Charlex's World

—Chachapoyas : nos premiers pas au Pérou—

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

« Les péruviens du Nord ont certainement de grandes qualités , mais hostellerie et la restauration ne sont pas leur tasse de thé ! »

Si vous avez lu notre article précédent,  vous êtes donc au courant que la traversée de la frontière Equateur – Pérou fut une des plus belles que nous ayons pu voir. Pour les autres: cliquez ici.

Après un premier voyage en 2012 au Pérou,  nous avons décidé de remettre le couvert avec ce pays 4 ans plus tard. Mais cette fois-ci , allons visiter des coins que nous ne connaissons pas ! Et ça commence par…

Notre arrivée à Chachapoyas.

3

La blague de l’auberge

Toujours en compagnie de nos 4 amis nous arrivons donc enfin à notre destination: Chachapoyas.
Premier défi: trouver un Wi-Fi correct et de l’eau chaude. Car notre dernière douche chaude remonte à environ 10 jours. A priori pas compliqué…Et pourtant !
Nous nous arrêtons au premier hôtel que.nous apercevons près du terminal de bus: le Hôme Backpackers Hostel.
La réceptionniste nous confirme que nos souhaits seront ici exaucés , ce qui veut dire wi-fi qui déboîte et eau brûlante selon ses dires , et qui plus est pour la modique somme de 30 soles une chambre double, soit 8 euros !
Nous aurions dû nous douter qu’il y avait anguille sous roche mais après ce trajet (un poil épuisant)  nous fonçons tête baissée dans le piège.

Bien sûr,  pas d’eau chaude mais plutôt tiède et des coupures d’électricité pile poil quand Charline est sous la douche (douche électrique donc plus d’eau chaude..) , et ce deux fois en deux jours. Autant vous dire que celle-ci a bien failli démonter la douche. Car l’eau provenant de la montagne est quelque peu froide…

Quand au Wi-Fi , l’hôtel possède 4 réseaux. Mais pourquoi en avoir 4 quand il n’y en a pas un qui fonctionne ? Pour vous faire une idée , lorsqu’on arrivait à s’y connecter , le chargement d’un message Whatsapp prenait 30 minutes…autant dire qu’on a pu faire une croix sur l’élaboration de nos articles durant ce séjour…
Mis à part ça,  l’hôtel est propre, la cuisine équipée est un gros plus et il est situé tout près de la rue centrale.  Une bonne adresse pour les Backpackers pas frileux (et pas geek). Si vous arrivez à passer au-dessus de l’incompétence du personnel.

Chachapoyas, une ville coloniale

C’est la capitale du département de l’ Amazonas au Pérou.
Chachapoyas est entourée de montagnes vraiment sublimes, d’un immense canyon et pour couronner le tout,  cette ville ne manque pas du tout de charme.
Bien au contraire.  Les bâtiments de la rue principale et de la place sont tous de style colonial. Des façades blanches , des fenêtres et des portes colorées…

20

21

Les alentours de Chachapoyas

Ce qui nous a poussé à venir ici,  c’est clairement ses alentours encore méconnus et pourtant si beaux…car finalement , le tour de la ville peut-être fait en moins de 2 heures.

La cascade de Gocta

A 2h30 de bus et quelques heures de marche de Chachapoyas se trouve une cascade absolument sublime qui se trouve être la 3ème plus haute du monde (ou la 14 ème…tout dépend de la source de l’info…) En effet,  nous ne savons pas vraiment qui ment ou qui est honnête dans cette histoire !

7Après avoir pris toutes les infos nécessaires pour le faire par nous même, (en évitant de passer par un tour opérateur bien sûr), nous nous installons dans un minibus qui nous dépose environ 45 min plus tard sur le bord de la route. Et c’est donc ici que la montée commence….
Précisons aussi que comme nous n’arrivons plus à nous détacher tous les 6, nous avons donc décidé d’en chier tous ensemble ! En route la France, Suisse et Belgique !
La première impression c’est que…Ça grimpe ! La première étape doit nous mener jusqu’au village San Pablo , à 5 km de la. La vue en revanche nous récompense de nos efforts. Le canyon qui se dresse devant nous est imposant, des montagnes nous entourent et tout ça avec un magnifique ciel bleu….

37
La montée dure environ 1 heure 20 avant d’arriver au village de San Pablo.
Nous apercevons une office de tourisme où nous nous dirigeons afin d’en savoir plus sur la suite du chemin que nous devons emprunter.
A notre grande surprise, nous apprenons que l’entrée à la cascade est payante.  10 soles (environ 3 euros).  Ce n’est certes pas grand chose mais c’est toujours énervant de devoir payer pour un site naturel alors que le guide n’en fait pas mention. Surtout quand il n’y a pas d’infrastructures à entretenir. Mais bon , passons. A San Pablo se trouve également une échoppe. Très utile si , comme nous , vous n’avez pas prévu de pique-nique jusque-là. Depuis le village,  il nous reste 6 km à parcourir jusqu’au mirador pour apercevoir enfin la cascade.

12Le chemin continue de grimper et nous arrivons face à cette merveille en 2 heures.
La vue est de toute beauté et nous profitons tous les 6 du spectacle qui se dresse devant nos yeux.
Une chose en revanche nous étonne quelque peu: le faible débit de l’eau.  Il faut dire que nous sommes en saison sèche mais la chute d’eau n’en reste pas moins magnifique.

439
Après une petite séance photo,  nous entamons la descente.  Ce que nous pouvons dire, c’est que nous sommes bien heureux de ne pas remonter ce chemin.  Il est effectivement très très très raide ( et légèrement boueux).
Un long moment plus tard , nos jambes sont ravies de trouver un semblant de plat au fond de la vallée. Une fois le pont passé , nous souhaitons nous diriger en direction de la cascade. Pour cela , une fois le pont passé , il faut emprunter le chemin partant sur la droite. Celui de gauche est un cul-de-sac. 

5Ce que nous n’avons pas précisé c’est que la cascade est séparée en deux parties et à son pied nous n’apercevons que la deuxième partie.  Pour aller au pied de la première , il aurait fallu tourner à gauche juste avant d’atteindre le mirador. Mais faire cet aller-retour ne nous motivait pas plus que cela. La cascade n’en reste pas moins impressionnant et certains courageux se baignent même dans le bassin malgré le vent et la température de l’eau.
Fabien s’est essayé à cette baignade et ses lèvres violettes nous ont confirmé ce que nous pensions : elle est bien froide.

386La montée jusqu’au village de Cocachimba nous prendra 1h30. Cette dernière montée fut légèrement difficile.  Non pas que l’effort soit réellement éprouvant,  mais après 5 heures de marche et de pareils dénivelés nos jambes ne demandaient que du repos.
Nous arrivons à trouver un taxi collectif dans le village qui nous ramènera jusqu’à Chachapoyas en 45 minutes.
Cette marche nous aura pris en tout 6h30 (incluant plusieurs pauses).

8

info28Infos utiles:

Beaucoup de personnes vous diront qu’il faut prendre un tour, hors il est très simple de le réaliser par ses propres moyens. Nous avons décidé de faire chauffer les mollets et de faire la boucle.

  • Prenez un bus du terminal de Chachapoyas qui va en direction de Cocachimba et demandez au chauffeur de bus de vous arrêter au croisement (cruce en espagnol)  de Chachapoyas et de Cocachimba.
    Le prix est de 5 soles / personne.
    Un panneau explicatif vous donnera la route à suivre jusqu’à la cascade.
  • L’entrée de la cascade est de 10 soles.
  • Vous pourrez trouver un taxi ou un collectivo pour vous ramener à Chachapoyas pour 10 soles / personne.

Kuelap,  le Macchu Picchu du nord

Un incontournable de cette partie du Pérou, est sans aucun doute ce site archéologique exceptionnel.

9

16

Mais qu’est-ce donc?

Kuelap est une forteresse des Chachapoyas, un peuple des Andes qui la construisit au Xe siècle.

La forteresse de Kuelap fut le théâtre d’un véritable massacre qui eut probablement lieu durant la deuxième moitié du xvie siècle, peu après l’arrivée des conquistadors espagnols en Amérique. Plus d’une centaine de squelettes ont été découverts à l’extrémité de la forteresse sur les bords de la falaise, à proximité du temple sacré. L’âge des victimes, en majorité des enfants, et le fait que les corps n’aient pas été enterrés contrairement aux rites funéraires, laissent à penser aux archéologues que le massacre fut l’œuvre d’une vengeance perpétrée par des tribus Chachapoyas voisines, accusant la cité de Kuelap qui concentrait les pouvoirs politiques et religieux, d’être à l’origine des bouleversements de l’époque : les conquistadors étaient notamment porteurs de nombreuses maladies telles que la grippe et la variole, provoquant la mort de près de 9 indiens sur 10 et qui engendrèrent de nombreuses conséquences dramatiques telle que la famine.

Selon les dernières recherches, le massacre de Kuelap est donc considéré comme un crime politique et religieux contre la puissante cité fortifiée, visant à punir et exterminer les derniers successeurs du clan qui détenait le pouvoir. Après le massacre, la cité fut incendiée.

[source : Wikipédia.] (Bon ok, c’était plus simple d’utiliser Wiki que de détailler 😉 )

Vous voyez le trait blanc sur la montagne ? Voilà la route que nous avons emprunter pour en arriver là...

Vous voyez le trait blanc sur la montagne ? Voilà la route que nous avons emprunter pour arriver là…

10

Nous avons décidé d’aller là-bas encore une fois sans passer une agence. Il faut dire que quand on se trouve être à 6 personnes,  il est bien plus simple de remplir un collectivo et donc de partager les frais.
Nous nous rendons donc au terminal de bus pour prendre un taxi collectif qui accepte de nous emmener la bas moyennant 30 soles l’aller-retour/personne.
Le trajet se fait sur une route de montagne , une vraie.  En effet une partie se trouve être en réalité une piste de terre avec des virages très serrés au bord d’un précipice bien sûr sans barrière.  Heureusement le fait que notre conducteur soit très prudent nous met en confiance.  Ce n’est pas le cas d’un minibus remplis de touristes que nous avons croisé qui dévalait la pente à tombeau ouvert.
Le trajet dure environ 2 heures 30 jusqu’à l’entrée du site et les paysages que nous traversons valent réellement le coup d’œil.
Après s’être acquitté du droit d’entrée (20 soles tout de même) ,  nous nous dirigeons vers les ruines.
La première vue chose que nous voyons sont les remparts.

1113 Cette citée construite en haut de la montagne offre un panorama saisissant sur les sommets alentours. Nous entrons ensuite à l’intérieur de la cité. C’est assez fou de s’imaginer ce peuple vivant ici il y a plus de 2000 ans. Étant donné que nous n’avions pas de guide,  nous avons réussi à comprendre quelques bribes d’informations des groupes présents et nous constatons qu’il y a des ossements dans les murs. Un peu glauque ces Chachapoyas !

Nous poursuivons notre visite de ces ruines pendant plus d’une heure et demi. D’habitude pas forcément fans des sites archéologiques, nous devons avouer que Kuelap nous a vraiment plu. Le fait qu’il n’y ait que très peu de touristes accentue la magie du lieu et l’atmosphère particulière qui y règne.
Nous ne pouvons que vous conseiller d’aller y faire un tour.

17

19

40

18

info28Infos utiles: 

Si vous souhaitez visiter Kuelap dans la journée, nous vous conseillons de passer par une agence. Sauf si vous êtes nombreux et dans ce cas, vous pouvez organiser ça vous-même avec un taxi collectif depuis le terminal de bus de Chachapoyas. Mais même dans ce cas , le prix ne varie que faiblement. Une agence demande 40 soles/personne + 20 soles pour l’entrée de la cité , alors que nous avons payé 50 soles/personne au total.

En revanche, si vous avez le temps et aimez marcher, prenez un bus de Chachapoyas à Tingo pour la somme de 10 soles. La randonnée a un dénivelé positif de 1200 m et il faut compter environ 3h 30 de montée puis 2 heure de descente. Vous pourrez trouver apparemment facilement une chambre chez l’habitant à Tingo si vous souhaitez y passer la nuit avant de vous engager dans cette randonnée.

Prix d’entrée du site de Kuelap : 20 soles pour une entrée normale et 10 soles avec une carte étudiante.

 

Bref , notre premier arrêt au Pérou tient les promesses que nous attendions : des splendeurs de la nature et une ambiance bien différente de ce que nous avons vu jusqu’à maintenant. Ce village venant de s’ouvrir au tourisme il y a peu , ne soyez pas étonnés si les habitants ne savent pas encore trop comment faire fonctionner ce milieu. 

Dans le prochain article , retour sur la côte pacifique ! Nous vous emmènerons dans ce petit village bien connu des surfeurs qu’est Huanchaco…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu