Charlex's World

— Capurgana et Cartagena de Indias —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

1

Notre arrivée à Capurgana

Rappelons-le, nous venions de Sapzurro, le point où nous avons dû troquer notre bateau contre une barque de fortune colombienne. Puis enfin, nous arrivons dans le village où nous allons passer notre première nuit en Colombie : Capurgana.

pixiz-22-04-2016-02-33-37

Une fois le pied à terre, nous nous dirigeons vers un restaurant dans lequel nous allons savourer notre dernier repas offert par la compagnie San Blas Adventure. Et miam ! Ca change ! On nous offre un délicieux tamal de poulet : un morceau de poulet avec du riz et des légumes cuits enveloppés dans une grande feuille (de quoi? On ne sait pas trop). On se régale.

36

Pendant ce repas, notre guide nous fait part de l’organisation d’une dernière soirée avec repas le soir-même. Vu notre état de fatigue, nous déclinons l’offre, quitte à passer dans la soirée pour boire un verre. De plus, on a besoin d’un peu de calme !

Nous nous mettons ensuite à la recherche d’un hôtel. Mais avant toute chose, expliquons la situation : Capurgana est un petit village au milieu du néant. Seule la jungle l’entoure et on n’y trouve aucune route. Donc, il faut y faire avec ce qu’on trouve. Seulement, nous (enfin, surtout Charline) avons quelques exigences quant à l’hôtel après 5 jours coupés du monde à se doucher au seau d’eau. Il nous (Charline) faut donc une chambre avec:

  • Un ventilateur
  • Une douche avec un minimum de pression (soit un jet et pas un seau). Bon sur ce point, il faut la comprendre. La pauvre avait la Dune du Pilat entière dans les cheveux…
  • Une connexion wi-fi (bah oui, sinon comment voulez-vous qu’on communique avec vous ?)
  • Une fenêtre

Bon ben c’est pas gagné. Inutile de vous dire qu’après quelques hôtels (en fait presque tous de Capurgana) et la fatigue mutuelle n’aidant pas, la tension commence à monter un petit peu…nous finissons tout de même par trouver quelque chose qui nous convient, l’hostal Capurgana.

info28 Info utile:

Pour une chambre double à Capurgana dans un hôtel standard, comptez environ 70’000 pesos colombiens, soit environ 21 euros la nuit.

Nous avions échangé des dollars en pesos colombiens à Panama-City au cas-où, mais vous trouverez des bureaux de change à Capurgana avec plus ou moins les même taux de change. De plus, la plupart des hôtels y acceptent les cartes.

 

Une fois installés, nous décidons de nous rendre au bureau de l’immigration à deux pas de notre hôtel. En effet, nous avons le tampon de sortie du Panama, mais pas encore le tampon d’entrée en Colombie (penses-tu ? Ca aurait été trop facile…). Et comment vous expliquer cela ? On se rend compte que les colombiens sont de loin les personnes les plus molles et les plus retardataires de tous les pays que nous connaissons (si si ! Pire qu’au Laos ! ).

Note: Afin d’éviter tout conflit, nous précisons que cette règle ne concerne pas les membres de la famille d’Alex.

Alex s’y était rendu une première fois pour savoir à quelle heure y aller. Nous y arrivons donc à l’heure prévue, et nous ne trouvons qu’une porte fermée et un garde (il en avait l’uniforme du moins, mais nous n’avons compris quel était son rôle) qui n’avait ni les clés du portail, ni aucune idée d’où se trouvait le responsable et de l’heure à laquelle il allait revenir. Nous avons donc dû attendre plus d’une heure, avec la musique à fond…. Mais au lieu de vous en dire plus, voici un petit résumé en vidéo :

Temps pour effectuer la démarche : environ 2 min 45 sec par personne. Bienvenue dans la vraie Amérique du Sud authentique. Oui car on apprendra plus tard que le temps est compté beaucoup plus lentement que chez nous sous ces latitudes. Mais nous y reviendrons.

Le soir-même, nous décidons donc d’aller manger tranquillement dans notre coin en compagnie de nos nouveaux amis irlandais Ronan et Stacey (ayant fait la croisière avec nous) qui avaient également besoin de calme. Cela nous a d’ailleurs rassurés de voir que nous n’étions pas les seuls asociaux dans cet état d’esprit.

Suite à ce repas, nous passons vers le groupe dire au revoir et allons nous effondrer sur notre matelas, car lendemain, départ à 7h pour Cartagena de Indias.

Cependant, nous avions oublié un petit détail : les habitants de Capurgana sont férus de combats de coq. Et attendez de lire la suite…nous, qui pensions enfin pouvoir passer une nuit tranquille au calme dans un bon lit, avions choisi le seul hôtel dans lequel le tenancier décida d’organiser un combat de coq…dans le hall de l’hôtel juste sous notre chambre. Et ce, jusqu’à 4h du matin (plus ou moins, car nous ne sommes plus trop à une minute près à ce stade…). Encore une bonne nuit de repos en perspective.

Le départ pour Cartagena de Indias

21

Le lendemain matin, debout à 6h pour préparer les sacs et être à temps à notre rendez-vous de 7h au port pour entamer notre trajet direction Cartagena.

info28 Info utile:

Les tenanciers des hôtels de Capurgana proposent des formules « all-inclusive » de Capurgana à Cartagena. Ces formules comprennent :

  • Le bateau de Capurgana à Turbo (environ 2h30 de trajet).
  • Le bus de Turbo à Cartagena (environ 10h, donc plus que sur le papier). A noter qu’il y a un changement de bus à faire à Monteria.
  • Le petit déjeuner et l’almuerzo pour midi.

Cette formule coûte 70 dollars par personne.

Nous avions vu qu’il était possible de le faire par soi-même pour 55 euros. Si l’on rajoute les collations comprises dans la formules, le prix est sensiblement le même.

 

Arrivés à notre point de rendez-vous à l’heure, on attend. Ah oui…nous avions oublié la ponctualité colombienne. 8h30, le capitaine, qui discutait avec ses potes à deux pas de nous depuis le début, se décide à aller chercher son bateau. Merci Monsieur ! On a eu de la chance ! A deux doigts de le louper celui-là !

Il s’agit en fait d’un gros hors-bord sur-puissant (approximativement 300 chevaux) sans cabine, avec de simples petites banquettes. Le bateau arrivant à quai, on se rend compte d’une chose : les colombiens ne sont pas pressés, sauf quand il s’agit de choisir sa place ; là, ils sont près à se battre. Se faisant tant bien que mal notre place, on nous tend un gilet de sauvetage; ah ! Nous voilà rassurés, on peut y aller. Et hop c’est parti pour 2h30 de traversée tout-confort. Mais forcément, ça aurait été trop facile. On était partis en se disant « chouette, au moins il fait beau ! « . Des fois on se demande ce qu’on a fait au bon Dieu pour qu’il nous balance une belle averse dessus dans ces moments-là. Mais bon, comme d’habitude, on prend ça avec le sourire.

DSC_0031

Arrivés à Turbo, on sent le changement d’ambiance avec le Panama. Pas même sortis du bateau, une dizaine de chauffeurs de taxi nous agressent pour nous emmener. A ce moment-là, on s’est dit qu’on avait très bien fait de prendre la formule all-inclusive. De là, un mec nous emmène jusqu’au bus et nous demande bien entendu un pourboire.

Le trajet en bus fut long. On ne savait pas trop à quoi s’attendre, mais nous étions dans un bus local qui s’est arrêté à tous les coins de rue. Autant dire que les quelques 6 heures jusqu’à Monteria se sont quelque peu allongées. De même que le trajet, quelque peu plus rapide, de Monteria à Cartagena. A ce propos, y a des moments comme ça où hop ! Tu t’arrêtes…le chauffeur sort du bus…et toi tu sais pas ce qu’il se passe…et t’attends…et t’attends…et t’attends encore…et hop ! Il remonte sans rien dire…et tu repars…

Une seule chose à dire : il faut vraiment s’y faire à ce rythme !

Arrivés à la gare routière de Cartagène, nous prenons un taxi jusqu’au quartier de Getsemani. On y trouve un bon nombre d’auberges de jeunesse à prix abordable à proximité du centre historique. Mais nous déchantons très vite quand, arrivés à l’auberge, on nous annonce un prix valant presque le double de ce qui est annoncé dans le guide…

info28 Info utile :

-La gare routière de Carthagena est très éloignée du centre de la ville. Il est donc nécessaire de prendre un taxi. Le trajet dure environ 30 minutes et coûte 20000 pesos.

Pour ceux qui utiliseraient le Petit Futé 2016, sachez que leurs prix, en tout cas pour cet endroit, sont complètement faux. Pour l’auberge reconnue de la Media Luna, par exemple, le prix annoncé pour une chambre double est de 50’000 pesos colombiens (soit à peu près 15 euros), alors que le prix réel est de 120’000 pesos ! Et une nuit en dortoir vaut 50’000 pesos par personne, et non 20’000 comme annoncé dans le guide !

Nous décidons donc à contre-coeur de prendre une chambre double à la Marmallena (l’auberge d’en face) pour 90’000 pesos. Ce soir-là, vu notre état après pratiquement 13 heures de trajet, nous n’allions pas aller plus loin. Cela dit, le quartier Getsemani est un très beau quartier qui vaut le détour 😉

26 28 30

Etant donné notre état de nerf, nous avons demandé à Jean-Pierre le « coup de fil à un ami » pour les nuits suivantes. Ce joker fut salutaire ! L’oncle et la tante d’Alex, Marc et Claudia, nous avaient fait un cadeau en or pour Noël : un bon pour un séjour dans n’importe quel hôtel à travers le monde utilisable jusqu’au 31 décembre. Et pour ça, Marc et Claudia, nous vous bénissons ! Pour les deux nuits suivantes, nous avons pu choisir un hôtel de luxe, l’hôtel  »allure chocolat by Karisma » avec terrasse + piscine sur le toit, à 5 min à pied de la vieille ville. Sans compter que cette fois, nous n’avons enduré aucun combat de coq dans le hall de l’hôtel. Nous avions même droit à notre petit chocolat posé sur le lit avant de dormir, un portier et un petit dej de compet ! Bref un vrai bonheur après toutes ces nuits passées en tente, sur un clic clac et en hamac!! Et attention les yeux !

2 3 4 35

Cartagena de Indias

Ces 3 jours nous ont réellement permis de nous poser afin d’avancer sur nos articles et de profiter de la belle Cartagena de Indias. Oui, cette ville est magnifique, du moins la partie où l’on se trouvait.

DCIM100GOPROG0021305.

Le centre historique

Si vous voulez visiter cette ville, nous vous conseillons de vous lever tôt le matin, car la chaleur de l’après-midi est insoutenable.

Le centre historique de cette ville est splendide. Nous, qui ne sommes d’habitude pas très « ville », avons adoré. L’architecture et les couleurs de cet endroit en font un lieu où l’on pourrait se promener pendant des heures. De plus l’ambiance qui y règne est entraînante.

7 8 9 12 13

Si vous vous trouvez à Cartagena et que vous ne savez pas quoi faire le soir, allez y faire un tour. L’ambiance y change totalement. Vous pourrez y admirer des spectacles de rue, ou simplement y boire un verre sur une des nombreuses terrasses conviviales. Jugez par vous même de l’ambiance nocturne :

De notre côté, ce qu’on l’on a préféré y faire était d’aller y déguster quelques brochettes accompagnées d’un « arepa con queso » et d’une bière, tous vendus dans la rue, sur l’un des nombreux bancs du parc.

34

Le château San Felipe

Nous nous y sommes rendus. Si si ! Du moins à ses pieds…Mais au vu de l’incroyable foule touristique, nous avons fait demi-tour. Cela dit, il est déjà quelque peu impressionnant de l’extérieur.

5

Une dernière chose et pas des moindres, qui nous a fait un bien fou en arrivant en Colombie….La nourriture!!! Nous avons pu enfin manger notre tout premier almuerzo pour 10000 pesos (moins de 4 euros..), soit le repas du jour dans un restaurant qu’on vous conseille vivement : le DKP dans le quartier Getsemani. Allez faire un tour là-bas, vous ne serez pas déçus. La qualité de la nourriture est exceptionnelle et le personnel est fabuleux. Une très bonne adresse pour ceux qui, comme nous, aiment les nouvelles saveurs .

32 33

Bref, vous l’aurez compris, ces 3 jours furent très….relax.

La photo de Teddy

25

Suite à ce séjour, nous nous sommes décidés à partir dans la région de Taganga, afin de visiter entre autre le parc Tayrona. Mais cela sera pour le prochain article.

 

Amateurs de grandes villes et surtout de belle architecture, ne perdez pas une minute. Ce cadre unique ne pourra que vous emporter loin de ce que vous connaissez. Et rassurez-vous : contrairement à ce que l’on pourrait croire, nous ne nous sommes pas sentis un seul instant en insécurité. Alors, convaincus ?

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

2 reflexions sur “— Capurgana et Cartagena de Indias —

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu