Charlex's World

— Cuenca et le parc national Las Cajas —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

SI tu te rends à Las Cajas , respecte cet adage : prévois un bon sac de couchage ou ça sera un carnage…

Prendre son temps,  c’est bien et même essentiel dans un voyage au long cours mais après une semaine à se faire dorer de derrière,  de devant et sur le côté il était temps pour nous de reprendre du service. 

Nous remettons donc notre petit sac à dos (de 18 kilos tout de même…) sur le dos avant de partir en direction de Cuenca.

85

La belle Cuenca

Après avoir enchaîné 8 heures de trajet au départ de Puerto Lopez,  nous arrivons donc à Cuenca légèrement éreintés.
Une des premières impressions qui nous vient en débarquant dans cette ville, c’est qu’elle ne ressemble à aucune autre ville que nous avons pu voir en Equateur.  En effet ce pays est absolument splendide mais nous pouvons dire qu’il ne possède pas les meilleurs architectes de la planète !
En débarquant dans la 3ème plus grosse ville du pays (après Guayaquil et Quito),  nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre et avons été agréablement surpris. C’est parti pour la visite de cette jolie ville !

info28 Infos utiles:

  • Bus Puerto Lopez – Guayaquil : 5,25 dollars. Le trajet dure environ 4 heures.
  • Bus Guayaquil – Cuenca : 8,25 dollars et le trajet dure entre 4 à 5 heures.

El Mercado El Arenal

Comme tout le monde le sait ( ou pas…), nous sommes des grands fans de marché.  Encore plus quand il s’agit de grands marchés traditionnels où peu de touristes s’aventurent. En voyant la carte de Cuenca,  nous ne tardons pas à nous apercevoir que la ville à l’air d’en posséder un immense. Sans renseignements supplémentaires,  nous décidons de nous aventurer la bas à pieds bien sûr..  Après 45 minutes à avoir longés une route sans intérêt aucun ( hormis nous encrasser les poumons avec la pollution)  nous arrivons dans ce petit bijou.
C’est énorme ! Il y en a partout, de tout,mais surtout de rien….

82Les mamas équatoriennes vêtues de leur tenue traditionnelle,  le fameux chapeau et leurs nattes se pressent au milieu des étalages de légumes.
Nous passons au milieu de boucheries totalement ouvertes où la viande se trouve à l’air libre et est suspendue grâce à des crochets.

95 Des stands de chaussures,  de vêtements (tellement vintages que ça pourrait être des pièces de collection), de poissons….
Ah et au cas où vous auriez besoin d’une petite coupe entre un achat de riz et de foie de porc,  vous trouverez votre bonheur chez le coiffeur du marché au milieu des épices et des céréales 😉
Bref c’est un vrai bordel mais on adore l’ambiance !

81

Tout est bon dans le cochon!!

Avec toutes ces odeurs (plus ou moins agréables)  notre estomac ne tarde pas à nous crier famiiiiine !
Qu’à cela ne tienne, plusieurs stands, très appréciés des locaux, proposent tous le même menu pour 1 dollar 50 Nous ne tardons pas à prendre place et à nous imaginer la réaction de certains de nos amis s’ils devaient manger ici…(nous ne citerons aucun nom)
Promis maman, je bois de l’eau en bouteille ! 🙂
Un petit papy absolument adorable ne tarde pas à nous faire la discussion et au moment où Charline lui dit qu’elle est française,  ce petit monsieur nous dit connaître l’hymne national de la France. Il se met donc à chanter la marseillaise en plein milieu du marché ! Un moment fort surprenant..

80

Allons enfants de la patriiiiie, jour de gloire est arrivé…

Quelques achats plus tard, nous partons visiter un incontournable de Cuenca

Le centre historique.

Nous flânons donc dans les rues, tels des brebis égarés, et ne tardons pas à découvrir que cette ville respire le colonialisme.  En effet tous les bâtiments que nous croisons sont vraiment splendides. Cuenca n’a décidément rien à voir avec les autres villes équatoriennes.

84En revanche nous ne tardons pas à nous apercevoir que cette ville possède un nombre incalculable d’églises.  Toutes différentes mais toutes très belles…
Une a particulièrement retenu notre attention.

Cathédrale de l’immaculé conception

À force d’errer dans ces rues, nous tombons devant une église très imposante et décidons donc d’aller à l’intérieur.  Et quelle bonne idée !
Si elle est imposante de l’extérieur, l’intérieur quant à lui nous laisse sans voix.
Une ambiance très particulière regne dans ce lieu. Nous qui ne sommes d’habitude pas sensible à ce genre d’endroit,  nous devons avouer que sur ce coup là,  le petit jésus nous a scotché ! Nous nous sommes sentis tellement bien que nous nous sommes éternisés dedans…Une vraie merveille !

83

91

Après avoir passés la journée entière à crapahuter,  nous sommes bien heureux de trouver un lit confortable, et de sombrer dans un sommeil profond…
Bon ça c’était avant de s’apercevoir que notre chambre donne sur une cour intérieure et que l’insonorisation n’est pas vraiment de la partie. Nos chers voisins de chambre ignorant certainement qu’un hôtel est principalement fait pour dormir, décident d’improviser une soirée.  Autant vous dire que la nuit fut courte. Et vous pouvez rajouter à ça le petit déjeuner qui commence à 6 heures. Nous ne sommes par conséquent pas vraiment frais le lendemain.
Mais aucun problème ! Nous gardons le sourire et sommes plus que motivés pour aller visiter les alentours de Cuenca qui selon les dire, ne manquent pas de charme.

info28 Infos utiles hôtel: 

Hotel Alvanos : Très bien situé. Très proche du centre historique. Propre, eau chaude. Seul petit bémol: l’insonorisation quasi inexistante. Prenez vos boules-quies!
Prix : 22 dollars / nuit pour une chambre double.

Le parc national Las Cajas.

Par la plus pure coïncidence,  nous avons croisé le couple de français (Fabien et Marielle), avec qui nous avions fait un bout du TREK de Quilotoa, et ces derniers nous ont entièrement convaincus de venir faire un tour dans ce parc, à presque 4000 mètres d’altitude…
Nos jambes, étant au repos depuis plus d’une semaine,  nous réclamaient de l’exercice. Ce parc tombait donc à pic !

73

info28 Infos utiles:

Pour aller au parc , se rendre au terminal de bus. De là , deux options:

  • Cooperativa Occidental : ces bus spéciaux partent à 8h30 , 10h20 , 11h50 , 14h00 et 16h00 et coûtent 2 dollars pour 1 heure de trajet.
  • Prendre un bus en direction de Guayaquil et lui demander de vous poser sur la route à l’entrée du parc. Le prix et la durée du trajet sont les mêmes.

Il faut savoir que les guides ne sont pas toujours fiables et ici cela se confirme encore une fois. Ils annoncent pour la plupart que l’entrée est payante et qu’il est obligatoire d’avoir un guide car les sentiers ne sont pas balises!
Que nenni !

86

Laguna Toreadora

Une fois arrivés à l’entrée de ce parc, nous nous dirigeons vers le centre d’accueil où nos passeports sont enregistrés,  et un guide nous explique les différents sentiers que nous pouvons emprunter.  Il y en a 8 au total d’une durée de 2 heures à 2 jours.
Nous décidons de couper la poire en deux et d’emprunter le sentier le plus connu (mais aussi un des plus beau): la ruta n 1. La durée de cette randonnée est d’environ 5 heures.
La marche commence face à la lagune Toreadora. Cette première vue nous séduit immédiatement. Nous savons tout de suite que cet endroit va nous plaire..

7072

Nous longeons la lagune pendant un petit moment, avant de se trouver un petit point de vue absolument sublime. C’est dans cet endroit que nous décidons donc de manger nos délicieux sandwichs thon mayonnaise.  Bon, soyons honnêtes la nous essayons de nous convaincre. Nous rêvons de pâtée de campagne , de baguette française , de jambon de Bayonne , de saucisson… Malheureusement ici, ce qui ressemble à de la charcuterie a un goût de rat crevé. Le thon étant donc notre unique solution. Solution qui ne va pas tarder à nous provoquer une indigestion !

Au moins, la vue était belle!

Au moins, la vue était belle!

Après s’être posés un petit moment sur ce beau mirador, nous ne tardons pas à nous apercevoir que nous avons fait fausse route. Et bien oui, cela peut arriver au meilleur d’entre nous (à vrai dire , nous sommes assez forts pour ce genre de choses en général…). Demi-tour donc ! Une grosse montée, un souffle presque coupé (n’oublions pas que nous sommes presque a 4000 mètres)  et nous retrouvons le sentier qui ne tarde pas à nous mener dans une forêt pas comme les autres…

88

Une multitude d’arbres serpentent en zigzags et nous devons régulièrement nous baisser pour éviter de se les prendre en pleine tête (bon surtout pour Alex, soyons honnêtes..) Nous continuons ensuite dans ce qu’on appelle de la GADOU ! OU LA LA GADOU LA GADOU LA GADOU! Puis après un petit moment (ou plutôt un long moment car nous nous sommes encore perdus !!) nous arrivons devant une jolie (mini) cascade et décidons de nous y reposer un moment. Et simplement profiter du calme des lieux. Bon ça c’était avant qu’Alex décide de s’entraîner pour le casting de  »The Voice ». Tu connais Mariah Carey? Bon imagine-la se faire marcher sur le pied, imagine-la crier de douleur avec une voix enrouée. Voilà tu as le tableau! (Alex n’est pas vraiment d’accord avec ça…il affirme que Charline est simplement jalouse de sa voix de tenor , mais qu’elle ne l’avouera jamais…)

76

Après la pause  »manger » , la pause Ukulélé!!

89

Ce magnifique instant passé, nous continuons notre chemin jusqu’au refuge en traversant des paysages toujours aussi somptueux…

74

90

Suite à cette journée bien remplie , nous ne sommes pas mécontents d’arriver au refuge à l’entrée du parc , là où nous voulons passer la nuit. Car effectivement , il est possible d’y dormir pour 4 dollars/personne et normalement sans réservation.

94

Nous prenons donc nos quartiers. Des petites chambres cosy munies de lits superposés nous offrent le charme propre aux refuges de montagne. Une cuisine est d’ailleurs à disposition si vous souhaitez vous cuisiner quelque chose.

93

92

Le festin de la soirée…

Nous avons opté pour la solution quinoa-légumes. Simple , plus ou moins rapide et efficace. Durant la confection de notre plat , un renard est d’ailleurs venu se délecter des restes laissés exprès par le garde-parc dans le jardin. Un rituel qui s’effectue apparemment quotidiennement. Tu la sens la connexion avec la nature , là ? Pas encore ? Alors continuons.

75

Rappelons que nous sommes à 4’000 mètres , ce qui veut dire qu’il fait froid. Et qui dit refuge dit absence de chauffage. Suite à notre repas , nous décidons d’aller nous poser dans nos lits , quitte à lire un peu ou s’endormir direct. Et là , c’est le début du drame.

  1. Les lits-baignoires : à première vue , les lits avaient l’air très confortables. Une fois dessus , il l’étaient un peu moins. A force d’être utilisés , les matelas ont été creusés en direction du milieu , ce qui donne l’impression de dormir dans une baignoire. Se retourner là-dedans est d’ailleurs assez compliqué…mais bon , ça , c’était pas la première fois et c’est pas grave;
  2. La température frigo : Fabien et Marielle nous avaient prévenu. Il fait un peu froid la nuit. Autant vous dire qu’avec nos sacs de couchage 10°C , nous étions contents de dormir habillés. Une couche pour Alex et trois pour Charline. Le plus long dans cette situation , c’est de réchauffer ses pieds…ça prend des plombes !
  3. Les escaliers-alarme : les toilettes étaient à l’étage. C’est la première fois que nous entendions des escaliers grincer aussi fort. C’est bien simple : tu vas aux toilettes la nuit , tu réveilles tout Cuenca (à 1h de route quand même) et tu as en prime l’impression que le refuge va s’effondrer sur toi…c’est assez marrant en somme de se dire que tout le monde sait exactement quand tu vas pisser et t’entend le faire…
  4. La cerise sur le gâteau : au beau milieu de la nuit , la pauvre Charline est victime d’une attaque de vomi-éclair. Ayant déjà la migraine avant de se coucher , elle commence à avoir de la fièvre durant la nuit. Et au milieu de la nuit , paf ! Réveil en sursaut. N’ayant même pas le temps de se lever , elle chope le premier sac plastique à sa portée et rend tout son repas du soir. Bye bye quinoa , bye bye légumes…Au passage , même si le sac avait quelques petits trous , heureusement qu’il était là celui-là…on se serait bien vus chercher de quoi nettoyer là-bas dedans en pleine nuit…

 

Tout ça pour dire que cette nuit ne fut pas de tout repos. Le lendemain , vu le temps pluvieux , nous changeons notre programme. Initialement , nous avions prévu une autre journée de marche. Mais vu la météo et l’état de Charline , nous décidons de rentrer à Cuenca et d’y passer une journée relax glande-écriture d’articles.

info28 Infos utiles :

  • Pour pouvoir vous inscrire au parc , vous devrez montrer votre passeport. Ne l’oubliez pas !
  • Nous vous conseillons de prendre un sac de couchage assez chaud ou , comme nous , un sac standard et des habits bien chauds.

 

Encore une région de rêve pour les randonneurs , les amateurs d’architecture ou ceux qui aiment les deux. Une très belle région d’Equateur qui vaut le détour !

 

Dans le prochain article , nous vous emmenons un peu plus au Sud , dans le lieu qui sera probablement notre dernière halte en Equateur : Vilcabamba…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

2 reflexions sur “— Cuenca et le parc national Las Cajas —

  1. Domi

    Bon anniversaire Charline et bon anniversaire de mariage à tous les deux on pense bien à vous
    Gros bisous de même Pepe papa et Bibi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu