Charlex's World

— Melbourne et le Sud-Est —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Suite à notre petite escapade sur la Great ocean road, nous continuons en direction de Sydney. La prochaine étape digne d’intérêt est la ville de Melbourne, connue dans le monde entier. Puis nous avons ensuite longé la côte vers l’Est pour voir ce qu’elle cachait. Alors comment c’était? 

Melbourne

La deuxième ville du pays est connue pour son atmosphère agréable et sa bonne qualité de vie. Et nous, on en a pensé quoi? Rappelons-le, on est pas trop grandes villes, nous. Mais celle-ci a tout de même un certain charme .

Aussitôt aux alentours de la ville, on sent le changement. De larges autoroutes dans tous les sens, des feux de plus en plus nombreux et des voitures absolument partout! Ça, ça nous avait pas manqué. Franchement, quand t’es plus habitué à ça, c’est chaud à gérer les premiers temps, Tu te vois percuter tout ce qui bouge!

Après un petit temps d’adaptation, on prend le pli. Puis on trouve notre caravan park en périphérie de la ville où nous passerons quelques nuits. Camping gratuit? Ça n’existe pas ça ici, monsieur.

Le lendemain matin. nous prenons le bus public pour nous rendre en ville. Après 30 min de trajet, nous voilà dans le centre.

Après tant de temps à traverser des villes composées de bâtiments rase-mottes et des contrées désertes, ça nous donne le tournis. Et un torticolis aussi, ça oui!

Mais sinon, qu’avons-nous fait à Melbourne?

Le street art

C‘est une ville très connue pour son art de rue; autrement dit ses graffitis. Y en a un peu partout, et y en a certains qui se défendent bien! D’ailleurs, des street art tours sont organisés pour ceux que ça intéresse.

Autrement, certains sites internet proposent des parcours à travers la ville. Pour notre part, nous ne les avons pas tous vus, mais certains de ceux que nous avons aperçus nous ont bien impressionnés!

Les promenades à travers la ville

Melbourne est une ville touristiquement très développée. On s’en rend compte dès qu’on visite le Visitor Center. Le meilleur que nous ayons vu jusqu’à présent! Outre les différents prospectus, de nombreux itinéraires à pied, en vélo ou en bus touristiques sont proposés et des cartes sont à disposition. Nous avons opté pour un tour à pied au bord de la rivière, sur les quais. Par temps ensoleillé, c’est plus qu’agréable! Combien de temps ça faisait qu’on ne s’était pas mis en t-shirt?! On en a profité pour boire une petite bière en terrasse ( ça c’était le plus agréable!). Ça aussi, tiens! Combien de temps ça fait qu’on avait pas vu de terrasse?! 

Miam! Et re-miam!

Sinon, on en a aussi profité pour s’éclater le bide! Penses-tu! Pizzas, burgers et sushis, tout y est passé en l’espace de deux jours. Faut dire que les stands de sushis ouverts sur la rue ne se comptent même plus et que ce qu’ils proposent ont de quoi faire saliver!

Mentionnons le moment où nous sommes entrés dans un resto de burgers, principalement pour Alex, et qu’on s’est rendus compte une fois installés que tous les burgers étaient des « Healthy burgers »…Qu’a-t-on fait? On s’est levés, et on est partis. Si on va manger un burger, c’est pas pour manger sain, mais plutôt pour faire dans le gras et le dégueulasse! Non mais!

Bref, cette escapade culinaire nous a ravit! (sans blagues?)

What the fuck?

La cathédrale St-Paul

Même si l’architecture ne nous parle pas forcément, ça vaut le détour. On est tombés dessus par hasard (en même temps c’est pas difficile, on voit que ça!), on a vu de la lumière et on est entrés (Hallelujah). Cette cathédrale est déjà belle de l’extérieur, mais de l’intérieur, c’est encore autre chose! Une splendeur. Malheureusement, le prix pour prendre des photos et quelque peu…prohibitif. On utilisera donc Wikipédia pour vous montrer ça. Tcheu ces rats!

Melbourne en quelques lignes

Il y a encore énormément de choses à faire et à voir dans cette ville, mais nous ne sommes restés que deux jours. Même si c’est sympa, ça reste quand même une ville. Et même si on ne crache pas sur le fait de retrouver les avantages d’un centre urbain (plein de bouffe à portée de main, waaaaaaaaa!), c’est quand même un truc dont on préfère profiter à petite dose. Chacun ses goûts! Heureusement qu’on est pas tous pareils; vous imaginez le bordel sinon?

Bref, nous avons apprécié nos deux jours là-bas et sommes contents de retrouver un peu de calme ensuite.

Wilson promontory

À la sortie de Melbourne, nous traçons la route jusqu’au Wilson promontory, un parc national où est apparemment possible de voir des wombats.

Petite parenthèse : on ne sait pas trop combien de parc nationaux existent dans ce pays, mais le nombre doit être assez élevé. À croire que ça devait être la mode à une époque dans le pays d’en créer des nouveaux. Sérieusement, on a l’impression qu’il suffit qu’il y ait 5 arbres côte-à-côte et PAF! Parc national!

Un wombat, c’est ça :

C’est trognon hein? Et ça fait la taille d’un chien. Malheureusement, aucun d’entre eux ne pointera le bout de son nez cette fois-ci. On ne peut pas être chanceux à tous les coups. En revanche, nombreux seront les émeus et les kangourous. Ces derniers sont d’ailleurs marqués (oreilles percées et colliers) à des fins de recherche. Le but est d’étudier l’évolution d’une population pour mieux pouvoir les protéger. Nous, on a juste l’impression de voir des kangourous de Noël.

Après une petite balade, nous ne nous attardons pas dans ce parc et nous dirigeons vers l’objectif suivant.

Raymond Isand

Cette île est connue pour le nombre de koalas à l’état sauvage que l’on peut y observer. Pour nous y rendre, nous garons Van Damme à Paynesville et prenons le ferry à pied pour parcourir les 150 m de traversée. Une fois sur l’île, nous entamons le « koalas trail ».

Au début, on ne voit rien. Et ce n’est pas faute de regarder. Et vu qu’on est toujours impatients, on commence à se dire « C’est quoi ces mythos? Non mais hier y a un mec qui a écrit qu’il en a vu 22. Mais n’importe quoi! ». Puis finalement, 10 minutes plus tard, nous voyons le premier. C’est trop mignon ces petites boules de poil! Puis les autres suivent. 13 au total! Sans compter les oiseaux magnifiques peuplant les arbres des environs. Nous finissons cette petite balade en longeant le bord de l’eau jusqu’au ferry. Un moment qu’on peut qualifier de vraiment agréable.

 

Eden

Nous passons ensuite la nuit dans la petite ville d’Eden. [A suivre: Alex dans sa splendeur…] Rien de spécial si ce n’est quelques particularités qui nous choquent. C’est dingue ce que les gens ont les cheveux propres! Et sans exception. Pas étonnant vu l’usine de shampoing qui s’y trouve. Une usine Eden’shoulders.

Une autre particularité est que l’on ne s’y sent pas à 100% en sécurité en se promenant dans les rues. Tout le monde nous accoste en nous disant « Eden-moi deux balles! » (bon ok, celle-là fonctionnerait mieux si on était dans un pays francophone…).

Plus sérieusement, nous passons la nuit dans un charmant caravan park. Le cadre est beau et il possède un immense et magnifique jardin. Le jardin d’Eden. Par contre, faut vraiment faire gaffe aux pommiers et aux serpents. C’est des vicieux! Charline a été tentée plusieurs fois. Heureusement qu’Alex était là pour éviter le truc! Toujours à faire des conneries, ces femmes! (Hey sans rancune les filles… ).

Le lendemain, nous nous arrêtons sur la route pour voir un endroit qui vaut le coup d’œil : un Pinnacle (j’ai toujours pas compris ce que ça voulait dire; en même temps j’ai pas vraiment cherché…). C’est orange et c’est beau. Et nous on aime ce qui est orange et beau!

Vous avez cru que j’allais faire un dernier jeu de mots, pas vrai? Hé ben non! Pas cette fois. Un jeu de mot, c’est comme un pet. C’est quand on l’attend le moins que c’est le plus drôle!

Suite à Eden, nous nous arrêtons au port de Tathra pour manger nos sandwiches. Pourquoi là précisément? Car ce qu’on dit, il est possible d’observer une grande raie qui se balade parfois dans le port. Pensez-vous que nous l’ayons vue? Que dalle…Pour nous, la raie était à l’arrêt.

Bermagui et la blue pool

Pour les non-anglophones, blue pool = piscine bleue. Encore une fois: ouais clair, on est trop bilingues! Ce petit arrêt a tenu toutes ces promesses. Rien de plus ni moins qu’une piscine « naturelle » au bord de l’océan. Nous disons « naturelle » car le bassin est bel et bien artificiel, mais la piscine est remplie naturellement par les vagues. L’endroit est féerique. Mais c’est hyper frustrant de ne pas pouvoir se baigner (à cause du froid) vu la beauté des lieux. Néanmoins, nous restons un moment à observer ce beau panorama.


Narooma

Et encore un autre arrêt. On arrête pas! Enfin si, mais non…bon t’as compris, quoi! La première chose que nous voulons voir dans la zone est la Cemetery Beach et ses monticules rocheux. Sauf que…nous n’avons pas trouvé l’entrée de la plage et nous nous sommes retrouvés dans un cimetière…

  • Je peux vous aider?
  • Heu oui…oui, je cherche la plage…et vous?
  • Ah non, non…moi je viens rendre visite à mon père décédé. Juste là.
  • Ah…ben oui, bien sûr…

Résultat: nous n’avons qu’une photo de la plage de loin. Rien d’extraordinaire non plus.

Suite à cela, nous nous rendons dans le port. Le premier truc sympa est un rocher comportant un trou en forme de l’Australie. Je vous vois déjà: « Waaaaaaaaaaaaaaa! » N’est-ce pas?

La deuxième chose plus intéressante par contre est la présence de phoques dans le port. Ils viennent là se poser sur les rochers durant la journée pour prendre le soleil. Ce qu’on a pu constater, c’est que c’est bien plus imposant qu’une otarie! Et c’est bien marrant, ces bestiaux!

Batemans bay

Là, on vous la fait courte: qu’y a-t-il à voir? Des chauve-souris par centaines a milieu d’un parc public. Les avons-nous vues? Nope…Apparemment, elles ont été chassées l’année passée. Pourquoi? Aucune idée…Des voisins mécontents, sûrement. On a un peu perdu le compte des fails sur ce coup, mais le score doit être pas trop mal. Essayé, pas pu! C’est le jeu ma pov’ Lucette. Notez tout de même les belles références.

Jervis Bay

Nous nous rendons ensuite dans ce parc qui a la réputation d’avoir des plages avec un des sables les plus blancs d’Australie. Encore une plage? Encore sans se baigner? Que voulez-vous…y a pas grand chose d’autre à voir par-là…#blasésdesplagesenhiver

Nous allons voir Murray beach, la plus connue. Effectivement, la plage est magnifique! Nous en profiterons pour nous asseoir dans le sable savourer le moment quelques instants. Bon, on était partis dans le but de passer la journée allongés au soleil mais le vent glacial aura eu raison de nous!

Suite à cela, en sortant du parc, nous nous arrêtons à un panneau « Hole in the wall ». Trou dans le mur? Intrigués, nous garons Van Damme et parcourons les 400 m nous séparant du point d’intérêt. Au bout du chemin, nous arrivons au bord de l’eau et nous retrouvons devant…un mur naturel avec un trou…on aurait dû se douter que ce serait un truc bien pourri du style!

 

Voilà, voilà.

 

Un petit événement sympathique: notre premier Echidna! un echidna, c’est ça:

Le petit traverse la route juste devant nous! Nous nous arrêtons aussitôt et allons le voir de plus près. Il se replie sur lui-même et se décide à sortir la tête au bout de 30 secondes. Si seulement nous avions été seuls plus longtemps…aussitôt, une voiture passe et s’arrête en nous voyant au bord de la route, et les occupants sortent et courent pour venir voir. Puis deux, puis trois voitures. 2 min plus tard, 15 personnes dont la moitié d’enfants surexcités. Il a bien dû se sentir à l’aise, le petit echidna! Dégoûtés, nous partons de suite. C’est pas comme s’il allait sortir dans ces conditions, de toute façon…Vous croyez qu’on ressent le fait qu’on est un dimanche, pas loin de Sydney? Si peu… Ah côte ouest que tu nous manque!

LE Blowhole, l’unique!

On rappelle: un blowhole = un trou dans la roche qui souffle de l’eau sous l’effet de la pression des vagues. #alexlesavant

Donc, un peu plus loin, à Kiama, se trouve apparemment un blowhole ayant la réputation d’être impressionnant. La foule s’y trouvant l’est également! Déjà à proximité, on y découvre des dizaines et des dizaines de voitures. Sur place, on découvre les dizaines et les dizaines de chinois se trouvant auparavant dans lesdites voitures. Puis, en arrivant sur le site bondé, on ne voit rien…Tout le monde attend, rien ne se passe. Là, un type dit à quelqu’un « Faut juste attendre qu’une vague arrive ». On regarde au loin: l’océan ressemble à un lac d’huile. Il ne nous en fallait pas plus, on se taille en direction du centre du village squatter la terrasse d’une gelateria en compagnie d’une énorme glace maison. La bouffe, c’est bien plus intéressant. Tout le monde le sait!

La photo de Teddy

Pour une grande ville, Melbourne est un endroit extrêmement agréable à visiter. Tout y est prévu pour les touristes que nous sommes! Dans ce qui suit sur la côte en direction de Sydney, il y a du bon et du moins bon. Mais de manière générale, cette partie de l’Australie reste à nos yeux moins intéressante que ce que nous avons vu jusqu’à maintenant. Cela dit, nous n’irons pas jusqu’à dire que c’est moche ou désagréable! Loin de là!

 

Le prochain article, marquera un tournant important dans notre voyage étant donné qu’il concernera notre dernière étape australienne: Sydney et les Blue Mountains…

 

info28 INFOS UTILES

Camping:

  • Ashley Garden Big 4 Holiday park: 45 AUD la nuit pour un emplacement avec électricité. L’endroit est sympa mais les femmes de ménage sont ultra-connes. On vous aura prévenu!

Transports:

  • Bus public à Melbourne: pour se rendre au centre, prendre le bus 220. A la réception du parc, on vous prête une carte de bus si vous demandez gentiment. Sinon, ça vous coûtera 15 AUD. Ensuite, il vous faudra la recharger auprès du chauffeur. Ayez la monnaie!

Excursions :

  • Ferry pour Raymond Island: gratuit pour les piétons. Part environ toutes les 30 min.
  • Entrée de Jervis bay: 11 AUD par véhicule.
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu