Charlex's World

— Indonésie : Bilan et budget —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Il est venu pour nous le temps de dire au revoir, mais certainement pas adieu, à l’Indonésie ainsi qu’à l’Asie par la même occasion. Après 2 mois dans ce pays et 9 mois sur ce continent, nous sommes encore une fois convaincus que l’Asie est notre continent de cœur. Nous enchaînons sur cela avec l’Australie. Peut-être l’Océanie sera-t-il un nouveau continent de cœur et l’Australie un autre pays se situant dans le top? Seul l’avenir nous le dira. Mais pour l’heure, dressons rapidement le bilan de ces deux mois indonésiens.

Comme d’habitude, un petit sommaire qui vous facilitera sûrement la tâche:

Notre itinéraire

Nous n’avons pas du tout respecté l’itinéraire prévu. 1 mois à Java au lieu de 10 jours, 1 mois en Sulawesi, pas de Bali (enfin, juste 2 jours avant notre vol pour l’Australie), ni de Lombok, ni de Komodo, ni de Flores. Autant dire qu’on y est allés à l’impro totale et on ne regrette rien!

Itinéraire Java.

Itinéraire Sulawesi.

Budget

Hé ben là, on a été cloués. Nous qui pensions avoir sous-estimé le budget nécessaire, on se retrouve avec une sacrée marge. Nous avions prévu 23 euros/personne/jour et nous avons finalement dépensé 19,6 euros/personne/jour en moyenne. Un bonne surprise! Retenons tout de même que les quelques rares souvenirs achetés ne sont pas comptabilisés là-dedans afin que le budget s’accord le plus possible à un mode de voyage « petit budget ». Mais même avec cela, nous serions certainement dans les clous. Une dernière chose: les billets d’avion, que ce soit les vols d’entrée ou de sortie ou encore les vols internes, ne sont pas non plus comptabilisés.

Du côté de la nourriture

Aaaaaah la nourriture indonésienne! Quelle variété! Quelles saveurs! Quel délice!

Bon allez, on redescend sur terre, là. Les Indonésiens ne sont pas vraiment des cordons bleus. Hormis le riz frit et les nouilles frites, on trouve difficilement quelque chose. Enfin, cela dépend de l’endroit. A Bali par exemple (Kuta), c’est l’orgie de Western food, Autant dire qu’on a un peu craqué le slip avant de prendre notre avion…Sinon, on trouve facilement du poisson aux abords des côtes. A l’intérieur des terres de Java et Sulawesi par contre, c’est le néant…Voici un descriptif de quelques « spécialités »: A noter que ces plats changent du tout au tout à chaque fois, ce qui fait qu’on ne sait jamais à quoi ils « devraient » vraiment ressembler.

  • Bakso: ça, franchement, on a pas osé tester. C’est LE plat qu’on trouve absolument partout. Ce sont des boulettes de foie baignant dans une soupe.
  • Nasi Goreng: rien d’autre que du riz frit mélangé à quelques légumes accompagné de chips de crevettes. Le plat national par excellence. Croyez- nous quand on vous dit qu’au bout de 2 mois, ça peut vous faire serrer…
  • Nasi Campur: Simplement du riz avec du poulet frit et quelques légumes sur le côté. Enfin, c’est ce qu’on a eu en tout cas. A voir si c’est tout le temps comme ça…
  • Mie Goreng: des nouilles frites (baignant dans l’huile donc) mélangées également à quelques légumes. Voilà, voilà, encore une fois rien de bien folichon. Deuxième plat national qu’on peut trouver absolument partout.
  • Gado-Gado: là, on entre dans l’un peu plus rare. Ce sont des légumes mélangés à de la sauce à la cacahuète. Un peu plus goûtu mais un peu moins fréquent aussi.
  • Chicken Satay: soit les brochettes de poulet à la sauce satay. Nous pensions en trouver partout, mais ce n’était pas le cas. En dehors des grandes villes, c’était un peu plus difficile. Dommage, car ça, c’est bon!
  • Pour le reste, vous pouvez vous faire des combos:  Nasi Goreng + poulet = Nasi Ayam, Mie Goreng + poulet = Mie Ayam, etc. Un peu comme des plats transformers, quoi…

 

Du côté de la population

Alors là, mesdames et messieurs, nous pensions avoir vu le nec-plus-ultra aux Philippines, mais les Indonésiens nous on sciés! Ces gens sont simplement adorables! Et tout voyageur sait que cela constitue une grande partie de l’impression qu’un pays peut laisser en mémoire.

A noter que les Javanais nous ont laissé meilleure impression que les habitants de Sulawesi en général. Mais globalement, nous n’aurions pas pu espérer mieux. Ce pays nous a réservé un accueil plus chaleureux que nous aurions pu imaginer. Ces gens sont d’une gentillesse sans égal. Ils viennent vous aider avant même que vous n’ayez le temps de le leur demander. Sans parler des sourires radieux illuminant leurs visages. Ils pourraient vraiment nous donner de belles leçons de savoir-vivre qui rendrait certainement l’atmosphère publique plus agréable sous nos latitudes!

Leur seul point négatif: ils fument partout (mais vraiment partout) et tout le temps (surtout à java)! On a jamais vu ça ailleurs. Ce qui va suivre n’a rien à faire là, mais tant pis:  c’est d’ailleurs assez choquant de voir les pubs pour les clopes dans ce pays. « Ready for a new challenge » (prêt pour un nouveau défi) ou encore « Don’t quit » (n’abandonne pas) sont parmi les superbes slogans sur ces affiches géantes.

Nous avons d’ailleurs appris que lorsqu’on loue les services d’un Indonésien pour des travaux (construction par exemple), il faut toujours faire attention à négocier le prix EN INCLUANT OU NON LES CIGARETTES. Celles-ci sont très chères pour eux (entre 12’000 et 20’000 IDR) et si on ne précise pas cela, on peut vite se retrouver à devoir leur payer 2 ou 3 paquets de clopes par jour! Vu le prix prohibitif, c’est d’ailleurs vraiment étonnant de les voir fumer autant. Les marques de tabac font de l’excellent travail de communication et de publicité, on dirait…A tel point que c’est toujours perçu comme « cool » de fumer et que la plupart d’entre eux ne savent même pas que c’est dangereux pour la santé. Retour 50 ans en arrière!

Du côté des paysages

Encore une fois, du lourd…Plages paradisiaques, îles perdues, volcans, canyons, lieux hautement culturels, spots de surf, jungle, ce pays regorge simplement de tout et en quantité et qualité incroyable. A quelques heures de bus près, les paysages changent drastiquement et laissent à chaque fois place à quelque chose de tout aussi beau. Indonésie, de ce côté-là encore, tu nous a conquis!

C’est vrai qu’à y réfléchir avec un peu de recul, le contraste entre (par exemple) les Togian et le Mont Bromo est saisissant. Et tout ça se trouve dans le même pays. C’est dingue, j’te dis! DIIIIIIIINGUE!!!

Spécial : Du côté des transports

Normalement, on ne s’attarde pas sur ce point, mais là, ça en vaut le coup. En ce qui concerne Java et Sulawesi, si vous voulez voyager local, il vous faudra de la patience et de la largesse d’esprit. A comparer, même si les réseaux de bus sont moins développés en Sulawesi (on parle vraiment des bus locaux, hein!), les bus sont plus agréables à prendre. Une raison à cela: à Java, le bus a beau être sans fenêtres, sans ventilateur ni climatisation, tout le monde fume clope sur clope. Quelle sensation de bien-être cela procure de respirer la fumée des autres pendant des heures! A ce sujet, je (Alex) tiens à m’excuser auprès de tous mes potes non-fumeurs pour toutes ces soirées qu’on a passées ensemble lorsqu’il était encore autorisé de fumer dans les bars. Désolé les gars! Quand on fume, on se rend pas compte!

Au-delà de ça, de manière générale, les bus en Indonésie (sauf peut-être à Bali et Lombok?) sont catastrophiques. Ça nous a rappelé les Philippines et cet écoulement du temps si différent du nôtre…Ne jamais se fier aux distances sur les cartes pour calculer un temps de trajet! Tu veux faire 350 km? Crac! 15 heures de bus (presque) non-stop. Je pense qu’une moyenne de 15 à 20 km/h serait assez juste.

Et si l’état des routes n’est pas catastrophique, les arrêts continuels à tous les coins de rue feront fortement baisser votre vitesse moyenne (plutôt à Java, ça). Patience! Toute route a une fin.

Et les bateaux en Sulawesi, parlons-en aussi! Il faut être patient lorsque ceux-ci s’arrêtent sans raison pendant 4 heures à un endroit sans rien autour, avec tous les passagers à bord, et que rien n’est communiqué. Patient, oui, c’est le mot!

Autant vous dire qu’après tout ça, nous sommes plus qu’heureux d’arriver en Australie afin de pouvoir enfin profiter de notre propre moyen de transport: notre van. Ô joie! Ô bonheur! Ô allégresse!

Le top 3

Il a été très dur, voire impossible d’établir un top 3. Ce pays nous a tellement épatés. Nous avons donc étendu notre liste de highlights à 4 éléments pour cette fois.

  • Le Mont Bromo: nous avons hésité à placer les Togian en premier, mais le Bromo l’emporte. Que voulez-vous? On est plus montagne que plage, c’est tout…D’autant plus qu’on ne s’attendait pas du tout à ce que ce soit aussi magique, ce qui renforce cette première position. Ce volcan est simplement incroyable. C’est la définition même de ce qu’est un incontournable. Le Bromo, c’est gros et c’est beau, simplement. Un lieu comme il y en a encore peu sur Terre! Nous y retournerions sans hésiter une seconde. Une des plus belles choses que nous ayons vues durant ce tour. Le secret, c’est de réussi à le voir dans les bonnes conditions! 😉
  • Les Togian: si vous cherchez un synonyme de « paradis » ou de « paysage de carte postale », vous tomberez sur les Togian. Sable fin, eau turquoise translucide, quelques palmiers, un bungalow les pieds dans l’eau, un hamac sur la terrasse…un lieu idéal pour déconnecter et se sentir dans un autre monde. Si vous avez le courage de vous y rendre, vous n’en décollerez plus. S’y rendre demande beaucoup de temps, mais ça vaut mille fois l’effort nécessaire. Avec les San Blas au Panama, les Togian sont de loin les plus beaux paysages insulaires que nous ayons vus de notre vie.
  • Le lever de soleil sur le Mont Lawu: ce volcan n’est en soit pas incroyable, mais le lever de soleil au petit matin depuis le sommet est un spectacle que nous n’oublierons jamais. Magique est le mot. Cette lueur orangée illuminant peu à peu cette mer de nuage mérite que l’on s’y attarde une bonne heure sans dire un mot, de peur de tout gâcher. Un moment simplement magique.
  • Tumbak: encore une fois un paysage de carte postale. Dormir dans un bungalow sur pilotis au milieu d’un lagon transparent n’est pas une expérience qu’on oublie facilement. Cette ambiance de « rendez-vous en terre inconnue » nous a séduits. De plus, le snorkeling à cet endroit ne peut pas laisser de marbre. Les fonds marins sont splendides! Se lever le matin pour directement plonger dans le lagon afin d’admirer toutes ces couleurs a de quoi donner le sourire. Ah si seulement tous les matins étaient pareils!

Le flop 3

  • Le Merapi: l’ascension ratée de ce volcan à cause des conditions météo nous a certes laissé un goût bien amer en bouche. D’autant plus que c’est le seul volcan pour lequel nous avons loué les services d’un guide. Un coup dur à encaisser, surtout quand on commence à grimper à 1h du matin et qu’on arrive à seulement 1h du sommet avant de devoir redescendre…Bref, ne ressassons pas trop le passé…

    DEGOUTES.

  • Le trajet Tentena – Rantepao: ce trajet en bus fut de long le pire de tous. 15h pour faire 350 km…Si on m’avait raconté ça, j’aurais traité la personne de marseillais! Incroyable d’être aussi lent. On comprend pas comment c’est possible. Mais, contrairement à d’autres, nous avons eu de la chance. Nous n’avons pas eu à sortir du bus enlisé dans la boue en pleine nuit pour le pousser. Par contre, nous avons eu droit à Madame la mère modèle juste derrière nous, dont le gamin s’est fait dessus et a vomi partout après 1h de trajet, qui ne change pas celui-ci de tout le trajet (malgré les quelques pauses pipi). Pas besoin de vous décrire le festival d’odeurs auquel nous avons eu droit!
  • Tomohon: sans être horrible, ce lieu n’a aucun point qui vaille vraiment le détour…Sauf peut-être le volcan Lokon qui est sympa à grimper, sans être un incontournable. Voilà, rien de plus à ajouter.

Le pays en chiffres

  • Prix d’un nasi goreng ailleurs qu’à Rantepao: 10’000 IDR
  • Prix d’un nasi goreng à Rantepao: 25’000 IDR si vous trouvez le bon endroit, 40’000 sinon. Ils se laissent un peu aller, par là-bas!
  • Nombre de grains de riz ingurgités: assez pour nourrir la Chine entière sur 7 générations.
  • Nombre d’éternuements de Charline: 50. Par jour. Vive les allergies!
  • Altitude max atteinte: 3’265 m, soit le Mont Lawu.
  • Nombre de jeux de mots pourris dans les articles relatant ce périple: Oh bah…on compte plus ça….Mais plus il y en a, mieux c’est, nan?
  • Nombre de fois ou Charline a prononcé le mot « Magret »: presque à chaque fois qu’on mangeait du riz, soit tout le temps.
  • Nombre de vols internes: 2, soit pour aller et revenir de Sulawesi.
  • Nombre de cigarettes fumées passivement: ça aussi, on compte plus…
  • Nombre de sourires reçus dans la rue: impossible de compter, et ça, ça n’a pas de prix. Ne pense même pas à dire la phrase suivante ou je te frappe!

La photo qui sert à rien

Nous sommes tellement doués que nous n’avons pas une seule vidéo qui ne sert à rien! En revanche, nous avons quelques photos. En voilà une!

Bilan général et montage vidéo

Ce pays nous a vendu du rêve. Nous ne savions pas à quoi nos attendre, autant à java qu’en Sulawesi. C’est peut-être pour ça que nous avons tant apprécié. Pour l’instant, l’Indonésie et l’Inde sont nos deux pays favoris de ce tour. Ce séjour se situe au-delà de tout ce que nous avions pu imaginer. Indonésie, tu nous a conquis! Et nous n’avons pas dit notre dernier mot! Sur l’ensemble du pays, nous n’avons visité que deux îles en deux mois, et il en reste encore bon nombre à découvrir. On reviendra!

 

Au prochain article, nous découvrirons quelque chose de totalement nouveau. Départ pour l’Australie avec Darwin comme première escale!!!

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

4 reflexions sur “— Indonésie : Bilan et budget —

  1. Alain

    Ah! La vache quel boulot, c’est super !!!
    Bravo à vous et que l’Australie vous inspire autant c’est tout ce qu’on vous souhaite.
    En attendant, on se fait une petite (une grande faut pas ) Bintang à Manado avant le retour. On s’est bien débrouillé pour y être un jour férié et donc on est dans l’expectative pour notre visa mais « wait and see ».
    Ah oui, petit rectificatif, je crois bien que Charline sous le coup de l’émotion a fait un jour de grève de magret!

    1. Charlex

      Merci! Ouep, c’est du boulot! 🙂 oh ben… Une grande ou une petite, quelle différence à part que la grande t’as plus de temps pour l’apprécier? Haha bien joué pour le jour férié. C’est cool, encore une excuse pour boire une bintang de plus! 🙂 hey Bonne suite à vous, les amis!

  2. Marion - We Are Not Trees

    Merci pour cet article bilan ! Nous serons dans quelques semaines en Indonésie et avons prévu de faire le Bromo : votre photo est sublime ! Enfin, bonne nouvelle pour le budget : je vois qu’il est possible de s’en sortir avec moins de 20 EUR par jour et par personne 😉

    1. Charlex Auteur de l'article

      Salut Marion!

      Et encore, Sulawesi nous a fait un peu monter le budget. Donc si vous restez à Java, vous risquez bien d’avoir un budget encore plus bas. Ça nous a surpris aussi! C’est superbe en tout cas, vous allez adorer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu