Charlex's World

— Le plateau des Bolavens —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

La moto, c’est coooooool! C’est pour nous le moyen de transport qui nous donne la plus grande sensation de liberté. Tu vas où tu veux, quand tu veux, à la vitesse que tu veux et avec qui tu veux! C’est pour cette raison que nous avons décidé de nous aventurer sur le tour du Plateau des Bolavens, au Laos. Oui enfin, c’est vrai que sa réputation et le fait que tout le monde n’en dit que du bien nous a aussi aidés à nous décider…

Notre arrivée à Pakse

Hé bien tu vois Jamie, c’est très simple! Mais avant tout, pourquoi Pakse? Simplement car c’est la base de départ pour ce tour et que les motos se louent là-bas.

Rappelons-le, nous étions auparavant à Vang Vieng. Nous avons donc fait le trajet en bus depuis là en faisant une escale à Vientiane. C’est un loooooooong trajet, mais le bus entre Vientiane et Pakse est un bus de nuit (ça faisait longtemps, dis-donc ! Ça nous manquait presque !). Nous avons fait une escale d’une après-midi, car le bus pour Pakse ne part de Vientiane que dans la soirée. Cela nous a donc permis de faire une visite éclair d’un restaurant dans cette ville après avoir posé nos sacs au terminal de départ pour Pakse. Pour tous ceux qui voudraient faire ce trajet, allez voir les infos utiles. Ça pourrait vous être….utile.

Le bus couchette, la classe!

Bilan de la nuit en bus: pas une seconde de sommeil pour Charline et quelques heures pour Alex. Et une énorme envie de toilettes pour tous les deux! A noter que le bus balance quand même pas mal, mais nous avons vu bien pire.
Coup de bol en arrivant dans le centre de Pakse: on nous dépose juste en face de l’agence de location de motos où nous voulions aller, et ils viennent d’ouvrir. Nous en profitons pour réserver directement une moto pour le lendemain. Le patron nous donne rendez-vous le soir-même pour un briefing sur le tour à moto qu’il fait tous les jours pour ceux que cela intéresse. Nous y reviendrons. Nous partons ensuite en quête d’un logement et trouvons la Sakhone Guesthouse à 200m de là. Nous la recommandons à tout le monde. C’est propre, neuf et pas cher!

Après une bonne sieste, nous partons en quête d’un QG (un restaurant que nous squatterons jusqu’au bout s’il est bon) et tombons sur le Daolin. Ok, là, nous sommes amoureux. Allez y faire un tour, vous ne serez pas déçus.

Miss Noy

Voici l’agence de location de motos la plus connue de la ville. Pourquoi? Car le patron, un belge, prend le temps de faire un briefing tous les soirs sur le tour du plateau (petite et grande boucle) afin de s’assurer que personne ne rate rien. Et c’est un sketch plutôt marrant, ce type (et rien à voir avec sa nationalité – nous n’oserions pas, voyons)!

Bref, ce mec fait le tour d’absolument tout. Les cascades bien sûr, mais aussi les guesthouses, les routes à éviter, etc. En dehors de cela, il est aussi à disposition en cas de problème de toute sorte. Mais allez-y vite, car nous nous sommes retrouvés à plus de 20 au briefing du soir alors que le matin même, nous étions les premiers à nous inscrire à 7h. Malheureusment, il n’y avait pas assez de motos pour tout le monde et certains ont dû aller voir ailleurs.

Si vous voulez plus d’infos, allez en fin d’article.

Le Plateau des Bolavens

Et voilà. Le lendemain, c’est parti! Juste avant de partir de la guesthouse, nous demandons au réceptionniste s’il est possible d’y laisser nos gros sacs quelques jours. Apparemment, nous n’avons pas vraiment dû être assez clairs…En premier, il nous répond qu’il n’a pas de casiers sécurisés (De cette taille? Vraiment? Tu m’étonnes). Nous lui répondons qu’on s’en fiche, des casiers…Que nous voulons juste laisser nos sacs. Et là, il nous dit dans un anglais très approximatif « Mais vous allez faire un tour en moto, non? Hé bien amenez-les à l’agence, ils ont un parking. » Heu….Franchement là, nous devons avouer ne pas avoir su quoi répondre. Il nous a clairement cassés!
[Alex dans sa tête : mais il est sérieux ou il se paie notre tête?]

Sur ce cassage ultime, nous partons chez Miss Noy. Après avoir posé nos gros sacs, nous enfourchons notre fidèle destrier (que nous appellerons Jean-Eudes) et nous en allons dans le soleil couchant. Ok, le soleil couchant c’est de la frime vu qu’il est 9h du mat…

A noter que nous partons pour la grande boucle, soit un minimum de 3 jours/2 nuits. Nous prévoyons de faire cela en 4 jours/3 nuits.

Jour 1 : taillage de route jusqu’à Tad Lo

Environ 90 km. La route est en bon état, agréable à rouler. Le temps est au beau fixe. Alex est au guidon et Charline, cheveux dans le vent, reste muette d’admiration devant la maîtrise de ce véhicule dont Alex fait preuve. Elle admire en réalité bien d’autres choses également telles que sa beauté, sa force, son intelligence et sa modestie.

Mr. Vieng

Sur la route, nous nous arrêtons chez Mr. Vieng sur conseil du patron du Miss Noy. Il tient un plantation de café qu’il fait visiter à qui le souhaite. Certes, Mr Vieng est extrêmement sympathique et parle assez bien anglais, mais nous déconseillons la visite de la plantation. Nous avions déjà fait une telle visite en Colombie et nous avions appris énormément de chose. Là, le type te balade dans sa plantation, t’explique une ou deux choses, te fait manger des fourmis rouges et hop! 15’000 kips, par ici la monnaie….En revanche, nous vous conseillons de vous arrêter pour y boire un café. Il est excellent!

Tad Lo

Ce petit village est tout ce qu’on peut imaginer d’un village de campagne laotien, les hôtels en plus. Il est très agréable d’y passer une nuit ou deux, de préférence avec vue sur la rivière, et d’en explorer les environs.

 

3 cascades se trouvent à proximité : Tad Lo, Tad Hang et Tad Soung.

  • Nous partons visiter Tad Soung en premier. Après avoir payé le parking, nous descendons quelques marches et y arrivons. La cascade en elle-même ne casse pas la baraque mais son sommet offre une belle vue sur les environs. 10 minutes plus tard, nous remontons au parking et on nous demande notre ticket de parking. Comme si elle ne se souvenait pas qu’on venait d’arriver. Nous ne doutons pas que nous aurions du repayer un autre ticket si nous ne l’avions plus. Hé oui, ils sont comme ça ici…Faites gaffe où vous le mettez!
  • Tad Hang : celle-ci étant proche de notre guesthouse, nous y allons à pied après avoir parqué la moto. Ah! Voilà qui est mieux! Pas bien grande, mais très jolie!
  • Tad Lo : Celle-ci se trouve à 10 min à pied de Tad Hang. C’est pour ça que nous avons pris le scooter. Mais non, j’déconne! Cette cascade vaut le coup d’oeil. Elle est plus large et plus imposante. C’est pour nous la plus belle de ces trois cascades.

Après la visite de ces cascades, nous retournons au village manger une morce.

Mama Pap:

Si vous avez faim, venez ici! Les plats de nouilles au poulet sont tellement énormes que ça déborde de l’assiette. Et c’est pas mauvais! Mama Pap est connue pour ses pancakes. Et nous confirmons: ils valent le détour! Mais pour nous la vraie révélation n’est pas là. C’est plutôt le shake aux oréos. Une tuerie! Et c’est pas cher en plus. Nous avons également découvert le Lao mojito qui promet une belle gueule de bois en quantité suffisante, surtout vu comme Mama les charge!

Le bain d’éléphants:

Nous avions entendu parler de la possibilité d’assister au bain des éléphants dans la rivière chaque jour à 16h30. En gros, après s’être fait monter dessus toute la journée par des blaireaux de touristes n’ayant aucun respect pour ces animaux, ils ont droit à un petit bain en liberté, et ça se passe devant le Tad Lo Lodge. En arrivant sur place, nous nous rendons compte que les éléphants ne sont pas du tout en liberté. Les cornaks restent sur leur dos et se mettent même debout sur leur tête pour les forcer à la plonger entièrement…Mouais….pour le respect de l’animal, on repassera. Ensuite, ils sont simplement enchaînés à leur emplacement et nourris devant les touristes et leurs appareils photo. Quel spectacle! Bref, ça fait un peu mal au coeur.

Saylomien Guesthouse: on déconseille!

C’est là où nous avons dormi. Certes, ces petites bungalows sont en bord de rivière dans un joli cadre. Ils sont rudimentaires mais ont électricité, moustiquaire, hamac et SDB commune.

En revanche, certaines choses ne nous ont pas plu:

  • Les tenanciers sont aimables comme des portes de grange. Nous ne savons pas si c’est juste avec nous, mais c’était pas très agréable.
  • « Y a pas d’eau. » Non sans blague! Le matin avant de partir, nous voulions forcément nous doucher ou au moins nous brosser les dents. Et là, y a pas d’eau. Dans toutes les salles de bain ou toilettes…Et quand nous allons demander si le problème peut être réglé, on nous dit « Tu peux te servir du bidon d’eau croupie, là, ou aller dans la rivière ». Nous ne sommes pas difficiles, mais quand nous payons 50’000 kips un bungalow, nous espérons au moins pouvoir faire ces choses normalement…Généralement, pour 50’000 kips, Tad Lo (LOOOOOOL)!

Jour 2: Fails Day!

Ce jour-là, nous alignons les échecs. Nous avions donc décidé de parcourir la grande boucle. Et c’est en partant de Tad Lo que les deux routes se séparent. Allez hop! Après un pancake et un oreo shake chez Mama Pap, nous enfourchons Jean-Eudes et taillons la route.

Fail n°1:

Notre premier objectif est l’usine de fabrication de la soie qui vaut apparemment le détour. Petit détour qui soit dit en passant se parcours le long du piste bien terreuse et caillouteuse. Là-bas nous attend une surprise du style de celles auxquelles nous sommes maintenant habitués : une fermeture exceptionnelle. Essayé, pas pu…

Fail n°2:

On nous avait dit « ne vous inquiétez pas, il y a des distributeurs de billets partout ». Après vérification sur Maps.Me, cela semble confirmé. Mais apparemment, ce n’était pas suffisant…A court de fric, il nous faut nous arrêter pour en retirer. Nous essayons TOUS les distributeurs sur la route (soit 4…) avec nos 3 cartes (Visa, Maestro et Postfinance) et pas un seul ne fonctionne! Pour info, ce sont tous des distributeurs de la Lao Development Bank. Une banque très certainement pourrie…Nous nous trouvons donc avec peu d’argent au point le plus reculé de la boucle. Il faut donc la jouer serré, car il n’y a pas grand chose dans ce coin-là!

Soit dit en passant, la cascade de tad Faek ne casse pas trois pattes à un canard…

Tad Faek

Fail n°3:

On nous avait parlé d’un ensemble de bungalows à Tad Faek, en bord de la cascade, pour 50’000 kips la nuit. Une obligation pour nous vu qu’il ne nous reste que 170’000 kips et qu’il faut encore manger le jour même et le lendemain et faire le plein. En arrivant sur place, nous nous trouvons face à un ensemble de 3 bungalows moisis et l’accès au site est bloqué par un grillage et un portail avec cadenas. Et personne en vue! Après 30 minutes, le type du péage (qui nous voyait depuis le début) se décide à venir nous ouvrir. Alex va voir le bungalow et revient en disant « on se tire d’ici ». Et pour qu’Alex fasse cela sans demander l’avis de Charline, c’est que c’est vraiment pourri. Les bungalows font en gros la taille d’un lit et n’ont ni moustiquaire, ni chaise ou table sur la terrasse (et on ne parle pas de hamac, là). Quant à la salle de bain, ben….il n’y en a pas! Simplement une micro pièce d’eau munie d’un petit robinet et d’un seau. Et nous ne parlons pas du fait que le portail est fermé à clé la nuit et qu’il n’y a absolument rien pour manger dans cet endroit. Tant pis, nous irons voir plus loin.

Petite pause de fails:

Après Tad Faek, nous nous rendons à Tad Sé Noy (ou Tad Houa Krone). Là se trouvent des cascades bien plus belles. De plus, l’endroit est idyllique. Un ensemble de bassins bordés par une végétation peu dense et enjambés par des passerelles permettant de les explorer. Le resort qui se trouve là est magnifique, mais un peu cher (70’000 kips la nuit en tente, après réduction svp!)

Fail n°4:

Un peu plus loin que Tad Faek, de la route part une piste qui permet d’aller voir des cascades relativement belles, à ce qu’on dit. Mais pour cela, il faut se farcir 20 km de piste et plusieurs heures de marche. Vu qu’il est déjà 15h, impossible aujourd’hui. Nous décidons d’aller jusqu’à Ban nong Oy, un village se trouvant à l’endroit ou la piste se termine et rejoint la route. Notre idée est de faire la piste en sens inverse le lendemain pour aller voir ces cascades.

Arrivés au village, nous nous disons que nous allons bien trouvé un petit taudis pas trop cher où passer la nuit. Manqué! Le bled ne comprend que deux hôtels qui demandent 80’000 kips pour une nuit, soit un prix que nous n’avons jamais payé au Laos…

Ça se passe comment au niveau des nids de poule sur la route?

Ca y est, c’en est trop. Nous faisons une croix sur les cascades et la piste et décidons d’aller passer la nuit à Paksong, puis de rentrer à Pakse le lendemain. Paksong est une ville relativement immonde où il n’y a rien à faire à part passer la nuit. Et pour trouver un hôtel dans nos prix, c’est un combat! Tout se monnaie à coût de 80’000 kips la nuit au minium! Nous finissons tout de même par trouver une guesthouse dans nos prix : la Simmalli guesthouse.

L’arrivée à Paksong nous enlève un poids. Nous pouvons y retirer de l’argent!

Jour 3: le retour au bercail

L’objectif ultime de cette journée est d’atteindre Pakse. Mais sur la route se trouvent plusieurs cascades qui valent le détour. Nous en avons visité 3.

Tad Yuang:

La première de la liste. Elle se trouve à 400 m de la route au bout d’une piste. A l’accueil, une dame pas très aimable (pour rester polis). Charline doit lui crier « Sabai Dee » (Bonjour) 3 fois à 20 cm du visage pour qu’elle daigne répondre avec un sourire on-ne-peut-plus hypocrite. Suite à cela, elle « oublie » de nous rendre 50’000 kips sur le prix de l’entrée. Heureusement pour elle, nous avons « oublié » de lui dire notre façon de penser. Mais le spectacle en vaut le détour. Cette cascade est magnifique.

Tad Champee:

Deuxième arrêt. Après s’être acquittés de la taxe et avoir descendu un escalier un peu escarpé, nous arrivons face à une cascade moins haute que la précédente mais tout aussi ravissante. On peut même s’aventurer derrière ou se rendre au milieu du bassin à l’aide d’un radeau. Choses que nous n’avons pas faites car rappelons-le, nous sommes au Laos et nous avons la flegme. 🙂

Tad Fan:

Cette cascade se trouvant un peu plus loin, dans l’enceinte d’un resort, est la plus haute de la série que nous avons visité. Nous l’avons observée depuis le point de vue en face. Elle est impressionnante, même de loin!

Après cette série de cascade, nous chevauchons fièrement Jean-Eudes jusqu’à Pakse où il sera rendu à son propriétaire. Bref, nous avons fait le tour du Plateau des Bolavens!

La photo de Teddy

 

info28 INFOS UTILES

De Vang Vieng à Pakse:

  • Bus Vang Vieng – Vientiane: 40’000 kips pour 4h de trajet. A Vang Vieng, ne vous fatiguez pas à aller au terminal. Prenez vos billets à la superette du coin. Vous y gagnerez peut-être même de l’argent (nous avons comparé) et ça vous évitera de vous déplacer.
  • Bus Vientiane – Pakse: 170’000 kips (négociés à 150’000) pour 10h de trajet. Ce sont des bus couchettes. Si si! Elles sont sensées être pour deux, mais pas très larges. Essayez donc de faire le trajet avec quelqu’un que vous connaissez. Ça vous évitera des attouchements nocturnes! Nous avions une couverture qui nous fut suffisante pour la nuit.
  • L’escale à Vientiane:
    • Premier point: le Lonely Planet dit que les billets Vientiane – Pakse peuvent s’acheter à la Central Bus Station. C’est vrai. Mais ce qu’il ne dit pas, c’est que le bus part quand même de la Southern Bus Station à un peu moins de 10km de là…Heureusement, des bus locaux (le num 29 par exemple) relient les deux terminaux pour 5’000 kips/pers. A noter que ce nom est complètement débile vu que ce terminal est tout au Nord de la ville. Et où est le terminal Nord? Ben à l’Ouest, voyons. C’est logique!
    • Ne faites pas le même erreur que nous! Nous sommes allés poser nos sacs au terminal Sud et acheter nos billets pour ensuite retourner dans le centre pour manger avant de retourner au terminal. Ca ne coûte pas grand chose si on fait ces trajets en bus, mais il n’y en a pas tout le temps et les tuk-tuks en profitent bien! Après réflexion, nous aurions du prendre nos billets dans une agence de voyage dans le centre de Vientiane. Au final, nous n’aurions sûrement pas perdu grand chose et cela nous aurait évité de faire ces allers-retours étant donné qu’on serait venu nous chercher à l’agence.
  • Taxi à Pakse du terminal jusqu’au centre : 10’000 kips/pers.

Pakse:

  • Sakhone guesthouse: 60’000 kips pour une chambre double avec SDB commune (eau chaude). C’est tout neuf, propre et très agréable.
  • Où manger: le Daolin restaurant, un must! Surtout le Duck Koy!
  • Chez Miss Noy:
    • Prix de la location d’une moto semi-automatique : 60’000 kips/jour, à payer au retour
    • Le briefing se fait en général à 18h.
    • Miss Noy vous fournit une carte A4 du tour.
    • Contrairement à beaucoup d’autres loueurs, Miss Noy prend en charge tous les coûts en cas de panne ou de crevaison. Et en cas de vol sur un parking payant, ils se déplacent pour vous sortir de la m…

Le Plateau des Bolavens:

  • Mr Vieng:
    • Prix de la visite: 15’000 kips
    • Prix du café: 10’000 kips
    • Prix des fourmis: gratuit
  • Tad Soung: 5’000 kips pour le parking.
  • Usine de fabrication de soie et de thé:
    • Horaires: 8h à 17h sauf le dimanche
    • Prix de la visite: 15’000 kips
  • Tad Faek: 5’000 kips pour le parking
  • Tad Sé Noy: gratuit
  • Simmali Guesthouse: 60’000 kips la nuit avec SDB privée (eau chaude) et wifi.
  • Tad Yuang: 5’000 kips pour le parking et 10’000 kips l’entrée/personne.
  • Tad Champee: 3’000 kips pour le parking et 5’000 kips l’entrée/personne.
  • Tad Fane: 3’000 kips pour le parking et 5’000 kips l’entrée/personne.
  • ATTENTION! Retirez de l’argent en suffisance si vous faites la grande boucle et parquez votre véhicule sur un parking payant partout! Les vols sont très fréquents. Et en cas de vol sur un parking payant, l’agence saura vers qui se retourner. Sinon, c’est pour votre pomme! Et n’oubliez pas de cadenasser la roue avant à chaque fois.

 

Et qu’avons-nous pensé de cette boucle?

Un point extrêmement positif et non pas des moindres : cette fois, nous n’avons pas senti une goutte de pluie! Enfin un peu de chance avec la météo!

.

Si c’était à refaire, nous ferions le petit tour, soit 2 jours une nuit. Selon nous, ce qu’il y a en plus sur la grande boucle n’est pas grand chose en comparaison de la route qu’il y a à parcourir. Mais nous n’avons pas pu voir les cascades de Tad Tayicsua, ce qui nous aurait peut-être donné un avis différent…Oui, nous ferions la petite boucle en prenant le temps de passer une journée de plus à Tad Lo (premier arrêt).

Bref, si vous aimez les beaux paysages et les cascades, si vous aimez tailler la route à votre rythme et appréciez le vent qui vous rafraîchit le visage, c’est définitivement un incontournable!

 

Pour la suite de nos aventures…mmmmmhh voyons voir….Ah oui! Nous vous ferons visiter les 4’000 îles, notre dernière étape avant de passer au Cambodge!

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Une réflexion au sujet de “— Le plateau des Bolavens —

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu