Charlex's World

— Le Bromo à prix réglo —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Après une semaine de plage et de surf sur Pacitan et ses alentours, nous avons décidé de remettre les chaussures de marche et d’aller à la rencontre d’un des volcans les plus célèbres de l’Indonésie.

C’est complet, désolé !

Pour tout dire, le plan initial n’était pas celui-là. Mais commençons par le commencement.
Depuis Pacitan nous avons décidé de nous rendre à Malang. C’est donc après un trajet plus qu’interminable dans un bus sans clim et sans fenêtre que nous débarquons là-bas. Mmmmh hé bien c’est loin d’être sexy cette ville au premier abord ! Peu importe, nous avons prévu de n’y rester qu’une nuit. C’est donc la recherche d’un établissement qui commence.
Premier essai: complet désolé.
Deuxième essai: complet désolé mais il nous reste de la place en dortoir…(mouais, on est pas trop branchés dortoirs…vous croyez quoi? On est des princesses, on a des goûts de luxe)
Troisième essai: hôtel vide, mais nous comprenons rapidement pourquoi. La chambre est minable et envahie d’insectes. Nous sommes épuisés et affamés mais Charline refuse de dormir là. Ce n’est pas que nous soyons difficiles, loin de là, mais sincèrement c’était de l’abus !
4ème essai: complet désolé…
5ème essai: tentative dans un hôtel assez luxueux. Tant pis pour le budget.. Et non ! C’est complet désolé !
Mais c’est quoi ce bordel ? Hé bien, il s’agit d’un long week-end férié en Indonésie et Malang est un excellent point de départ pour visiter les volcans aux alentours. Précisons d’ailleurs que nous n’avons jamais vu un pays avec autant de jours fériés! C’est à croire qu’ils ont pris les jours fériés de toutes les religions confondues.
Bon qu’est-ce qu’on fait alors? On ne va quand même pas dormir dans la rue…
—-> Retour finalement au dortoir qui ne s’avérera finalement pas si terrible que ça.
C’est donc après 10 heures dans un bus où la température devait avoisiner les 40 degrés et plus d’une heure de recherche (en tongs et chargés comme des mules) que nous pouvons enfin souffler.

Le gros changement de plan

Notre plan initial était de faire l’ascension du volcan Semeru. Il s’agit du plus haut sommet de Java et il est accessible en 2 ou 3 jours de marche (20 heures en tout).
Nous avions entendu cependant qu’un certificat médical est obligatoire pour réaliser l’ascension, à cause d’un certain nombre d’accidents cardiaques y ayant eu lieu. Dès notre réveil donc, nous partons à la recherche d’une clinique qui nous délivrera le précieux sésame. Mais d’abord, nous avons la présence d’esprit d’aller nous renseigner dans un office du tourisme sur l’état actuel du Semeru. Le verdict qui tombe ne nous enchante guère. Il est en ce moment impossible de se rendre au sommet pour cause de mauvais temps…Et M****!
Nous ne l’avions pas prévue, celle-ci !

C’est donc ainsi que nous nous rabattons sur le Bromo…

 

Le Bromo ? Une merveille!

Depuis que nous voyageons sur l’île de Java, nous avons évité les hordes de touristes et c’était tellement plaisant que nous avions décidé de zapper les activités  »phares » de cette île, telles que le Bromo ou le Kawah Ijen, pour nous consacrer à des endroits plus authentiques et plus préservés.
Mais comme grimper le Semeru est apparemment impossible, allons au Bromo. Et comme ce n’est pas loin du Semeru, nous pourrons peut-être avoir des Infos plus précises ! So let’s go!

Mission Cemoro Lawang

Notre première mission est de nous rendre dans la ville de Probolinggo. Cette dernière a une très mauvaise réputation auprès des voyageurs. Les vols et les arnaques sont légion par ici. Le bus qui nous y mènera n’aura rien de  »fancy ». Pas de fenêtres, pas de climatisation, des Indonésiens qui fument clope sur clope et des musiciens qui montent en faisant toute sorte de spectacles dans l’espoir de récupérer quelques pièces.  Chanson bien mal chantée, ukulele, guitare, caisson audio karaoké portable, tout y passe. Un trajet bien folklorique où d’ailleurs nous avons vécu une nouvelle expérience. La pluie battant son plein dehors, tu te dis que t’as de la chance d’être à couvert. Que nenni ! C’était sans compter sur la qualité des bus public javanais. Quel bonheur de sentir le filet d’eau s’infiltrer dans le plafond et te couler dessus! Situation quelque peu comique.
Après 3 heures de trajet dans ces conditions, nous sommes ravis de descendre et de nous mettre en quête du minibus qui nous mènera à Cemoro Lawang, la ville au pied du Bromo. Nous avions lu qu’il était très difficile de trouver assez de gens pour partager la course. Le prix est toujours de 550’000 IDR par bus, quel que soit le nombre de passagers. Pour le remplir entièrement, il faut être 15. Pas évident donc de trouver 13 autres personnes pour avoir le trajet à moindre coût. En arrivant,  nous voyons des gens qui attendent d’autres passagers. C’était finalement nous qu’on attendait ! Nous sommes au complet et n’avons même pas du attendre pour partir. Timing parfait ! 🙂 Précisons juste qu’Alex s’est retrouvé assis sur un mini tabouret dans le couloir. Chose qui ne lui a pas déplu vu la place que les autres avaient pour les jambes.
En arrivant à Cemoro Lawang, nous sommes rapidement surpris par la différence de température. C’est que ça pèle par ici !
Nous trouvons finalement rapidement une chambre dans notre budget, mais il ne fallait pas s’attendre à quelque chose d’incroyable. Tous les murs peints en rose bonbon sont à vomir, de même que les draps barbie. Notre lit a un matelas qui ressemble bien plus à un hamac qu’autre chose et l’humidité (et la moisissure) nous rendra malade. Les murs sont tellement gorgés d’eau qu’ils humidifient les draps, de même que toutes nos affaires après 24 heures. Un gros point positif cependant: de l’eau chaude ! C’est la première en 3 semaines en Indonésie ! Un vrai bonheur, surtout quand la température extérieure fait friser les poils (de Charline)…

Un lever de soleil pas comme les autres

3h15, le réveil sonne. Nous partons en direction du point de vue n°2 pour assister au lever de soleil sur le volcan Bromo, accompagné de Camille (une française en TDM), d’un danois et de deux belges dont nous avons oublié les noms. Bravo !
Nous marchons le long d’une route sous un beau ciel étoilé. Ça pourrait paraître calme comme ça. C’est sans compter sur la colonie de jeeps qui nous double et nous envoie les gaz d’échappement en pleine face. Un vrai bonheur. Nous ne sommes pas surpris; nous nous y attendions. Le Bromo est certainement une des attractions les plus touristiques en Indonésie, donc nous savions que nous ne serions bien évidemment pas les seuls à profiter du spectacle.
Après avoir passé le 1er point de vue, nous décidons de continuer et d’essayer de se trouver un coin un peu plus  »tranquille ». Nous trouvons finalement notre bonheur et pour le moment nous sommes seuls. Il est 4h30 et nous avons plus d’une heure avant que le soleil ne daigne se montrer et réchauffer nos petits corps tout froids.

Dès que le jour commence à se lever, nos yeux n’en reviennent pas. Cette photo, nous l’avons vue des centaines de fois, si ce n’est pas plus, et pourtant le spectacle nous laisse sans voix. Le Semeru en arrière plan, c’est sublime…Et le Bromo dont le cratère ne cesse de cracher sa fumée. Tout ça au-dessus d’un épais brouillard. Plus le soleil se lève, plus la magie opère.

Bien sûr, à ce moment-là, nous ne sommes plus seuls et bon nombre d’Indonésiens nous ont rejoint. Mais sincèrement, nous avons connu des endroits avec des foules bien plus importantes durant ce voyage. Ce n’était absolument pas dérangeant (c’était pas des chinois, quoi !)

Aaaah, intimité! Quand tu nous tiens!

Nous avons du mal à partir et à décoller nos yeux de ce panorama extraordinaire. Finalement, nous quittons notre perchoir avec des images plein la tête. Ce paysage rentre clairement dans le top 5 des paysages de ce tour du monde.

Le cratère en mode clandestin

Après un petit déjeuner à volonté de l’enfer (riz frit, nouilles sautées, fruits,toasts, oeufs…) et une sieste d’une heure et demie, nous nous mettons en route pour le cratère du Bromo. Le prix officiel pour s’y rendre est de 317’000 IDR. C’est totalement démesuré pour l’Indonésie. Mais il est possible d’esquiver ! En se renseignant sur divers blogs de voyage, nous avons appris qu’il existe un chemin qui y mène et où il n’y a aucun contrôle de billets. C’est parti donc ! Qui ne tente rien n’a rien ! Nous ne pouvons que vous confirmer que c’est vrai.

Le chemin (assez raide) descend dans la caldeira où le panorama semble tout droit sorti d’une autre planète. Le paysage est splendide et presque désertique.

 


Arrivés au pied du Bromo, nous sommes quelque peu surpris de voir que la dernière partie de la marche se fait sur…un escalier ! Monter sur un volcan en activité en passant par un escalier, why not ? On aura tout vu pendant ce voyage !

Une fois arrivés en haut, le spectacle est à la hauteur de nos espérances. C’est la première fois que nous nous trouvons si près d’un cratère. Et pour le coup, celui-là est loin d’être éteint. C’est fascinant, spectaculaire, effrayant, magique…Les mots me manquent pour exprimer la sensation que c’est d’entendre et de voir la terre vivre ainsi. Le bruit que ce volcan émet est hypnotisant. Nous sommes restés un long moment à écouter ce son et à regarder cette fumée qui se dégage des entrailles de la terre. Cet instant restera ancré dans nos mémoires.

 

De plus, nous avons eu la chance d’être peu nombreux sur le cratère, ce qui a rendu le moment encore plus magique. Si vous voulez vraiment être seuls, privilégiez l’après-midi! Dans tous les cas, évitez absolument le début de matinée où toutes les jeeps déposent des centaines de touristes après le lever de soleil.

Et le Semeru alors ?

Les informations que nous avons prise auprès d’un gardien du parc nous ont appris que le sommet était de nouveau accessible. Or, nous n’avions pas de certificat médical et pas de clinique aux alentours. Nous avons d’abord dans l’idée de retourner à Malang pour en réaliser un et ainsi nous lancer à sa conquête. Mais Charline étant tombée légèrement malade et ayant des douleurs dans le genou droit, nous avons décidé de passer notre tour cette fois-ci !

La photo de Teddy

 

Verdict: le Bromo c’est trop beau!

Le Bromo, nous avions décidé de le boycotter en premier lieu. Nous pensions nous retrouver avec 1000 personnes, or il n’en fut rien. Bien sûr, le Bromo est touristique, mais à sa vue on comprend vite pourquoi ! Ce lieu mérite amplement le détour et est à nos yeux un incontournable de Java et même de l’Indonésie. Allez-y les yeux fermés (Façon de parler, ouvrez-les quand même pour apprécier le spectacle ! Lol…C’était drôle ça.).

 

A suivre: dernière étape javanaise: on ne vous dit rien mais vous verrez que nos plans changent de plus en plus souvent à la dernière minute.

 

info28 INFOS UTILES

Transport :
  • Minibus Pacitan – Malang: 125’000 IDR pour environ 8 à 10 h de trajet.
  • Bus Malang- Probolinggo: 20’000 IDR pour 2h30 de trajet.
  • Minibus Probolinggo – Cemoro Lawang: 550’000 IDR pour le bus entier. Plus vous serez, moins vous paierez ! Les minibus se trouvent sur la gauche en sortant de la gare routière de Probolinggo.
Logement:
  • Malang: kampong tourist, 120’000 IDR le lit double dans un dortoir mixte. Rideau et prise pour chaque lit. SDB commune avec eau froide. Bon wifi et restaurant sur place. S’ils vous disent qu’il ne leur reste plus qu’un lit 3 places, ne les croyez pas sur parole et allez vérifier. Ils nous ont fait le coup pour que nous payions plus chr et à d’autres également lorsque nous y sommes retournés. Pour être sûr, réservez sur Booking.
  • Cemoro Lawang: les logements ne sont pas exceptionnels et se valent à peu près tous. Nous avons logé dans un homestay près du Cemera…  Pour 150’000 IDR la chambre double avec sdb commune (eau chaude) Pas de wifi et beaucoup d’humidité. Impossible de faire sécher une serviette.
Excursions:
  • Pour le lever de soleil, allez au point de vue numéro 2. Aller plus loin vous offrira la même vue et en vous arrêtant au 1, vous risquez d’être au milieu de la foule.
  • Prix d’entrée du cratère du Bromo: 317’000 mais il est possible de ne pas le payer en prenant le chemin qui se trouve juste à côté de l’hôtel Cemera. Allez-y après 10h30, car avant les contrôles sont fréquents.
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

2 reflexions sur “— Le Bromo à prix réglo —

  1. Goux Elise

    Wahou ça donne envie merci !! 🙂 du coup, avez vous payé un droit d’entrée ou rien du tout? Lorsque vous êtes montés pour voir le lever de soleil ?
    Merci encore pour cette article !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu