Charlex's World

— Kauai : le meilleur de l’archipel d’Hawaï —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Comment sommes-nous arrivés à l’idée d’aller à Hawaï? C’est très simple. En planifiant notre voyage pays par pays, avec le budget et tout le tralala, une fois arrivés en Australie, on a fait le point. Et là, la surprise: « Mais! En fait on a encore plein de fric!!! Bon alors, on va où ensuite? Qu’est-ce qui est proche de Sydney à part la Nouvelle-Zélande (c’est l’hiver…)? Polynésie française? Mmmmh non, le billet est trop cher. Nouvelle-Calédonie? On en a pas entendu que du bien…Hé mais! A mi-chemin entre l’Australie et l’Amérique centrale, y a Hawaï, non?! Bon, si on y va pas maintenant, on ne s’y rendra jamais. Allez départ! »

Et voilà comment est née cette idée. A vrai dire, on s’est demandé à plusieurs reprises pendant le voyage ce qui nous a pris de prendre cette décision. Et à juste titre…Heureusement, nous avons commencé par Kauai. Vous le verrez plus bas, nous avons adoré cette île.  Le plan était ensuite de faire 8 jours à Maui et 8 jours à Oahu. Mais dès le deuxième jour à Maui, on a serré. Le lendemain, nous nous sommes envolés pour le Mexique plus tôt que prévu, changeant complètement nos plans. Mais cette histoire sera détaillée dans le prochain article. Pour l’heure, place à Kauai!

Notre arrivée à Kauai

Comme dit plus haut, nous avons pris l’avion depuis Sydney. Ce paragraphe juste pour la petite histoire: dans nos têtes, Hawaï était tout près de Sydney jusque-là. Genre 3-4h d’avion, tu vois. Quelle fut notre surprise quand on s’est rendu compte que nous n’avions pas moins de 10h de vol, soit 2 jours avant de partir…vachement renseignés, les mecs! Les rois de l’organisation. C’est dire ce qu’on regarde à part le prix quand on achète un billet d’avion…

Dès notre arrivée, nous nous rendons directement à l’agence de location. Là, une surprise abberante nous attend. Alex a loué une voiture avec Europcar, qui sous-traite la location à une autre agence du nom d’Advantage. Du coup, avec Europcar, on y est un peu allés les yeux fermés. Alex a lu les conditions dans les grandes lignes et tout lui semblait correct. Donc,sur place, au début, tout a l’air de bien se passer, nous sommes même sur-classés et obtenons une voiture de classe supérieure. Trop bien! Mais quand l’employée tend le contrat à Alex, celui-ci bloque sur quelque chose. Il lui demande « Nous sommes bien assurés contre le vol ou la casse (vitre, etc.), n’est-ce pas? Je ne vois ça marqué nulle part… » L’employée a l’air complètement perdue. Et là, elle se met à lire diverses choses sur son écran. A croire que personne ne lui pose jamais la question!!! Et au bout de 10 min, elle répond « Non, l’agence avait une close du genre, mais elle l’a supprimée ». Il faut savoir que le vol et la casse de voiture sont très fréquents à Hawaï. Surtout à Oahu, mais sur les autres îles aussi! Là, Alex ne s’y attendait pas. Elle l’a assommé avec sa réplique, la fourbe! Il lui demande donc s’il y a une assurance complémentaire à laquelle on peut souscrire pour ça, ou quelque chose quoi! Ah non, que dalle! Aucune option, rien. On est uniquement assurés en cas d’accident, c’est tout! Si on se fait voler la voiture, ou casse une vitre ou autre chose, on doit repayer la totalité des dégâts/de la valeur actuelle de la voiture!!! Y a même pas de franchise!!!!

Mais c’est quoi cette agence de location de m***??? Et inutile de préciser qu’il était impossible de louer une autre voiture sur le pouce vu le nombre de touristes dégueulés par l’aéroport et ayant des réservations…D’autant plus qu’on avait déjà payé…Nous n’étions donc pas tranquilles en laissant la voiture sans surveillance durant cette semaine. Heureusement, il ne nous est rien arrivés. Si vous voyez une agence du nom d’Advantage, fuyez! Et lisez toutes les conditions dans les détails! Nous, on se fera pas avoir deux fois!

Suite à ça, l’arrêt suivant est le centre commercial. Il faut que nous nous achetions quelques trucs à manger pour le camping, car là-haut, il n’y a rien. Direction le Wall Mart, donc. Que dire sur ce centre commercial? Jamais vu un foutoir pareil. Même les centre commerciaux asiatiques sont mieux ordonnées. Nous trouvons donc par exemple les fruits dans des paniers centraux se trouvant au milieu des CD et DVD…ou les pâtes à côté des chaises de camping…rien n’est ordonné, rien n’est indiqué! Sans parler de la nourriture vendue ici. Que de la malbouffe! Raviolis en boîte, sauce tomate baignant dans l’huile, nouilles instantanées, surgelés à l’aspect immonde, et on en passe. Il y a bien quelques fruits et légumes, mais c’est hors de prix! Seules les pommes et les bananes sont abordables.

On se rabattra donc sur ça, ainsi que sur un paquet de corn-flakes (à manger nature car pas de frigo = pas de lait) et une boîte de raviolis. Pas très sexy, mais les choix sont limités d’une part par ce qu’on trouve, et d’autre part car nous devons cuisiner sur notre réchaud.

Petit aparté: Le lendemain, les corn-flakes se révéleront hyper sucrés. Beaucoup trop même! En remarquant ça, Alex regarde les inscriptions sur la boîte. Ahurissant! Pour une portion de 29 g, ils contiennent 13 g du sucre! Soit quasiment la moitié! De sucre!!! Et tous les aliments goûtent trop sucrés, ici! Le problème du sucre aux USA n’est donc pas un mythe! 

Le Kokee State Park

Suite aux emplettes, nous nous dirigeons vers le Kokee State park, notre camping pour les 5 prochains jours. Le camping à Hawaï, c’est compliqué et ça demande une certaine organisation. Arriver à l’arrache en haute saison, c’est déconseillé si on ne veut pas payer le million en hôtel! On ne va pas détailler ça ici, mais viendra bientôt une explication détaillée (dans le bilan d’Hawaï) pour ceux qui voudraient visiter Hawaï en camping.

Ce state park est situé en plein cœur de la montagne, à l’écart du front de mer. La route pour y arriver est longue, mais une fois qu’on commence à monter après la ville de Waimea, les paysages sont incroyables. De nombreux arrêts offrent une vue plongeante sur le Waimea canyon. Il est aussi appelé le Grand Canyon du pacifique. Et c’est simplement splendide! A vrai dire, c’est étonnant de voir des paysages pareils sur une île!

Lors d’un des arrêts, nous repérons un petit stand vendant des fruits sur le parking.

Premier constat: effectivement, les prix ne sont pas donnés ici! 5 USD pour une mangue? Wow…On se contentera de nos bananes!

Deuxième constat: Y a du monde aux points de vue. Non mais vraiment du monde…Les parkings sont pleins à craquer. On ose même pas penser au parking de la plage…

Le camping du Kokee est un énorme terrain vague au milieu de la forêt. Se trouvent également là un restaurant et un petit musée servant aussi de stand d’information. C’est calme et il y fait bon vu l’altitude.

Enfin, pour le calme, ça dépend des jours! Les premiers jours, nous étions pratiquement seuls avec pour seule ambiance les bruits de la forêt (et quelques coqs…). Mais dès le vendredi soir, tout a changé. En arrivant au camping en fin de journée, de nuit, on voit des dizaines de 4×4 garés et une trentaine d’Hawaïens installés. Un campement digne d’un festival…à 2m de notre tente (littéralement 2m!). Des tentes de camping, mais également des tonnelles faisant office de cantine, des coins barbecue et la musique à fond! En plus de ça, ces chers messieurs-dames se sont accaparés la table que nous utilisions et l’ont mise sous leur tonnelle (alors qu’ils en avaient déjà deux autres)!

Résumé: une trentaine de personnes, adultes et gosses, ont décidé de poser leur gros c** à deux mètres de notre tente, prennent notre table et font une fiesta d’enfer alors que le camping est grand comme 3 ou 4 terrains de foot! 

Ça nous donne une impression: nous ne sommes pas les bienvenus…Nous avons l’impression qu’ils veulent faire passer le message « Je suis chez moi, je fais ce que je veux, et si t’es pas content, casse-toi! » En même temps, quand on voit le nombre de touristes venant sur ces îles, on peut comprendre qu’ils en aient marre.

Nous n’hésitons pas plus de 30 secondes: nous ne nous donnons même pas la peine de refaire notre sac, nous traînons notre tente sans la vider dans le noir une centaine de mètre plus loin. Et nous resterons sur ce nouvel emplacement jusqu’à la fin de notre séjour.

Kalalau lookout

En amont de notre camping se trouve un point de vue sur la Napali Coast. A défaut de pouvoir faire le trek (voir un peu plus bas), nous allons au moins voir à quoi cela ressemble. Après 10 min de route, nous y arrivons. Un seul mot nous vient aux lèvres: WAHOU! Ces falaises à pics tapissées de verdure avec le bleu de l’océan en fond nous coupent le souffle…Il est possible de faire un trek à partir de ce point, lequel longe la crête. Malheureusement, vu le programme de l’après-midi même, nous n’aurons pas le temps de faire ce trek. Mais ce point de vue vaut largement le détour!

Pas de Kalalau trail…

Le Kalalau trail est ce trek connu mondialement longeant la Napali Coast. C’était une des raisons principales nous ayant motivés à venir à Hawaï à la base. Mais un mois avant d’arriver, alors que nous étions en quête d’informations, nous avons appris qu’il fallait réserver pas moins d’un an à l’avance pour pouvoir faire ce trek! UN AN!!! Mais qui fait ça? De plus. c’est pas donné (20 USD/jour/personne, comprenant le camping)! Une petite partie du trek est accessible à la journée pour tout le monde sans permis, mais c’est de loin la moins intéressante…Pas de Kalalau trail, donc. Bien dommage.

Houloucoupter

Le programme de l’après-midi donc? Un tour en hélicoptère. Rien que ça! C’était une chose que nous avions prévue depuis le début du voyage et une de celles pour lesquelles nous nous sommes permis de taper dans notre marge budgétaire. Depuis le début, Kauai = hélicoptère. 90% de l’île de Kauai n’est accessible que par les airs. Cette jungle montagneuse extrêmement dense est hostile à l’être humain. Il et quasiment impossible d’y progresser ou d’y construire des routes. L’hélicoptère est donc le seul moyen de voir l’île dans sa totalité. Tous les gens qui viennent ici le savent, et les Hawaïens en ont fait un vrai business. C’est un véritable ballet aérien durant toute la journée. Des dizaines et des dizaines d’hélicoptères sillonnent la zone chaque jour.

Nous avons choisi de faire un tour d’une heure avec les portes ouvertes, ce qui nous a permis de profiter du spectacle au maximum. De plus, nous avons eu droit à notre tour privé! Rien que nous et le pilote. Toutes formules sont possibles: portes ouvertes ou fermées, en groupe ou en privé, etc. Les prix varient en fonction. Mais notre avis est que si l’on fait quelque chose comme ça, autant le faire bien! 😉

Nous avons eu droit à un spectacle valant son pesant de cacahuètes! Après le survol des arrêtes montagneuses sur la côte est, nous passons au-dessus de la cascade de Jurassic Park (vous savez. celle où l’hélico atterrit dans le film) avec la musique du film dans le casque (SVP!)! ***Spéciale dédicace à Fabianno***. Suite à cela, les profonds Waimea et Kokee canyon. Des formations rocheuses indescriptibles…

Tu le vois atterir, l’hélico de Jurassic Park, là?!

Ensuite, nous partons sur la côte ouest. Là, nous survolons la fantastique Napali Coast. Sans doute le plus bel endroit que nous ayons vu de notre tour du monde. Rien que pour cela, ça vaut la peine de venir visiter Kauai. Et encore une fois, les images de Jurassic Park reviennent!

La côte Nord n’est pas mal non plus, quoique déjà plus peuplée. Mais les plages sont magnifiques vues du ciel. L’eau est d’un bleu turquoise donnant envie d’y plonger.

Nous nous aventurons ensuite au centre de l’île. La montagne au centre de l’île, le mont Waiʻaleʻale, est l’un des endroits les plus humides de la planète.

Petite parenthèse: Beaucoup de guides prétendent que c’est le plus humide, mais c’est faux (si on considère une moyenne sur plusieurs années). Il est devancé par Mawsynram en Inde ou la ville de Lioro en Colombie, par exemple.

Mais revenons à nos moutons; la montagne se trouvant dans les nuages, nous ne pouvons que la contourner. La jungle s’étend à perte de vue. Derrière la montagne, notre pilote nous emmène faire un tour dans le gigantesque cratère d’un volcan éteint. Les parois à pic nous entourant sont vertigineuses. Mère nature nous donne l’impression d’être tous petits! Quelques cascades ci et là rendent le paysage encore plus parfait.

Une seule ligne électrique relie le Nord de l’île à travers la jungle. Lors du dernier ouragan, la ligne fut coupée. Il a fallu plusieurs jours aux réparateurs pour atteindre la zone problématique et réparer la ligne tellement l’endroit est inaccessible.

Puis il est déjà l’heure de rentrer. S’il y a bien une chose à faire en venant ici, c’est un tour en hélicoptère. C’est cher, mais ça vaut de l’or. Précisons également que la totalité du tour est commentée en anglais par le pilote faisant également office de guide.

Awa’awapuhi trail

Qui dit montagnes dit randonnée. Nous n’allions pas partir de là sans en faire au moins une. Nous en avons choisi une conseillée par tous les guides de voyage et connue comme étant une des plus belles de l’île: le Awa’awapuhi trail. Sur le papier, les points de vue ont l’air magnifiques. Mais avant cela, nous devons nous trouver un pique-nique. Problème: nous ne pouvons rien garder au frais. Donc pas de sandwiches, car pas de charcuterie, ni de fromage, ni de mayonnaise, rien. Nous sommes donc forcés de commander un sandwich au restaurant du camping. Prix du sandwich standard à la dinde: 12 USD!

Seul le sandwich au fromage grillé coûte 6 USD. Nous nous rabattons là-dessus. Quand on nous l’amène, nous croyons que c’est une blague. Deux tranches de pain grillés avec du Cheddar orange fondu et rien d’autre. Pas une tomate, pas un oignon, pas une feuille de salade. Rien. 6 USD! Mais comme une image vaut mille mots…

Miam! Heureusement, on a quand même eu droit à 3 rondelles de concombre sans aucun goût!

De plus, la graisse coulait de ce « sandwich ». Autant dire qu’on s’est régalés…

 

Le trek en lui-même? 4h aller-retour dans la forêt. L’unique point de vue dégagé se trouve au bout du chemin. L’aller se fait en descente; ça donne un avant-goût de ce qui nous attend au retour et ça ne nous encourage pas. D’un côté, heureusement que c’est dans la forêt car le soleil tape fort! Le panorama au bout du chemin est magnifique, certes, et vertigineux qui plus est (attention au ravin si vous allez au-delà des barrières!). Mais nous avons trouvé que la récompense ne vaut pas la longueur de la marche (surtout le retour!). D’autant plus que la vue depuis le Kalalau lookout était bien plus belle.

Kekaha beach

Nous nous sommes rendus à cette plage un soir pour voir le coucher de soleil. La plage n’a rien d’extraordinaire en elle-même si ce n’est qu’elle est bien orientée. Nous y avons dégusté quelques sushis face à un très beau coucher de soleil.

Spouting Horn

Ciel, un blowhole! Rappel: blowhole = trou dans la roche qui souffle de l’eau sous la pression des vagues. Apparemment, ça n’existe pas qu’en Australie, ces trucs-là. Et franchement, c’était naze…Je ne sais même pas pourquoi je me donne la peine de faire un paragraphe là-dessus. Évitez-vous la peine de faire un détour pour venir visiter ça. Les quelques gouttes d’eau soufflées atteignent à peine 2 ou 3 m de hauteur. Peut-être était-ce un mauvais jour…

Poipu beach

Soit la première plage où nous sommes allés prendre le soleil. Nous avons choisi la seule plage bondée de touristes. Coup de malchance, nous ne le savions pas. Apparemment, on ne sait pas pourquoi, mais tout le monde vient s’entasser là. Si vous êtes dans le coin, choisissez-en une autre, y en a à la pelle! En snorkeling, on peut y voir des poissons de taille assez grande (20 à 30 cm). Attention aux courants, toutefois.

On pourrait presque croire qu’on est seuls!

Seule particularité de cette plage: un phoque moine vient y prendre le soleil tous les jours. Il reste là, étendu sur le sable à bronzer pour le plus grand bonheur des touristes. Et nous constatons avec plaisir que les autorités prennent soin et respectent les animaux. Ainsi, il est entouré d’un ruban de sécurité pour éviter que les gens s’approchent et un surveillant veille à son bien-être toute la journée.

De Maha’ulepu à Haula beach

Cette petite randonnée joint les deux plages par l’intermédiaire d’un chemin longeant le bord de mer. Maha’ulepu est splendide et peu de monde s’y trouve. L’eau y est magnifique, quoiqu’un peu agitée. Nous avons tenté le snorkeling, mais vagues + plancher rocheux = bobo. Nous n’avons pas insisté…Un spot idéal pour prendre le soleil.

Haula beach est encore plus paumée! Après une petite heure de marche, nous y arrivons. Cette plage reculée est collée à la côte montagneuse. Elle est bien plus petite et encore moins fréquentée. Cependant, l’eau est très agitée et pas très idéale pour la baignade. La balade vaut le coup, mais nous reviendrons finalement à Maha’uelpu pour nous baigner.

Anahola beach retreat

Le camping que nous avons squatté pour nos trois derniers jours. Il se trouve sur la côte est et sa situation est idéale pour visiter le Nord de l’île. Dormir là nous a permis de nous réveiller sur le sable, à quelques dizaines de mètres de l’océan. Un régal. Par contre, la chaleur à cette altitude ne rend pas les nuits très agréables. Nous dormons beaucoup moins bien qu’en pleine montagne. C’est ça de s’habituer au *luxe*!

Nous avons d’ailleurs eu droit à une belle petite tempête! Heureusement, nous avons une tente de compet. Pas une goutte n’est entrée. Mais le point négatif de ce camping est qu’il ne possède aucun espace commun couvert. Donc si t’es en tente, tu passes ta vie dehors. Et s’il pleut (comme souvent sur cette partie de l’île), tu te réfugies soit dans ta tente (dont l’intérieur doit faire tout au plus 1m de hauteur maximale), soit dans ta voiture. On a donc passé un bon moment à attendre que la pluie et le vent daignent s’arrêter…

Petite parenthèse: le matelas d’Alex est tombé malade en plein milieu de la nuit. Au réveil, il avait un énorme furoncle au niveau de la tête. Au début c’est sympa, ça fait un peu comme un oreiller. Mais à mesure que les couches du matelas se décollent, la protubérance prend de l’ampleur et le reste du matelas se dégonfle. Ça va être sympa les prochaines nuits en camping!

Tunnel beach

De loin la plus belle plage de Kauai! Cette longue plage de sable est surplombée par d’impressionnantes montagnes. De plus l’eau y est bleue turquoise et le snorkeling y est plutôt pas mal! On a passé un bon moment à patauger dans ce petit bain! Heureusement, nous y sommes allés tôt le matin car ça se remplit vite. En marge du mini parking qui n’est autre qu’une ruelle, les coins d’ombre se font assez rares. Et le soleil tape! Nous sommes donc partis aux environs de midi. Heureusement, car 30 minutes plus tard, ça pleuvait comme vache qui pisse! Mais on comprend pourquoi cette plage est aussi populaire: elle est magnifique!

La photo de Teddy

Kauai? On a adoré. Même si ça reste très américanisé, cette île garde son charme. De plus, ses montagnes donnent un contraste saisissant en comparaison à son eau bleue turquoise (surtout vu du ciel). Les plages en elles-mêmes, mis à part Tunnel Beach, ne sont franchement pas incroyables en comparaison à l’Australie ou aux Philippines par exemple. Mais il est tout de même agréable d’y prendre le soleil.

 

Au prochain article, vu notre départ précipité au Mexique dès notre arrivée sur Maui, nous dresserons le bilan de la partie d’Hawaï que nous avons vue.

 

info28 INFOS UTILES

Transports:

  • Location de la voiture: 428 USD pour 8 jours avec assistance routière. Evitez l’agence Advantage!

Camping:

  • Kokee State park: 18 USD/emplacement/nuit. Tables de pique-nique et emplacement couverts avec prises électriques à dispo, mais pas de cuisine. Toilettes relativement propres (parfois oui, parfois non…) et douches (très) froides. Pour la procédure de réservation, voir le bilan d’Hawaï.
  • Anahola beach retreat: 20 USD/emplacement/nuit. Face à la plage, douche chaude, toiltettes propres. Pas d’électricité, sauf une prise devant l’entrée de l’accueil. A vous de voir si vous avez confiance pour laisser vos affaires dehors. Pas d’espace couvert commun, pas de cuisine. Réservez à l’avance ici.

Excursions:

  • Tour en hélicoptère: 307 USD/personne pour un tour privé avec les portes ouvertes avec la compagnie Mauna Loa Helicopter Tour. Le tour dure 1h. Si vous choisissez les portes ouvertes, prenez un pull avec vous car la température descend à environ 15°C.
  • Awawapuhi trail: 3-4h aller-retour avec une pause pique-nique (environ 10 km). Prenez un chapeau, de l’eau et allez-y tôt (le matin). L’après-midi, il y a beaucoup de monde pour une petit parking et il fait très chaud.
  • Maha’ulepu beach: aller jusqu’au Grand Hyatt resort puis continuer quelques km sur la piste. Elle est un peu accidentée, mais ça passe sans problème si on fait attention. Au premier embranchement, prenez à droite, puis à gauche au deuxième, face à un manége. Garez-vous une centaine de mètres plus loin le long de la piste (suite inaccessible comme vous le verrez). Marchez une dizaine de minutes et vous arriverez à la plage.

Divers:

  • Où faire ses courses: Wall Mart de Lihue. Le choix est limité, mais c’est un des plus gros centres commerciaux de l’île.
  • Internet: nous avons payé une carte 3g chez AT&T, en face du Wall Mart (de l’autre côté de la route). Si on vous dit que le réseau couvre toute l’île, c’est faux! Seul le bord de mer est couvert. De plus, le signal est vraiment pourri dans la plupart des endroits. Prix d’une carte 3g illimitée pendant 90 jours (sans appels ni messages hors des US, mais avec appels nationaux illimités): 65 USD.
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu