Charlex's World

— Ascension d’un volcan méconnu : le Lawu—

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Si vous avez lu notre article précédent, vous avez certainement connaissance de la déception que nous avons eue en ne pouvant pas grimper au sommet du volcan Merapi à cause de la météo…Et si vous nous connaissez, vous savez également que nous ne sommes pas le style à abandonner si vite…

 

C’est Lawu ça se passe!

Bien que nos corps soient quelque peu fatigués par cette précédente ascension, nous décidons d’enchaîner tout de suite avec un autre volcan. Oui, mais lequel ? Il faut savoir que l’Indonésie en regorge, Java tout particulièrement ! Charline fera quelques recherches et tombera sur un qui attire son attention. Le Lawu. Il s’agit d’un volcan dit sacré que de nombreux indonésiens gravissent dans le but d’un pèlerinage. Quelques recherches sur internet pour en savoir plus et….On trouve très peu voire pas du tout d’informations quant à cette ascension. Ce qui signifie donc pas de touristes ! Ça sonne plutôt bien…
Rappelez-vous que nous avions fait l’ascension du Merapi accompagné de 3 canadiens: Amelie, Daniel et Charles. Notre plan les motivant, ils décideront de nous suivre. Nous serons également accompagnés d’un français, Adrien, rencontré à Yogyakarta qui commence tout juste son voyage en Asie.

Louer un scooter ? Mission impossible

Le but premier était de se rendre dans la ville de Solo (appelée aussi Surakarta) afin d’y louer un scooter pour atteindre le point de départ de la randonnée et en évitant ainsi la galère des transports publics…
Bon ça, c’était le plan initial mais les choses ne se sont pas réellement passées ainsi. 
Mais revenons d’abord à nos moutons.
Pour rejoindre Solo depuis Yogyakarta,  nous avons pris le train. Une première en Indonésie. Alex en rêvait, nous l’avons fait et….sans se ruiner ! 8000 rps (soit 50cts pour 1 h 15 de trajet…)
Une fois arrivés à destination, nous embarquons tous les 6 à bord d’un taxi minivan en direction d’un hôtel que Charline avait repéré sur un guide absolument méconnu du grand public: le Lonely Planet ! Le moins que l’on puisse dire, c’est que nous ne sommes pas déçus ! L’architecture est splendide et vraiment traditionnelle de Java. Le cadre est splendide et cerise sur le gâteau: il y a une piscine ! Exactement ce qu’il nous fallait avant de grimper un volcan.
Bien que nous barbotions dans l’eau, nous n’en oublions pas moins notre mission: trouver un scooter.
C’est bien beau de sortir des sentiers battus, mais qui dit pas de touristes dit…pas d’agence de location de scooter ! On se rappelle la mission scooter dans l’Issan en Thaïlande…Premièrement, nous demandons au gérant de notre hôtel qui nous dit: « aucun problème ! Mon ami a bien 3 scooters pour vous et c’est 100’000 la journée. » Bon c’est le double du prix habituel mais si c’est le prix à payer…Mais pensez-vous, c’était bien trop facile. L’ami en question ne se pointera jamais et ne répondra pas non plus au téléphone.
19 heures. Trouver une autre solution. Vite.

Mais d’abord manger. Car manger c’est la vie. Enfin, surtout celle de Charline.

La fine équipe.

La dame du restaurant nous explique qu’ils louent des scooters mais qu’ils en ont uniquement 2. Or, nous sommes 6. C’est là que Yann se pointe. Vu l’endroit d’où il vient, il sera surnommé Yann Solo (les incultes ne comprendront pas cette vanne. Honte à eux!). Il nous dit qu’il peut nous amener avec le van d’un ami et venir nous chercher le lendemain pour 300’000 rps pour les 6 ! Moins cher que le scooter ! Cela s’annonce parfait. Or, Yann Solo doit d’abord passer un coup de fil au fameux copain prêteur du minivan. Pas de réponse. 15 minutes passent. 20 minutes, toujours rien. Nous nous disons que finalement nous allons peut être opter pour les bus publics. Puis le miracle arrive. 40 minutes plus tard, l’appel tant attendu arrive. Mais, car il y a un mais bien entendu, le prix est finalement le double du prix annoncé. Impossible de négocier mais finalement cela nous revient à 100’000/personne pour l’aller-retour sur 2 jours. Soit le même prix que pour le scooter, mais cette fois-ci pour un chauffeur privé !
22 heures: marché conclu. Enfin !

Une ascension…sous la pluie !

7 heures du matin, un petit déjeuner de champion s’impose. Un mie goreng (des nouilles frites avec poulet et légumes) s’avère être le plat parfait pour grimper un volcan !
Nous nous mettons en route et ne tardons pas à nous émerveiller devant les paysages qui défilent aux fenêtres de notre van. Le trajet en vaut vraiment la peine. Les rizières en escaliers à perte de vue, les montagnes recouvertes d’une jungle luxuriante régalent nos pupilles. Au bout de deux heures, nous y sommes. Nous apprenons qu’il y a deux chemins qui mènent au sommet du Lawu:
  • Cemoro Kandang qui est plus long mais réputé pour être plus facile (plus de chemin plat), 12 km;
  • Cemoro Sewu qui est plus court mais bien plus raide.
Nous optons, tous les 5 donc, pour le 2ème chemin. 5, car Amélie ne sera finalement pas venue avec nous.

La petite photo de famille avant l’ascension

Première impression ? Mais c’est que ça grimpe sec dis donc ! Nous sentons que nos corps sont toujours quelque peu fatigués suite à la précédente ascension. A noter qu’on nous avait annoncé 6h de montée au minimum! 6h comme ça, ça va nous tuer!
Deuxième impression ? Mais qu’est-ce que c’est que tout ce monde ?

En effet, nous sommes loin d’être tout seuls. Le nombre d’étudiants indonésiens venus passer le week-end ici est dément ! En tout cas, comme prévu, nous sommes les seuls touristes (bule en bahasa prononcé « boulet »…), ce qui a la particularité de les intriguer. Pour tout vous dire, nous nous sommes sentis comme …. De vrais stars. Nous ne comptons plus le nombre de selfies qu’on nous a demandé sur le chemin. Ce n’est apparemment pas tous les jours qu’ils voient des  »blancs ». Ouais enfin, actuellement nous avons la même couleur de peau qu’eux. Frimeurs !

 

Ce mec là grimpait ce volcan pour la 48ème fois. On peut dire qu’il est passionné!

Notre ascension se poursuit accompagnée de 2 (ou 3000) photos mais une ombre au tableau fait son apparition. La pluie. Toujours à venir nous gâcher la vie celle-ci ! Et pas de la pluie fine bien sûr. Nous avons l’impression de revivre la scène du Merapi. Que faire ? Nous décidons de continuer coûte que coûte. Et bien que le brouillard décide de se mêler à la partie, nous arrivons finalement au camp là où nous sommes sensés passer la nuit. Nous aurons finalement mis 4 heures contre les 6 heures annoncées. Ils se maintiennent en forme les Charlex !

Tout seuls au sommet

Il est à peine 14 heures et le sommet ne se trouve soit disant qu’à 15 minutes à pied. Nous avions décidé de le rejoindre uniquement le lendemain matin pour le lever de soleil mais étant donné l’heure et le froid qui nous habite en restant immobiles (enfin, surtout Charline encore une fois), nous décidons de laisser nos affaires à  »la hutte  » et de nous y rendre.

Au bout de 15 minutes, nous nous rendons compte que le sommet ne se trouve pas du tout là mais que d’autres cabanes parsèment le chemin et se trouvent bien plus près du fameux sésame !

Nous continuons notre chemin et après une dernière montée un peu raide, nous y voilà ! 3200 mètres d’altitude. Et quelle vue ! Nous avons l’impression de faire partie des nuages. Magnifique.  Avouons tout de même, que cela ne ressemble en rien à un cratère de volcan. Ce dernier étant considéré comme un des moins actifs d’Indonésie, son sommet ressemble plus à une montagne qu’à un volcan. Mais cela n’en demeure pas moins magnifique. Nous resterons un moment à profiter du panorama avant de redescendre en direction de notre logement.

On s’occupe comme on peut…ceci est sensé être un cœur. Oh my Josh it’s so cute!

Une nuit épique

Finalement,  Adrien et Daniel nous disent que les huttes se trouvant plus près du sommet sont bien mieux isolées et sont chauffées au feu de bois. Déménagement donc immédiat! En effet, cette hutte est chauffée mais…La fumée rend l’air de la pièce à peine respirable. En gros c’est aie froid et crève ou aie chaud et crève d’asphyxie ! Après un repas que nous qualifierons de dégueulasse (encore une fois, surtout Charline), nous tombons rapidement dans les bras de Morphée. Bizarrement, nous passerons une nuit meilleure que celle espérée. Merci les boules quies qui ont protégé nos tendres tympans des ronflements de nos colocataires !

La CA-NI-CULE!

Hum…voilààààààààà bonne nuiiiiiiiiit!

Le sunrise de guedin!

4h30, le réveil sonne. Empaquetage de nos affaires et let’s go! Comme nous avions déjà atteint le sommet la veille et que nous savions que nos chers amis indonésiens étaient très (trop) nombreux à s’y rendre de bon matin, nous décidons de rejoindre plutôt une colline où la vue sur le lever de soleil promet d’être spectaculaire. 20 minutes plus tard, nous y sommes. Et quelle vue ! Le soleil n’est pas encore levé mais le spectacle a déjà commencé. Une épaisse mer de nuages se trouve en contrebas. Ça reste toujours un moment magique de se trouver au dessus des nuages. C’est comme si nous n’étions plus tout à fait sur terre et ni tout à fait dans le ciel. Un spectaculaire entre-deux. Le soleil commence à pointer le bout de son nez et à réchauffer nos corps tout froids. La magie opère instantanément. Comme certains moments ne peuvent se décrire avec des mots, voici quelques photos.
Ce lever de soleil restera le plus beau que nous ayons vu durant ce voyage. Un seul mot: MAGIQUE.

Et il nous est donné de vivre cela absolument seuls, avec comme seul fond sonore le bruissement des feuilles au gré du vent. Appelez-moi Jacques Prévert.

Une descente dans la boue

Ce n’est pas tout, mais nous devons tout de même redescendre car nous avions donné rendez-vous à notre chauffeur à midi. Après un rapide petit déjeuner toujours face à une vue terrible, nous nous mettons en route. Mais par quel chemin alors ? Comme nous sommes montés par Cemoro Sewu, pourquoi ne pas descendre par Cemoro Kandang (plus longue mais réputée plus facile) ? 
Idée qui à ce moment là sonne superbement bien et qui nous permettra d’avoir une vue globale du mont Lawu. Ce fut finalement une belle erreur. 

Le chemin commençait pourtant bien. Une superbe vue dégagée au dessus de la mer de nuages. Un soleil radieux,  un sentier plat où il est très agréable de marcher. C’était trop beau pour être vrai. Il devait y avoir poisson sous caillou, anguille sous roche, couille dans l’potage.

Enième selfie.

Le chemin qui était très agréable au départ ne tarde pas à se transformer en véritable parcours du combattant. De la boue à n’en plus finir. Malgré les crampons sur les chaussures de marche, nous glissons tous les uns après les autres en essayant désespérément de nous accrocher à quelques fougères. Contrairement à l’autre côté, rare sont les personnes que nous croisons. On se demande bien pourquoi, tiens ! Bizarre pour le côté soi-disant facile !

Cette descente s’avérera être un véritable enfer. Le chemin se transforme parfois en sentier  recouvert de jungle à tel point qu’on ne le voit même plus. Nous ne comptons plus le nombre de fois où nous nous sommes étalés tels des crêpes bretonnes dans la poêle. L’ENFER !

Et imaginez ça en descente avec de la boue et des gros trous partout…

Cette descente nous aura pris 4 heures. Soit aussi longtemps que la montée.
Nous arrivons finalement sur le parking, épuisés et affamés !
La suite de notre journée aura été bien plus chill. Au programme: piscine, sieste, matage de séries…
Bref, le réconfort après l’effort !

A-t-on aimé aller Lawu?

Le volcan Lawu est un volcan méconnu des touristes étrangers. Ce n’est ni le plus actif (au contraire, c’est le moins actif de tous), ni le plus spectaculaire et ni le plus difficile à atteindre mais nous avons adoré faire son ascension. En plus de bien transpirer et de faire chauffer les mollets, c’est un bon moyen de rencontrer des locaux et de partager un bout de grimpette avec eux. Et on ne vous parle pas de l’expérience de dormir sur une natte dans un cabanon à 3000 mètre avec une vingtaine d’autres personnes ! Foncez, vous ne le regretterez pas !
 

A suivre: besoin de soleil et de repos, cap sur les plages d’un endroit secret et sublime…

 

info28 INFOS UTILES

Transport:
  • Train Yogyakarta – Solo: 8000 rps pour 1h15. Les trains sont fréquents pour cette liaison.
Hébergement:
  • Chakra homestay: Chambre double avec sdb partagée: 130’000 rps ou avec sdb privée 175’000 rps. Wifi (très faible) piscine, bel espace commun, terrasse en hauteur avec vue sur la ville. Gros point négatif: le petit déjeuner est infect.
Nourriture:
  • Le Warung Baru Homestay: très bons plats indonésiens pour quelques euros ! Un must ! Et de plus le personnel y est adorable.
Loisirs:
  • Trajet en minivan privé de Solo jusqu’au Lawu aller-retour: 600’000 rps. Soit 100’000 chacun. Demandez au restaurant ci dessus si vous êtes intéressés.
  • Entrée du Lawu: 15’000 IDR/personne.
  • Nuit sur une natte dans une cabane enfumée: ça n’a pas de prix !
  • Il est possible de manger dans ces refuges mais, c’est infâme (c’est Charline qui dit ça). Prenez des provisions !
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu