Charlex's World

— Huaraz, le paradis des montagnards —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Huaraz, ça faisait longtemps que nous avions entendu parler de cet endroit. Lors de notre précédent voyage au Pérou , nous n’étions pas venu ici à cause de la saison des pluies. Hors 3 ans plus tard, nous nous trouvons être dans la saison parfaite. Ce n’est donc pas un hasard de parcours si nous nous sommes retrouvés ici.

Le trajet en bus de luxe

Huanchaco, c’était bien beau. Mais rester trop longtemps à glander au même endroit n’est pas vraiment notre tasse de thé.  Nous adorons les plages, sauf que nous commençons vite à avoir les jambes qui fourmillent si nous ne faisons rien. Départ donc pour la montagne.

61

Nous prenons donc un bus de nuit qui nous mènera jusqu’à notre destination. Mais alors là nous avons été surpris de voir le standing de luxe de la compagnie de bus Linea ! Terminal de bus digne d’un aéroport (avec contrôle des sacs et Cie),  sièges inclinables à 160 degrés,  vue panoramique (bien sûr nous avons sauté sur les places de devant au deuxième étage , sans réfléchir au fait qu’il ferait nuit…), télévision…Bref un bonheur après tous ces trajets catastrophiques.

info28Infos utiles :
Nous ne pouvons que vous conseiller la compagnie LINEA.
Prix Trujillo – Huaraz: 40 soles/personne.
Le trajet dure environ 8 heures.

 

84

Arrivés à 4h30 du matin dans le terminal de Huaraz,  nous trouvons rapidement un taxi à qui nous demandons de nous poser à l’hostal El Tambo.
Nous avions lu sur des blogs de voyageurs qu’il était possible de dormir à 2 pour a peine 20 soles (soit 6 euros…). Nous débarquons donc en pleine nuit et la propriétaire nous installe dans une petite pièce avec des matelas afin que nous puissions finir notre nuit avant qu’une chambre ne se libère.
Que dire de cet endroit ?
Aucune chambre privée ne s’étant  libérée, nous nous retrouvons donc dans un dortoir de 5 personnes, dont les deux belges (nous ne nous quittons plus !). Jusque-là pas de problèmes. Mais parlons plutôt de la nuit (ou les quelques heures de sommeil) que nous avons passées là-bas.
Imaginez des petites pimbêches faire la fête juste devant la porte de votre chambre et ça jusqu’à 4h30 du matin en hurlant à s’en péter la voix. Et imaginez qui plus est que qu’il s’agisse des volontaires travaillant dans cet hôtel…
Mais il y a encore mieux ! Imaginez que vous devez vous lever à 5 heures du matin pour partir en expédition.
Nous n’allons pas vous faire un dessin ; au réveil , nous n’étions pas bien frais.
Hormis cela, l’auberge est sympa mais mériterait un bon coup de balai et de serpillière (panosse pour mes amis suisses). Si ce n’est qu’il faut être à l’aise avec les hippies et aimer être quelque peu serrés pour tenir plusieurs jours dans cet établissement. Il y avait d’ailleurs des types vraiment louches.

  • Le mec à tête de pervers tournant toute la journée dans l’hôtel on ne sait pourquoi ;
  • Le camé argentin qui te dévisage sans rien dire pendant de longues secondes ;
  • Le type qui a son sac dans ton dortoir (sans pour autant y avoir de lit) et qui entre comme s’il était chez lui pour chercher des affaires , ou même pour squatter un lit qui n’est pas le sien (expérience vécue par notre ami belge)

Bref , tous ces braves types ne mettent pas vraiment en confiance.

Pour quelques soles de plus , nous avons préféré changer d’hôtel car l’ambiance hippie perché c’était pas trop notre délire.

Des moutons sur le toit d'un bus...Bienvenue au Pérou!!

Des moutons sur le toit d’un bus…Bienvenue au Pérou!!

Un cochon d'inde pour le déjeuner, ça tente quelqu'un?

Un cochon d’inde pour le déjeuner, ça tente quelqu’un?

Qu’on se le dise, Huaraz n’est pas une belle ville.  C’est même une ville terriblement moche. Circulation,  klaxons incessants (oui car ici , ce n’est pas vous qui appelez le taxi , c’est le taxi qui vous appelle) ,  pollution à foison… Un sublime cocktail !
Mais Huaraz c’est aussi et surtout le point de départ pour aller crapahuter sur les belles montagnes qui l’entourent.

52

La plaza de Armas.

51

47

Il faut quand même préciser que Huaraz se trouve près d’une des plus belles cordillères du monde: la Cordillère Blanche. Pour les amoureux de la montagne que.nous sommes, nous n’avons pas pu rester longtemps en place. Et la première escapade fut…

La laguna 69

Non messieurs dames, désolé de vous décevoir mais il n’y a rien de sexuel qui se passe la bas. 🙂
La Laguna 69, c’est une des plus hautes lagunes du Pérou (4600 mètres) et certainement une des plus belles.
Après s’être renseignés sur les différentes façons d’y accéder,  nous avons opté pour la facilité. Le faire avec une agence. Pourquoi nous direz-vous ? Nous qui cherchons toujours à tout faire par nous-même.
Hé bien bizarrement , il est beaucoup plus économique de passer par une agence.

Après avoir réservé ce tour via l’hôtel, le bus vient donc nous chercher à 5 h du matin.
2h 30 de trajet plus tard, nous voilà débarqués à un poste d’entrée du parc national de Huascaran. Nous avons le choix entre une entrée à la journée où un pass de 21 jours. Ayant prévu de faire plusieurs escapades dans ce parc, il est plus logique et plus économique pour nous de prendre le pass.
Premier arrêt: la laguna llanganuco. 
Il s’agit d’un lac d’un bleu quasi turquoise surplombé par la plus haute montagne du Pérou : Huascaran.
Juste le temps de faire quelques photos et d’admirer ce sublime panorama avant de remonter dans le bus pour se diriger vers la lagune tant attendue.

88

53Le début de la randonnée commence à 3900 m d’altitude.
Nous ressentons rapidement que notre souffle est assez court et que notre cœur s’emballe au moindre effort.
Le chemin passe d’abord par une plaine à traverser avant d’attaquer la montée.
Les paysages que nous contemplons sont sublimes. Des plaines verdoyantes où les vaches broutent paisiblement. On se croirait presque en Suisse. Nous sommes éblouis face à tant de beauté. Nous continuons à monter et nous nous retrouvons face à une cascade majestueuse surplombée d’un glacier.

55Après ce bel effort,  nous nous retrouvons de nouveau dans une plaine avant d’enchaîner une nouvelle montée. Les montagnes majestueuses qui nous surplombent nous coupent le souffle. Malheureusement , la photographie ne peut pas retranscrire le sentiment qu’elles nous laissent , mais les voir se dresser devant nous est tout simplement des plus impressionnant et quelque chose de mystique s’en dégage.

5864 Cette fois-ci,  ça grimpe et pour de vrai ! Mais il en faut plus pour nous décourager. Nous savons que ce qui nous attend vaut bien l’effort que nous sommes en train de fournir.
C’est donc plus que motivés que nous franchissons les derniers mètres qui nous séparent de la fameuse lagune.  Charline est tellement impatiente, qu’elle ne ressent plus l’effet de l’altitude et court presque dans la dernière montée.
Et là…. Que le spectacle commence !
Nous avons l’habitude de voir des beaux paysages de montagne étant donné que nous vivons en Suisse mais ça… C’est clairement une des plus belles choses que nous ayons vu de notre vie.
Une lagune perchée à 4600 mètres surplombée par un énorme glacier.  Une lagune au bleu indescriptible. Nous ne savons même pas si cette couleur peut être décrite tant elle est incroyable.

5960
Si incroyable,  qu’Alex , comme hypnotisé , tente la baignade…Bon ok, c’était plus un défi qu’un choix ! 🙂 Pour les intéressés,  vous trouverez la vidéo dans la rubrique défis relevés.

Après avoir pique-niqué au bord de cette merveille , nous redescendons. Et ne croyez pas qu’une telle descente est des plus faciles à cette altitude. Elle est d’ailleurs même plus difficile que la montée pour Alex. Si bien qu’une fois arrivé à Huaraz après le trajet du retour , il est saisi d’un tel mal de tête qu’il part quasiment directement se coucher pour dormir jusqu’au lendemain. Attention donc à ne pas descendre trop vite , car ça ne pardonne pas !

62

info28 Infos utiles :

Nous sommes passés par un tour opérateur pour visiter la Laguna 69 ; cela nous a coûté 30 soles/personne. Ce prix peut monter à 35 soles en fonction des agences.

Il est également possible de s’y rendre seul en prenant un bus jusqu’à Yungay , puis un autre jusqu’à la lagune. Mais cela vous reviendra plus cher et vous prendra plus de temps

Par ailleurs , passer par une agence ne nous a pas donné l’impression d’être au Club Med. On nous a lâché au début du parcours , puis nous avons pu marcher à notre rythme sans devoir rester dans un groupe , ce qui était très plaisant.

Le glacier Pastoruri

Le lendemain , départ à 9h du matin pour ce fameux glacier culminant à 5’250 m d’altitude. Encore une fois , nous optons pour un tour opérateur. En effet , il est apparemment impossible de s’y rendre par soi-même à moins d’avoir sa propre voiture.

67

Vu comme nous adorons les sorties en groupe , nous espérons du moins que cela ne soit pas trop « Club Med ». Raté ! Le guide était un vrai sketch. Hormis sa voix de fausset légèrement efféminée , il était fait pour animer des sorties du 3ème âge ou des boums de camping.

  • « Bon , je veux que tout le monde se présente en donnant son prénom et d’où il vient. Toi tu viens de Suisse ? Allez , on applaudit tous très fort la Suisse ! »
  • « On est un groupe et nous devons tous nous concentrer sur la bonne énergie que nous dégageons. Allez , maintenant faites à câlin à la personne à votre droite ». (hors de question pour Charline , le mec puait beaucoup trop) ;
  • « Quand je dis « azucar » , tout le monde lève la main droite. Quand je dis « limon » , tout le monde lève la main gauche. »

Et nous en passons , et des moins glorieuses. Ca va 5 minutes , mais au bout de 2 heures , la plupart des gens n’ont qu’une envie , celle de le balancer par la fenêtre dans un virage. C’était clairement une personne qui ne supportait pas le silence et qui se sentait obligée de combler les vides sans relâche. Et alors qu’il arrivait à cours d’idées , une lueur d’espoir naquit dans notre esprit. Et juste à ce moment-là , le coup de grâce. Un touriste péruvien très imaginatif lance la fabuleuse idée suivante : « et si on chantait ? ». Si j’avais eu une pelle , j’aurais fait un massacre…Mais non , au lieu de ça , nous restons simplement assis bien sagement nos places à subir cela , quitte à s’en faire saigner les oreilles. Heureusement que la carotte en vaut la peine.

Premier arrêt , une halte scandaleusement ridicule où les touristes peuvent se prendre en photo avec les lamas portant habits et lunettes de soleil. Et le pire , c’est que ça marche…

66

Deuxième arrêt , un endroit ou poussent des espèces de cactus très particuliers d’une taille impressionnante. On peut d’ailleurs y observer une petite lagune assez profonde d’un bleu translucide magnifique. Avec les somptueuses montagnes en arrière-fond bien entendu.

68

69

Troisième arrêt , le sésame ! Le fameux glacier. Une fois sortis du bus , nous devons marcher environ 30 minutes. Ça ne semble pas grand chose , mais c’est un effort considérable à 5’240 m. Nous marchons donc à la vitesse d’un escargot. Une fois arrivés , nous sommes subjugués. Entre la paysage de la Laguna 69 et ça , nous avons clairement vu parmi les paysages les plus beaux de notre vie durant ces deux derniers jours. Tout simplement une splendeur. Nous avons d’ailleurs la chance de l’admirer en mangeant notre pique-nique avant de redescendre. Un vrai bonheur. Quant à la descente , elle se fait tout aussi lentement que la montée. Car encore une fois , une descente trop rapide peut engendrer de sacrées migraines. prenez donc votre temps.

93

78

76

75

73

Nous avons eu la chance de pouvoir admirer cette merveille de la nature , surtout sachant que ce glacier devrait avoir complètement fondu entre 2021 et 2023 d’après les prévisions.

Fort heureusement , la descente en bus fut plus calme que la montée. Apparemment , l’altitude avait calmé notre cher guide.

Nous terminons ensuite la journée par un bon repas en compagnie de nos amis belges et d’autres backpackers.

80

86

85

info28 Infos utiles :

Encore une fois , nous sommes passés par une agence pour visiter le glacier. Cela nous a coûté 30 soles/personnes. Comme nous l’avons dit , il est difficile de s’y rendre tout seul (nous n’avons pas entendu parler d’un quelconque autre moyen , à part d’avoir sa voiture). Même si l’impression « Club Med » était bien plus présente cette fois , nous avons tout de même pu explorer le glacier seuls , ce qui nous convenait parfaitement.

 

La photo de Teddy

79

Il n’est pas étonnant que Huaraz soit aussi connu par les amateurs de treks. Effectivement , les environs de cette ville regorgent de merveilles plus belles que ce que l’on peut imaginer. La beauté de ces lieux est tout simplement indescriptible. Et nous n’avons pas encore tout vu !

Au prochain article , vous partirez avec nous durant 4 jours pour le fameux trek de Santa Cruz…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu