Charlex's World

— De Vilcabamba au Pérou —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Et voilà , notre dernière étape dans ce pays vient d’arriver et c’est à Vilcabamba que nous avons décidé de poser nos sacs à dos pour quelques jours.

Mais avant d’arriver ici, laissez-nous vous décrire ce trajet quelque peu difficile

1

Trajet de Cuenca à Vilcabamba

La dernière soirée que nous passons à Cuenca se fait en compagnie de deux belges que nous avions rencontrés à Puerto Lopez : Romain et Val. Et une bière, et deux, et trois…. Bref ce fut une soirée arrosée. Nous avons tout de même eu le temps entre deux gorgées de motiver nos nouveaux amis belges à nous suivre dans notre périple jusqu’à cette petite ville de Vilcabamba pour le lendemain.

9 heures pétantes donc, frais comme des gardons (ou pas…), nous nous mettons en route tous les 4 pour le terminal terrestre où nous prendrons un premier bus pour la ville de Loja.
Que dire de ce trajet ? Tout d’abord, il faut préciser que nous n’avions plus l’habitude de faire de longs trajets en bus depuis la Colombie. Et c’est une chose à laquelle on s’habitue vite…
Nous enchaînons donc 5 heures de transport jusqu’à Loja sans trop de difficultés si on ne compte pas du fait que Charline , toujours victime de pics de fièvre , ne peut pas retenir une petite galette entre deux virages. Un vrai bonheur. L’idée de devoir se taper encore 1h30 de bus ne nous réjouit pas énormément…Mais nous n’avons pas vraiment le choix. Cap donc sur Vilcabamba.

info28 Infos utiles :

  • Trajet de Cuenca à Loja : Il existe deux compagnies qui font ce trajet. Les horaires de départ sont 7h45 , 11h00 , 16h00 , 19h30 et 00h00.
  • Le temps de trajet est d’environ 5 heures et coûte 7,50 dollars.
  • Bus de Loja à Vilcabamba : le trajet dure environ 1h15 et coute 1,50 dollars/personne.

Vilcabamba, la ville de hippies

Dès que le bus commence à approcher de notre destination, nous savons de suite que cet endroit va nous plaire. Un petit village niché au milieu des montagnes, un climat semblant idéal, une nature luxuriante toute proche….Un petit paradis.
Vilcabamba est une ville connue en Equateur (et dans le monde entier) pour le nombre de centenaires qu’elle possède. La ville profite d’ailleurs de ce fait pour attirer bon nombre de gringos qui veulent profiter à leur tour de cette source de jouvence….Enfin bon , cette rumeur sur les centenaires a été confirmée fausse , mais cela reste un prétexte pour attirer les touristes. De plus , nous n’avons pas vraiment vu beaucoup de personnes âgées dans les rues…

8

La belle église colorée du village.

Mais Vilcabamba , c’est aussi et surtout LA VILLE DES EXPATRIES. Elle ne ressemble en rien à ce que nous avons vu en Equateur. Toutes les nationalités se confondent ici. La plupart des établissements sont tenus par des étrangers. Bref un vrai paradis de gringos ! Mais aussi de hippies. Beaucoup de magasins vendent des vêtements très colorés, des petits stands de colliers se trouvent dans la rue, et on y trouve aussi énormément de restaurants végétariens…
Sans parler du climat idéal. Il y fait ni trop chaud ni trop froid , et ce toute l’année.

9

14

L’aire protégée de Rumi Wilco

Comme ça faisait un bon moment que nous n’avions plus utilisé notre maison portative, il était temps de remettre ça. Nous avions entendu parler d’un camping niché au cœur d’une réserve naturelle. Nous décidons donc de nous y rendre afin de profiter au maximum du calme. Notre première constatation en y allant en taxi est que ce n’est pas la porte à côté. C’est même très reculé du centre. Après environ 10 minutes de marche depuis l’entrée, nous arrivons sur le fameux terrain. Et ce qu’on peut dire c’est que c’est vraiment un lieu idéal pour planter la tente mais également pour rencontrer des voyageurs au long cours!! Nous sentons d’ailleurs que ce lieu est aimé des hippies vu l’odeur que dégage notre guide…

65Nous y retrouvons par ailleurs le couple de français : Marielle et Fabien que nous avions rencontrés sur le trek de Quilotoa. Décidément , le monde est petit. Les équipements sont sommaires. Une douche froide (avec une chose se voulant faire office de brûleur , mais ne créant aucune différence…) fermée par un simple rideau donnant sur la jungle. Et pour les toilettes , les infrastructures sont identiques. Mais ce lieu respire la sérénité. Une rivière passe tout près et il est possible d’y faire trempette. En revanche, vu le courant de celle-ci, nous n’avons pas été vraiment tentés. Il existe également des petites cabanes équipées chacune d’une cuisine et d’une salle de bain privée.
Ce lieu se trouvant dans une aire protégée, il existe beaucoup de chemins de randonnée balisés à travers la forêt à proximité.

20

info28 Infos utiles :

  • Prix d’une nuit en tente/ personne : 4 dollars.
  • Prix d’une nuit dans une cabane de 4 personnes : 40 dollars.
  • Il faut cependant savoir que si vous comptez faire la fête au centre-ville, ce lieu n’est pas l’idéal car il se trouve légèrement excentré. Vous devrez marcher environ 30 minutes pour l’atteindre.
  • L’aire de camping possède également une cuisine commune équipée à disposition pour tout le monde. Prévoyez votre nourriture comme il se doit afin de ne pas devoir retourner au centre-ville en acheter , car on ne trouve aucun magasin à proximité du camping.

Le Cerro Mandango

Ce qui nous a poussés principalement à venir visiter cette ville, c’est cette montagne à la forme très particulière. Après avoir vu quelque photos de cet endroit sur internet , impossible de manquer cela. Nous motivons donc les belges et le couple de français à se joindre à nous. Plus on est de fous, plus on rit (ou plus on en chie…). Nous prenons donc les renseignements nécessaires pour s’y rendre et c’est parti mon kiki !!!
La montée est relativement raide et encore plus sous un soleil de plomb. Nous manquons de perdre un poumon à chaque pas mais nous finissons par arriver à la fameuse croix en moins d’une heure. De plus , Charline n’étant pas encore tout à fait rétablie de la sale nuit qu’elle a passée (et oui , une de plus) peut être félicitée d’avoir grimpé tout ça !
Ce que nous pouvons dire , c’est que cette vue nous laisse sans voix. D’un côté, le village de Vilcabamba en contrebas; de l’autre, la fameuse montagne Cerro Mandango.

2

4

3

Après avoir admiré cette magnifique vue, nous nous motivons tous les 6 à continuer sur le sentier (qui devient de plus en plus étroit et raide) afin de manger nos délicieux sandwichs un peu plus loin , à l’abri du vent , au milieu de ce joli cadre. Car ça souffle là-haut !
Délicieux sandwichs ? Ce que nous avons omis de préciser, c’est que vu le nombre d’expatriés à Vilcabamba, il est très facile de trouver des bons produits de chez nous. Au détour d’une ruelle, nous sommes tombés sur une boulangerie française ! Autant vous dire que nous avons tout de suite craqués et avions presque le filet de bave quand nous avons aperçus une Vraie baguette. La première depuis des mois…et imaginez notre réaction quand nous avons vu que la boulangerie possédait un grand choix de fromage et de saucisson…Nous avons failli lâcher la larme. Bien sûr , nous ne pouvions pas résister….

10

11

L’estomac repus et cette petite escapade faite, des belles images plein la tête , nous redescendons en direction du village tranquillement.

info28 Infos utiles :

Il faut compter en général 3 heures pour l’aller-retour jusqu’au Cerro et 6 heures pour effectuer le tour complet. Pour y accéder, il suffit de suivre la route principale jusqu’à ce que vous tombiez sur un panneau indiquant le lieu. Il suffit ensuite de monter sur la droite , de passer par le petit portail se trouvant sur votre gauche , puis de suivre le sentier, très bien balisé, jusqu’en haut.

L’anniversaire en Equateur

Ce que nous n’avons pas précisé c’est que Charline fêtait ses 26 ans ce jour là (en même temps que nos noces de coton). Etant une grande fan de nature, cette randonnée face à cette jolie montagne était déjà pour elle un beau cadeau. Mais Alex et nos nouveaux amis ont décidé d’organiser une petite fête et un petit festin en son honneur. Du saucisson, du fromage, du vin rouge et de la baguette ! Quoi de plus pour rendre une française heureuse ? Souffler ses bougies avec ça ! Nous finissons donc notre soirée gastronomique en dégustant les délicieuse nouilles sautées aux légumes et au poulet préparées par Alex , tout ça en se réchauffant tous les 6 au coin d’un sublime feu de camp…
Une journée et une soirée inoubliables que la petite n’est pas prête d’oublier !

Un anniversaire mémorable...

Un anniversaire mémorable…

Le lendemain, nous avons un grand événement à regarder : le match Belgique-Italie. Nos amis belges, Valentin et Romain ne pouvaient louper ça pour rien au monde. Nous décidons donc de leur tenir compagnie et de les soutenir ! Vêtus de leurs drapeaux, maillots et bonnets au couleur de la Belgique , nous nous posons dans un bar du centre-ville pour regarder ce match.

Allez la Belgique!!!!!

Allez la Belgique!!!!!

Malheureusement notre soutien n’aura pas suffi…1 – 0 pour l’Italie. Mais nous serons quand même présents pour sécher les larmes de nos amis et les prendre dans nos bras pour consoler leur tristesse…Ils ne sont pas prêts à remanger de la pizza et des spaghettis…Val voulait d’ailleurs aller dans un magasin pour y piétiner toutes les pâtes.

13

info28 Infos utiles :

Avant ce fameux match , nous sommes allés manger un délicieux almuerzo style italien dans un hôtel-restaurant appelé Jardin Escondido. Nous vous conseillons fortement de vous y essayer , car nous avons dégusté un repas absolument sublime pour 3,50 dollars chacun.

 

Le trajet jusqu’au Pérou

Si vous suivez le même chemin que nous , préparez-vous mentalement à vivre une sacrée aventure. Depuis Vilcabamba , la destination visée était Chachapoyas

info28 Infos utiles :

Il existe trois postes-frontières entre l’Equateur et le Pérou:

  • Tumbes (sur la côte)
  • La Balsa
  • Macara

 

Nous avons choisi de passer par La Balsa.

Une frontière empruntée par très peu de backpackers ? Allons-y ! Un trajet de deux jours ponctué de 6 changements de bus ? Qu’à cela ne tienne ! Complexe ne rime-t-il pas avec Charlex ? Allez hop ! Départ ! De plus , nos 4 amis ont les mêmes projets. Nous partons donc à 6 pour ce long périple.

Vilcabamba – Zumba

Nous nous levons à 5h30 pour prendre le bus en direction de Zumba en compagnie de nos 4 amis. Pour le moment , nous savons plus ou moins à quoi nous attendre , mais nous partons de bonne humeur et avec le sourire.

Le bus qui nous amène à Zumba est tout à fait correct. La route est montagneuse , ce qui veut dire beaucoup de virage , mais magnifique ! Ainsi , nous virevoltons entre les reliefs durant plusieurs heures.

info28 Infos utiles :

Le trajet Vilcabamba – Zumba dure environ 4h30 et coûte 8,50 dollars/personne. Le bus part à 6h30 ou 9h30.

Zumba – La Balsa

Arrivés à Zumba , nous débarquons dans un terminal de bus perdu au milieu de nulle part en marge du petit village de Zumba. Il n’y a littéralement rien autour. Nous n’avions pas réussi à trouver des horaires de bus pour aller à La Balsa , nous espérions donc avoir un bus assez rapidement. Mais ça aurait été trop facile…arrivés aux alentours de 11h , on nous indique que le prochain bus part à 14h30. Vu qu’il n’y a aucun autre bus , nous prenons nos billets comme des abrutis sans réfléchir plus de 10 secondes. Suite à cela , en nous baladant dans ce terminal faisant à peu près 50 mètres de long , nous apprenons que des taxis peuvent nous emmener à La Balsa pour quelques soles de plus , et tout de suite…nous retournons donc argumenter avec la responsable de la compagnie de bus pour nous faire rembourser nos billets. Et là , elle nous dit que c’est impossible. Quoi ? Mais t’as qu’à reprendre tes bouts de papier pourris et nous rendre notre argent , idiote ! Hé ben non…après 30 minutes de négociations , rien n’a changé. Trois baffes ont failli partir , mais Alex est resté gentleman. Nous attendons donc notre bus et , pour nous occuper , composons une chanson racontant notre début d’épopée et faisant les louanges de cette chère dame.

16

info28 Infos utiles :

Le trajet en bus dure 2h30 et coûte 2,50 dollars/personne. Les horaires de départ sont 8h00 , 14h30 et 17h30.

Le trajet en taxi coûte 20 dollars.

 

14h30 , nous embarquons dans ce fameux bus. A l’allure de celui-ci, nous avons l’impression de partir en safari. Cela ajoute encore un peu plus de magie à notre épopée ! Et attention , ça secoue ! 2h30 de trajet dans ce petit bus au milieu des montagnes sur une piste on ne peut moins plate. Nous en rigolons encore. Cela dit , les paysages tout au long de ce trajet sont encore une fois à couper le souffle.

19

Le fameux bus safari.

Durant le trajet , nous passons par un poste de contrôle militaire. Le militaire de faction à cet endroit doit vraiment s’ennuyer durant ces longues journées. En effet , nous remarquons que même les pierres entourant le baraquement étaient peintes en camouflage. Un camouflage qui était d’ailleurs bien raté…

Arrivés à La Balsa , direction le bureau d’immigration. Contrairement à ce à quoi nous nous attendions , aucun problème. L’affaire est pliée en 10 minutes chrono. Une fois passé le pont enjambant la rivière délimitant la frontière entre les deux pays , même topo à l’immigration péruvienne : 10 minutes chrono. De plus , le douanier est très souriant et agréable.

info28 Infos utiles :

S’il vous reste quelques dollars en billets , vous pourrez les échanger à la douane sans problème , même auprès du douanier lui-même.

 

Et nous voilà officiellement au Pérou!!!

Et nous voilà officiellement au Pérou!!!

La Balsa – San Ignacio

A la douane , des taxis attendent les voyageurs pour les emmener jusqu’à San Ignacio. Ce sont des voitures 5 places. Il faut généralement attendre qu’elles se remplissent pour pouvoir partir. Par chance , nous sommes 6 , et une péruvienne se trouve déjà dans une voiture. Nous partons donc de suite. Encore une fois , la route est montagneuse et les paysages sont merveilleux. Nous remarquons par ailleurs que la culture du café est l’activité phare de la région. Tout au long du trajet , nous croisons des locaux faisant sécher leur grains à même le bitume. Nous remarquons également que notre voiture est quelques peu essoufflée et que le conducteur se prend pour un pilote de rallye. Entre les pneus qui crissent dans tous les virages et le moteur qui s’éteint de temps en temps en route , nous ne sommes pas certains d’arriver à bon port…

Après 2 heures de route , ouf ! Nous arrivons. Nous nous mettons ensuite en quête d’un hôtel que nous ne tardons pas à trouver. A ce moment , notre première constations est la suivante : le réceptionniste doit en être à son premier jour , ou c’est vraiment une chèvre…il nous faut 30 minutes pour lui expliquer , en espagnol qui plus est , que nous sommes 6 et qu’il nous faut 3 chambres doubles. Quel combat ! Nous remarquerons par la suite que les péruviens sont tous aussi doués les uns que les autres. Mais ça sera pour la suite.

La fin de journée sera consacrée à un repas (pas terrible…) et une bière , suivis d’une bonne nuit de sommeil.

info28 Infos utiles :

Le trajet en taxi coûte 15 soles/personne.

San Ignacio – Jaen

Le lendemain , nous partons en quête d’un moyen de transport pour nous emmener à Jaen. Nous avons lu qu’il était possible de s’y rendre en collectivo. On nous indique qu’il faut se rendre à la sortie de la ville , après le poste de police , à environ 15 min à pied du centre. Tous les locaux nous disent « prenez une moto-taxi , c’est super loin ! ». Vraiment tous des fainéants…

Arrivés à l’endroit visé , toujours à 6 , un groupe de rabatteurs nous sautent dessus. Nous négocions un taxi pour 10 soles/personne , soit le prix standard du collectivo. Nous embarquons dans un minibus et nous partons. 10 minutes plus tard , notre chauffeur nous dit « on va juste passer prendre 2 autres personnes ». Sachant qu’il nous restait plus qu’une place dans le minibus , nous nous regardons en espérant que ces deux lascars ne sont pas trop gros. Et surprise ! Les deux sont plus imposants que n’importe lequel d’entre nous…Le chauffeur nous demande d’aller à deux devant (à la place du mort) ou à 4 derrière…et c’est à partir de ce moment qu’on commence gentiment à s’exciter. Nous lui faisons comprendre patiemment que ça ne passera simplement pas , et que nous n’allons pas nous serrer exprès pendant 2h30 pour offrir notre confort , que nous avons payé comme les autres , à deux autres personnes. Le chauffeur nous demande donc de payer 10 soles de plus en contre-partie pour combler la place vide…soit , nous nous exécutons , mais ce genre d’arnaques nous saoule déjà.

Plus loin , il nous dit que nous allons encore nous arrêter pour prendre une personne. Alex , qui est à l’avant , lui dit donc que nous espérons récupérer nos 10 soles. Mais le chauffeur ne veut pas , sous prétexte que le prix est normalement de 16 soles chacun et que nous avons eu droit à une ristourne car nous sommes 6…et là , les tours montent. Alex commence à hausser la voix et lui explique , patiemment toujours bien entendu , que nous avions demandé un collectivo (à 10 soles donc) , que nous avions payé 10 soles supplémentaires pour privatiser notre minibus , que les prix ne peuvent pas être changés comme ça , et que le reste n’est simplement absolument pas notre problème. Ayant bien compris que nous n’allions pas nous laisser faire , le chauffeur ne s’arrête pas et arrête ses embrouilles. Il s’en est fallu de peu pour qu’il bouffe son volant et qu’il y laisse ses dents. Bienvenue au Pérou !

18

Un des nombreux paysages magnifiques que nous avons eu la chance d’apercevoir durant ce long trajet…

Jaen – Bagua Grande

Arrivés à Jaen , nous devons nous rendre à un autre terminal. Nous prenons donc une moto-taxi pour 3 soles (prix par moto-taxi). 5 minutes plus tard , nous embarquons dans le minibus pour Bagua Grande.

info28 Infos utiles :

Le trajet coûte 5 soles/personne et dure 1h30.

Arrivés à Bagua Grande , nous mangeons un almuerzo au terminal au restaurant d’un homme tout à fait charmant , contrairement aux chauffeurs qui n’attendent qu’une chose : que les touristes arrivent pour leur sauter dessus. Un conseil : si vous souhaitez prendre votre temps , et que ces messieurs vous saoulent , n’hésitez pas à leur dire sèchement ce que vous pensez.

Après nous être restaurés , nous embarquons dans le premier minibus.

Un des nombreux paysages de rizières que nous avons croisé...

Un des nombreux paysages de rizières que nous avons croisé…

Bagua Grande – Chachapoyas

Notre dernière étape , enfin ! Les 2 heures de trajet se passent plutôt bien. Cela dit , la route est bien sinueuse et manque de faire vomir plus d’une personne dans le bus. Mais malgré cela , nous apprécions le spectacle offert par ces paysages montagneux que nous aimons tant. Et nous arrivons sains et saufs.

info28 Infos utiles :

Le trajet dure environ 2 heures et coûte 10 soles/personne.

 

Cette épopée fut longue , mas la route fut magnifique. Les quelques tentatives d’arnaque mises de côté , la route fut relativement agréable. Pour toutes les personnes ayant suffisamment de temps , nous vous conseillons de tenter l’expérience. Cela dit , celle-ci fut peut-être facilitée pour nous étant donné que nous étions 6. Peut-être qu’elle est plus difficile à deux ou seul(e) , ne serait-ce que parce que les locaux n’hésiteront sûrement pas à faire grimper les prix. Hé oui , l’effet de groupe fonctionne souvent assez bien…essayez donc de trouver si possible un maximum de partenaires de voyage.

Si vous venez d’Equateur , attendez-vous à un changement radical de mentalité. Tout au long du trajet , et même après , soyez vigilants et faites gaffe aux arnaques. Nous espérons de notre côté que ce n’est qu’une première impression et qu’elle ne se confirmera pas durant la suite de notre voyage au Pérou…

La photo de Teddy

Même Teddy soutenait la Belgique pour l’occasion….

22

Si vous aimez les villages tranquilles perdus au milieu de la nature et les routes offrant des points de vue absolument sublime , empruntez donc cette frontière. Une des plus belles routes que nous ayons empruntée..

Au prochain article , nous dresserons le bilan et le budget de l’Equateur puis nous vous ferons visiter le premier endroit où nous nous sommes arrêtés au Pérou : Chachapoyas et ses environs…

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu