Charlex's World

— Guatape et Medellin —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Notre arrivée à Guatape

Rappelons-le, nous étions à Guadalupe auparavant. Depuis ce petit village, nous avons dû prendre toute une série de transports publics pour retourner à Bucaramanga, mais nous vous épargnerons les détails. Le plus simple est de se rendre à Oiba, puis de prendre le premier bus disponible pour Bucaramanga. Nous n’avons pas choisi cette solution car nous étions 4 (avec José et Claudia) et aucun bus direct n’avait assez de place pour nous prendre.

A noter que pour se rendre dans la région de Medellin, il est préférable de passer par Bucaramanga plutôt que par Barbosa, car la route entre cette dernière localité et Medellin est en mauvais état, ce qui rend le temps de trajet plus long et certes moins agréable.

Nous avons fait en sorte d’arriver à Bucaramanga en fin de soirée pour pouvoir prendre un bus de nuit jusqu’à Medellin.

info28 Infos utiles:

  • Le trajet Oiba-Bucaramanga devrait normalement durer entre 4 et 5 heures. Nous ne pouvons pas vraiment vous renseigner sur le prix vu que nous avons fractionné le trajet. A titre indicatif, nous avons payé 30000 pesos/personne au total.
  • Le trajet Bucaramanga-Medellin dure environ 9 heures. Cependant, si vous allez à Guatape, vous pouvez demander à ce que le bus vous dépose sur la route principale dans les environs de Marinilla pour ensuite prendre un bus local qui se rend à Guatape. Vous y gagnerez en temps et en argent. Le trajet Buacaramanga-Marinilla nous a coûté 45000 pesos/personne et le trajet Marinilla-Guatape 8000 pesos/personne.
  • Les derniers bus partant de Bucaramanga en direction de Medellin partent à 1h du matin.

 

3

Nous sommes donc arrivés à Guatape aux environs de 10h sous la pluie battante. Une vraie journée bien pluvieuse comme on les aime. Une de celles qu’on voit rarement sous nos latitudes. Et devinez qui était dans le bus !? Nos potes anglais des San Blas ! Toute l’équipe au grand complet ! Autant vous dire que nous n’avons pas cherché à taper la discussion avec eux , et c’était réciproque. De plus , après notre long trajet bien fatiguant qui ne fut pas des plus rectilignes , nous n’étions pas vraiment d’humeur à jouer la carte de l’hypocrisie. Ils ont donc finalement bien fait de ne pas tenter d’entamer un léchage de botte quelconque.

Au vu de leur léger paquetage , ils devaient être venus à Guatape depuis Medellin pour visiter la ville et les environs durant la journée. Nous n’aurions pas voulu faire cela sous cette pluie torrentielle… Encore aujourd’hui, nous en sommes convaincus ! Ca , c’est le karma ! Fallait pas faire chier les Kunas !

Nous débarquons donc de ce bus et nous mettons en quête d’un hébergement, que nous ne tardons pas à trouver. Nous avons dormi à l’hôtel Lagos de Guatape. Le prix de la chambre double est de 50’000 pesos/nuit. Cet endroit n’a rien de spécial, mais il est propre et le lit est confortable. Ah et ils prétendent avoir de l’eau chaude, mais ce n’est pas le cas. Alex a donc une fois de plus vu ses organes génitaux rétrécir quelque peu, tandis que les tétons de Charline pointaient droit vers l’infini et l’au-delà. Autant le dire, les douches furent de courte durée, surtout sachant qu’il ne faisait pas plus de 15 degrés dehors.

1

Guatape

Le village

Après une sieste plus que bienvenue, nous nous mîmes en route afin d’arpenter les rues de la ville et valider les rumeurs affirmant que Guatape se trouve être un des plus beau village de Colombie. Il est vrai que les bâtiments de ce petit village se trouvent être très colorés et leur superposition aux ruelles pavées offre à ce milieu urbain un charme certain. Par ailleurs, des dessins représentant des scènes de la vie villageoise quotidienne peuvent être observés sur les façades des maisons.

9 5

Nous avons donc parcouru quelques-unes de ces ruelles avant de nous asseoir à une terrasse de la place centrale pour déguster un bon pan de queso.

6

2

Le soir, complètement affamés, une pensée logique vint à notre esprit : « Ben tiens, et si nous allions manger ?! » Hum, facile à dire…nous ne tardons pas à découvrir que tous les restaurants de la ville ferment avant 19h. Pourquoi ? Les employés doivent certainement tous avoir quelque chose de très important à faire tous en même temps et tous les jours , style un mariage ou un enterrement. Nous nous sommes donc rabattus sur le seul restaurant encore ouvert. Pourquoi y en avait-il un ouvert ? Certainement parce que personne n’y vient quand les autres le sont…effectivement, ce n’était pas l’établissement du mois. D’ailleurs, les proprios avaient l’air aussi assez pressés de fermer pour se rendre au même mariage…Nous avons tout de même réussi à engloutir nos plats en 5 minutes. Suite à cela, ce fut presque comme si le serveur avait tiré nos chaises sous nos fessiers pour les empiler sur la table.

Notre conseil : mangez de façon conséquente à midi !

7 8

La Piedra del Peñol

14

Le lendemain, nous partons pour la visite de La Piedra del Peñol. Vu que nous sommes des asociaux notoires et que nous voulions être les premiers en haut, quitte à faire sauter les escaliers pour empêcher les autres de monter, nous prîmes un taxi pour nous rendre au pied de l’édifice. En arrivant à destination, nous nous rendîmes compte d’une supercherie décevante. Avant de vous la révéler, nous allons vous donner un conseil :

N’ACHETEZ PAS LE PETIT FUTE. Et si vous le possédez déjà, BRÛLEZ-LE !

Encore une fois, celui-i nous a déçus. Alors qu’il fait mention d’un prix de 10’000 pesos pour monter sur le monolithe, le prix réel est de 15’000 pesos…autant voyager sans guide dans ces conditions. Optez donc pour le Lonely Planet. Même si les prix ne sont pas toujours justes, les marges semblent tout de même moins importantes.

Le tuk tuk colombien...

Le tuk tuk colombien…

Une fois l’entrée payée , nous débutons notre ascension. 740 marches plus tard , la voilà ! La vue tant attendue sur le lac El Peñol , troisième plus importante retenue d’eau du pays. Il va de soi qu’on peut qualifier ce spectacle de magnifique ! Encore une fois, l’effort vaut bien la récompense. Et de plus, nous sommes absolument seuls durant environ 10 minutes. On ne demandait rien de plus !

13

11 10 12

Cependant , même en admettant que ce spectacle soit magnifique , il faut admettre que les colombiens sont quelque peu…fiers de leur pays. Après , les plus belles plages du monde au Parque Tayrona , nous avons tout de même droit à la plus belle vue du monde ! Halala , chanceux que nos sommes….nan mais quand même le mecs, c’est beau mais faut pas abuser non plus….
DSC05575

info28 Infos utiles:

  • Pour nous rendre de Guatape au site, nous avons payé le taxi 10’000 pesos. Nous aurions certainement pu payer moins en négociant, mais Alex n’a pas encore chopé ce réflexe. N’hésitez donc pas à argumenter de votre côté.
  • Si vous avez des problèmes cardiaques ou le vertige , ne montez pas ! Les marches sont très raides et les rambardes inexistantes. Nous conseillons également d’être en bonne forme physique.
  • Le trajet de Guatape au site à pied prend environ 1 heure.

 

DCIM100GOPROG0031563.

Lors de notre retour à pied jusqu’à Guatape , nous avons assisté à un spectacle quelque peu insolite. Nous savions que certaines personnes vivent sur des bateaux. En revanche , c’est la première fois que nous voyons des maisons littéralement posées sur des embarcations. On ne sait pas trop comment il faut appeler ces embarcations.

17 15

Suite à cela , nous avons pris le bus direction la magnifique MedellinLe bus pour s’y rendre coûte 13’000 pesos/personne depuis Guatape.

La somptueuse Medellin

Bon , soyons clairs : ce titre est ironique à 200%. A la base, nous ne voulions même pas nous y rendre. Mais pour nous rendre à notre prochaine destination , nous étions obligés d’y passer. Nous avons donc décidé d’y passer la nuit pour prendre un bus tôt le lendemain matin. Autant dire que notre impression première fut la bonne. Arrivés là-bas et notre hôtel trouvé (dans le quartier de Candelaria , juste derrière le fameux Palacio de la Cultura entouré de ces statues de personnes obèses à poil) , nous décidâmes tout de même de faire un tour des environs. Une sensation nous vint unanimement : BEURK ! 

Un élément ne joua pas en notre faveur : il pleuvait et le sol était quelque peu glissant , même avec des chaussures. Vu que nous n’avions même plus de chaussettes propres (plus le voyage avance, plus on devient pouilleux), nous étions obligés de chausser des tongs. Nous avions l’impression de faire du patin à glace, mais sans les patins et au milieu des seringues.

Oui, bon, nous exagérons un peu sur ce dernier point. Toutefois , il faut savoir que Medellin fut un temps le fief de Pablo Escobar. Et ça se ressent ! Ca se respire, ça se vit…le nombre de drogués , shootés , camés au mètre carré ne se compte même pas. Vous ne connaissez pas le petit Pablo ? Allez faire un tour sur Wikipédia pour découvrir l’histoire de ce brave homme.

Pour vous donner une idée de l’ambiance , imaginez-vous devant votre hôtel alors qu’un pouilleux de première catégorie (c’était au moins du niveau 5, celui-là) vient tenter d’engager la discussion dans une langue totalement inconnue (la discussion s’arrête en gros à blableuhbleuh). Celui-ci possédait d’ailleurs la faculté de baver un litre à la minute sur sa propre veste, tout en tenant un sac plastique dans lequel il devait avoir du poppers qu’il sniffait sans relâche. La première réaction de Charline fut d’ailleurs : « Alex, je me cache derrière toi, je vais vomir si je le regarde. »

Et cette scène peut se voir à tous les coins de rue, jonchés d’ordures. Vous imaginez donc que nous sommes partis dès le lendemain sans demander notre reste.

Trêve de plaisanterie , ce spectacle fut d’une tristesse sans égal…les conditions miséreuses et malsaines dans lesquelles vivent ces gens choquent et ne peuvent vous laisser de marbre. Cela ne donne certes pas envie de rester dans cet endroit , mais au-delà de ça , nous ne pouvons pas nous empêcher de ressentir de la peine pour ces personnes nées au mauvais endroit.

Mais nous avons tout de même profité de revoir un compagnon de voyage autour d’un bon repas italien (les patacones et les empanadas auront eu raison de nous) et d’une bière le soir venu. D’ailleurs, on a explosé le budget (10 euros chacun, ça fait mal !).

P.S. Afin de ne pas heurter la sensibilité de qui que ce soit, nous évitons de mettre quelque photo (que nous n’avons d’ailleurs même pas prise) de ce magnifique endroit.

La photo de Teddy

Malheureusement, Teddy fut indisposé cette fois. Son overdose de cocaïne à Medellin avait affaibli quelque peu son système immunitaire , ce qui a permis au virus du Zika de faire son chemin au sein de son organisme beaucoup plus facilement. En rémission actuellement , il a promis d’être présent au prochain article. Nous nous sommes par ailleurs faits la promesse de ne plus jamais le laisser arpenter les rues de quelque ville que ce soit tout seul.

 

Amateurs d’architecture colorée, d’ambiance de petit village et de superbes vues plongeantes, allez de ce pas à Guatape. En revanche, qui que vous soyez, ne mettez pas un pied à Medellin.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu