord depuis Loboc. Le prix d’entrée est de 60 pesos et le centre ferme à 17h.
    • Les Chocolate Hills : l’entrée coûte 50 pesos. Vous pouvez parquer votre véhicule presque au sommet de la colline, avant de grimper quelques marches pour atteindre le sommet.
  • A Panglao (plongée):
    • Avec Go Scuba (sur la plage d’Alona Beach), comptez 3’250 pesos pour une journée de deux plongées et 4’750 pour trois plongées. C’est le moins cher que nous ayons trouvé et le matériel était tout à fait correct. Thé et café sont fournis sur le bateau.
    • Si vous voulez passer votre PADI en français, vous pouvez vous renseigner auprès du club Equation diving sur Danao Beach offrant les services d’instructeurs francophones. Le staff est sympathique, le club se trouve quelque peu en dehors de la ville, ce qui offre un joli cadre. En revanche, les prix sont plus élevés qu’ailleurs. Pour l’Open Water, comptez 20’000 pesos, et 5’900 pour une journée à 3 plongées.
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu