Charlex's World

— Malapascua: dive, sun & beach —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Il était temps de passer à autre chose. Après quelques jours pluvieux et frais au milieu des rizières de la région de Banaue, il était temps de retourner au soleil! Ainsi, nous nous sommes dirigés sur les Visayas, plus précisément sur la région de Cebu. Nous avons choisi de nous rendre sur la petite île de Malapascua, à la pointe nord de la grande île de Cebu.

Comment s’y rend-on?

Le trajet jusque-là fut long, encore une fois, comme tous les trajets aux Philippines, dirait-on. Comme nous l’avons expliqué dans l’article précédent, nous sommes passés par Baguio et Dau en bus. Nous avons ensuite pris un avion de l’aéroport de Clark, au Nord de Manille, pour Cebu. Pourquoi? Aucune envie de repasser par Manille et il s’avère que les billets depuis là étaient moins chers.

Et Charline a du sortir de la chambre pour prendre cette photo.

Une fois arrivés à Cebu, nous nous voyons obligés d’y rester la nuit (il est déjà 23h). Et Cebu à la dernière minute, c’est cher! Le moins cher que nous ayons trouvé coûtait quand même 750 pesos la nuit, et c’était littéralement un placard à balai! La preuve en image. Heureusement, c’est seulement pour la nuit.
De plus, notre taxi met 1h à trouver l’adresse. Nous devons nous décider à appeler nous-même l’hôtel pour que le tenancier nous guide à destination. A noter que nous sommes tombés sur le seul chauffeur de taxi philippin ne parlant pas anglais et n’ayant pas de téléphone.

Le lendemain, nous nous remettons en route. C’est pas tout ça, mais nous devons arriver à Malapascua dans la journée. Nous partons à 7h en direction du terminal de bus. Là, nous sautons dans le premier bus qui passe. Sur la carte, le trajet ne semble pas bien long. 135 km…L’histoire de 3h grand max! Raté. Nous avons mis plus de 6h! Vous vous demandez comment c’est possible? Nous aussi. Dans ce pays, le temps ne doit pas s’écouler à la même vitesse. Ou il doit exister un complot du gouvernement visant à truquer les cartes routières ainsi que les cartes GPS.

Quoiqu’il en soit, une fois arrivés à Maya, il nous reste encore un bateau à prendre. la traversée durera 1h. Durant cette longue journée, nous avons eu de la chance sur un point: les transports se sont enchaînés sans problème. Combien de temps cela aurait-il duré sinon?

Après ces 3 longues journées de trajet, nous sommes heureux de pouvoir enfin poser nos fesses dans notre chambre sur l’île de Malapascua.

Malapascua

Durant ces quelques jours, nous avons logé chez Mr Kwiz. Nous ne conseillons pas forcément cet endroit, même si le restaurant est très bon. Mais ça reste le moins cher que nous ayons pu trouver.
Nous sommes restés 4 jours sur cette île. Elle est minuscule, mais on s’y sent bien. Mais alors, que peut-on bien y faire tout ce temps?

Le tour de l’île

Nous sommes partis explorer cette île le premier jour. Nous sommes partis sur le chemin passant par le centre, puis longeant la côte à l’Est. Ce chemin accessible aux scooters sur la première partie, devient ensuite un chemin piéton uniquement. Nous sommes passés au milieu des petits villages côtiers et avons pu profiter des sourires des habitants, ainsi que des cris de leurs coqs.

Il faut savoir que Malapascua est une île très connue pour ses combats de coqs. C’est une discipline fortement pratiquée à cet endroit. Ainsi, le nombre de coqs s’y trouvant est au moins égal à celui de ses habitants. Sans rire! Dans certains villages, nous avons donc traversé des élevages de coqs. Des dizaines de ces bestioles nous entouraient. Essayez d’imaginer le boucan que cela entraîne. Heureusement que notre hôtel n’était pas à côté (quoique nous en avions quelques-uns aussi…).

Au long du chemin, nous sommes passés de plage splendide en plage splendide. Sable blanc, eau bleue turquoise…magnifique! Nous en avons choisi une, sur laquelle nous nous sommes retrouvés seuls, pour poser nos serviettes. Sur cette plage, nous n’avons pas vu âme qui vive. Notez qu’elle ne se trouve sur aucune carte. Il faudra donc que vous la trouviez par vous-mêmes (ou presque, plus d’infos en fin d’article). Et ne vous inquiétez pas si le chemin devient très étroit par endroit, c’est normal.

Quelques heures plus tard, nous sommes repartis et avons atteint la grande plage au Nord de l’île. Encore une fois, splendide. Nous sommes ensuite repartis en direction du Sud par le chemin principal sous un soleil de plomb.

A noter qu’il faut éviter de rester à la plage ou de marcher au soleil entre 12h et 15h. C’est durant ce laps de temps que le soleil est le plus fort. Et croyez-nous, ça tabasse grave!

Le phare, Logon beach et le coucher de soleil

Le phare est apparemment un spot idéal pour observer le coucher du soleil. Passant devant à chaque fois en milieu d’après-midi, nous n’y sommes jamais restés. Le manque d’eau nous a à chaque fois forcés à rentrer prématurément. De plus, nous préférions voir le coucher de soleil depuis Logon Beach, bien plus proche de notre hôtel et plus proche également des échoppes nous permettant d’acheter une petite bière à déguster devant ce spectacle. Car oui, c’est un sacré spectacle!

La plongée

Les requins-renards

Malapascua est une île très connue pour la plongé sous-marine, pour la simple et bonne raison que c’est le seul spot au monde où l’on peut voir des requins-renards très facilement. Alex ne s’est donc pas fait prier pour aller y jeter un coup d’œil.

Les requins-renards sont une espèce vivant à environ 300m de profondeur. C’est pour cette raison qu’il est difficile d’en voir. Mais ils viennent chaque matin dans cet endroit au large de Malapascua pour se faire laver les dents par de petits poissons (si si, j’vous jure!).

Cependant, cet endroit n’est pas accessible à tout le monde. Etant donné qu’il faut descendre à 25 ou 30m, il faut avoir le PADI Advanced. L’Open Water peut suffire, mais vous devrez payer le double du prix standard, car cela est considéré comme une plongée profonde découverte.

4h30, debout. Hé oui, ça se lève tôt, ces bêtes-là. Ces requins s’en vont dès que le soleil se lève. Il faut donc y être tôt! 5h, rdv au club de plongée, et départ à 5h30. Nous sommes déjà un peu en retard, car le soleil se lève quand nous sommes sur le bateau. Mais Alex ne regrette pas de pouvoir admirer ce lever de soleil. Voyez plutôt!

Une fois sur site, nous ne tardons pas!  Nous enfilons nos équipements de plongée et hop! A l’eau! Aussitôt à 20m, paf! Notre premier requin passe à 7-8 mètres. Incroyable! Que c’est beau! Et c’est gros ces bêtes-là. Environ 2,5 à 3m. Ce qui les caractérise, c’est leur longue queue, d’où leur nom. Et hop, un deuxième un peu plus loin. Puis d’autres encore. Au total, Alex en aura vu 5, dont 2 à quelques mètres. Une expérience inoubliable.

Impressionnant n’est-ce pas?

Restons sérieux. Vu la qualité d’image de la Gopro sous l’eau à partir d’une certaine profondeur, impossible d’obtenir une image potable des ces petits poissons…

Gato Island

C’est le deuxième spot de plongée le plus connu du coin. Il fallait donc aller voir cela de plus près. Alex programme donc ça le lendemain.

Les expéditions pour Gato Island se font sur toute une journée, en deux plongées. En effet, Gato Island se trouve à environ 1h de bateau.

Sur place, une fois l’équipement prêt, nous plongeons. Durant la première plongée, nous ne verrons rien de trépidant. Quelques poissons, quelques coraux, une visibilité assez réduite, rien d’incroyable.

De plus, Alex s’est fait une petite frayeur. En cours de plongée, il remarque qu’il consomme son air beaucoup trop vite par rapport aux autres. Lorsque ceux-ci sont à 120 bars, il est déjà à 70 bars. Pas normal…Une fois à 50 bars, il signale au Divemaster qu’il arrive à cours d’air. Celui-ci lui dit ok, mais ne fait rien. A 40 bars, il se décide à commencer le palier de sécurité (ça consiste à stagner à 5-6 mètres pendant quelques minutes avant de remonter, histoire d’éviter les problèmes de décompression). Mais c’était déjà un peu tard…Quand il arrive à moins de 10 bars, Alex se dit « Mais c’est pas possible, il se fout de ma gueule celui-là! ». Il commence d’ailleurs à avoir du mal à respirer. Contre les ordres de son Divemaster, il décide de remonter au bout de 3 minutes. Il lui fait donc signe qu’il remonte. Une fois à la surface, il lui reste moins de 5 bars. Il explique son problème au Divemaster dès que celui-ci remonte, mais celui-ci ne dit rien, comme si c’était tout à fait normal. Quel professionnalisme! Une fois sur le bateau, Alex recontrôle son équipement minutieusement et remarque quelque chose passé inaperçu auparavant: les gaines étanches des tuyaux de son détendeur sont légèrement fissurées. Pas étonnant qu ça fuit! Et ça, c’est du matos qui est sensé être contrôlé après chaque plongée…Un petit conseil donc: vérifiez bien votre matos plutôt deux fois qu’une.

Après cet petit épisode désastreux et un bon sandwich, nous repartons à l’eau (après avoir changé de détendeur, bien sûr!). Cette fois, la plongée portera ses fruits.

Gato Island est un énorme rocher au milieu de la mer comportant des cavités le traversant de part en part. Ce sont ces cavités que nous partons explorer. Nous nous enfonçons donc dans ces grottes sous-marines en trouvant notre chemin grâce à notre lampe-torche. Une fois devant la sortie de l’autre côté, nous restons immobiles quelques minutes, tapis dans l’ombre, et attendons. Et là, surprise! Deux énormes requins de récifs se montrent. Ils doivent mesurer pas loin de 2m de long. Ils sont magnifiques! Et ne vous inquiétez pas, ils ne sont pas dangereux pour l’homme. Ils viennent simplement voir ce qui se passe, puis repartent aussi soudainement. Alex est ravi.

Durant la fin de la plongée, il aura d’ailleurs même le temps de pouvoir admirer un hippocampe pour la première fois depuis toutes ces années.

Bref une belle journée de plongée remplie d’émotions!

Si vous aimez plonger et que vous êtes dans le coin, ne ratez surtout pas tout ça!

Et alors, Malapascua?

Un petit paradis! Nous y avons adoré notre séjour. Que vous souhaitiez vous relaxer, bronzer, ne rien faire ou plonger, cette île est faite pour vous. Cependant, prenez vous boules quies ou vous risquez de vous réveiller à 4h30 du matin avec les coqs tous les jours!

 

Au prochain article, nous partons dans l’Ouest de Cebu pour vous faire découvrir une autre destination offrant quelques surprises: Moalboal!

 

info28 INFOS UTILES

Transports:

  • Bus Cebu(north station)- Maya: 200 pesos pour environ 6h de trajet.
  • Bateau Maya – Malapascua: 100 pesos pour une heure de traversée. Si vous arrivez à marée basse, vous devrez payer 40 pesos de plus (20 et 20) pour la petite braque qui vous amène au bateau et vous dépose sur la plage à destination.

Hébergement:

  • Mr Kwiz: Si vous avez des fonds en suffisance, évitez cette endroit. 750 pesos la nuit en passant par Agoda (620 en direct) mais ça ne les vaut pas. La chambre est sommaire, la SDB est minuscule, pas de lavabo, pas de chasse d’eau, et si vous êtes aussi chanceux que nous, ça sera la douche au seau d’eau. Nous n’y retournerons pas. Cela dit, on mange très bien et pas cher au restaurant. Veillez  tout de même à bien vérifier votre addition, ils ont tendance à compter un peu bizarrement.

Loisirs:

  • La plage cachée: Elle se trouve juste au Sud de l’hôtel Bantigue Cove (sur Maps.Me). Cet hôtel est abandonné. Passez derrière les bungalows en venant du Nord et vous tomberez dessus quelques dizaines de mètre plus loin. En venant du Sud, passez par le vlllage de Bool et continuez en longeant la côte sur un petit chemin. Elle est juste de l’autre côté de la colline.
  • Plongée:
    • Prix d’une plongée variant entre 1’400 et 2’000 pesos pour les personnes certifiées. Plongée découverte à 3’000 pesos.
    • Prix de l’Open Water: à partir de 15’000 pesos. Le club réputé French Kiss Divers (francophone) propose un bon deal. La plongée découverte à 3’000 pesos, mais pour ceux qui font l’Open Water, cette première plongée compte pour le brevet et n’est donc pas comptabilisée à part. Le prix de l’Open Water est de 17’500 pesos.
    • Prix d’une journée de plongée à Gato Island: 3’200 pesos + 200 pesos pour la lampe-torche, repas non-inclus.
    • A noter que les prix et les prestations varient en fonction des clubs.
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

2 reflexions sur “— Malapascua: dive, sun & beach —

  1. Treknco

    Coucou les charlexs !
    Pouvez vous nous donner le nom du club qui propose du matériel douteux svp ?
    On souhaiterait éviter ce genre de frayeur 😀

    1. Charlex Auteur de l'article

      Salut vous deux!

      Je crois bien que c’était le Divelink Cebu. Après, j’ai peut-être eu un coup de malchance….Quoiqu’il en soit. méfiez-vous des plongées bon marché! 😉

      Bonne suite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu