Charlex's World

— Le Nord du Laos : un joyau —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Après la Thaïlande, place à un autre pays, et pas des moindres. Alex rêve de visiter le Laos depuis plusieurs années déjà. Quant à Charline, elle en a déjà visité une partie mais rêve d’en voir la face moins connue. C’est pour cette raison que nous avons décidé de nous aventurer dans le Nord. Et nous n’avons pas été déçus.

Notre arrivée au Laos

Notre première étape au Laos fut Luang Namtha. Pour arriver là, nous sommes passés par le poste-frontière thaïlandais de Chiang Kong, pas loin de Chiang Rai. Une fois le Mékong passé, nous avons atteint Huay Xai au Laos, là où se trouve le poste-frontière laotien. De là, nous avons ensuite pris un bus pour Luang Namtha. Pour des informations plus complètes, regardez les infos utiles en fin d’article.

Le premier coucher de soleil au Laos, ça rend heureux!

Le premier coucher de soleil au Laos, ça rend heureux!

Luang Namtha

Après une journée bien remplie par toutes ces démarches et tous ces trajets, nous arrivons dans la petite ville de Luang Namtha en fin d’après-midi. Nous nous mettons en quête d’un hôtel et échouons au Thoulasith. Le confort est au-delà de nos espérances (sans sarcasme). Une fois installés, nous partons manger et nous nous rendons compte d’une chose qui va se confirmer par la suite : la nourriture est beaucoup plus chère qu’en Thaïlande. En fait, c’est assez hallucinant de voir que le prix de deux plats équivaut à celui d’une chambre double dans ce bled ! Et le prix des chambres y est assez cher pour le Laos.

Le lendemain, nous décidons de louer un scooter pour explorer les environs. Faute d’observation, nous nous rendons compte juste avant de partir que ce n’est pas un scooter, mais une moto (ça n’en avait pas l’air, pourtant…). Les vitesses se passent donc au pied gauche et le frein est au pied droit. Il faut un petit temps à Alex pour réveiller ses vieux réflexes, ce qui vaut à Charline quelques bonnes secousses. D’autant plus qu’elle tremble de partout, la bécane ! A 60 km/h, nous avons l’impression qu’elle va exploser sous nos fesses !

 

dsc_0488-2

Non Maman, le casque était très bien adapté à ma tête...

Non Maman, le casque était très bien adapté à ma tête…

Après avoir fait le plein, nous partons visiter les cascades de Namdi non loin de là. Nous trouvons l’accès au bout d’une piste terreuse à proximité d’un petit village. Une fois arrivés, nous reculons devant le prix. 10’000 kips/personne + 2000 kips pour le scooter…Un peu cher pour voir des cascades qui n’ont en plus pas l’air d’être incroyables. Nous changeons donc nos plans.

Nous partons donc en direction du Nord. Notre but est d’atteindre un petit village à 60 km de là. Mais ça, c’était avant de voir l’état de la route. Une route goudronnée, certes…Mais la taille des nids de poule est impressionnante. Des trous de 15 à 20 cm de profondeur, certains faisant la largeur de la route. Sans compter les camions et les bus qui y roulent un peu n’importe comment. Après 20 km, nous faisons demi-tour. En revanche, les paysages que l’on voit le long de cette route sont magnifiques. Allez y faire un tour si en avez le temps.

dsc_0502-2

dsc_0489-2

dsc_0498-2

dsc_0454-2

Un petit souci d'équilibre?

Un petit souci d’équilibre?

De retour en ville, nous nous posons pour boire une bière sur la terrasse d’une guesthouse. A ce moment-là, un couple vient nous voir et nous dit « Mais ! Vous êtes les Charlex’s World ?! ». Ça fait un peu bizarre, nous devons l’avouer. S’en suit une discussion très sympathique autour d’une bonne bière. Ces voyageurs au long cours du nom d’Elise et Nicolas parcourent le globe durant une période de 10 mois. Ils tiennent également un blog que vous pourrez trouver ici. Mais peu de temps après, nous devons déjà partir, car nous souhaitons voir le coucher de soleil depuis un endroit bien précis.

Nous enfourchons donc notre fidèle destrier pour nous rendre…au milieu des rizières. Pas loin de là, à environ 5km, la route file au milieu de rizières très étendues. Nous nous trouvons un petit spot pour profiter de ce coucher de soleil. Il est magnifique et nous en profitons pleinement ! Une beauté ! Il est également possible de s’installer dans ces petites cabanes au milieu des rizières construites par les paysans y travaillant. Ces endroits sont parfaits pour profiter du spectacle. Nous ne l’avons pas fait car à cette période, les paysans travaillent encore dans ces champs jusqu’au coucher du soleil.

dsc_0572-2

dsc_0574-2

dsc_0578-2

Le lendemain, nous partons déjà pour notre prochaine destination. En réalité, il n’y a pas grand-chose à faire à Luang Namtha. Nous savons qu’on peut faire des treks de plusieurs jours dans la région, mais nous n’y sommes pas restés assez longtemps.

dsc_0515-2Nong Kiaw

Suite à Luang Namtha, nous partons pour le petit village de Nong Kiaw. Une fois arrivés, nous sommes aux anges. Ce village est un petit coin de paradis ! Un petit village de quelques centaines d’habitants au bord du Nam Mou, un confluent du Mékong, perdu au beau milieu des montagnes recouvertes d’une jungle luxuriante. Le paradis, on vous le dit !

dsc_0625-2

Nous trouvons refuge à la Sunrise guesthouse, de l’autre côté de la rivière. Quoi de mieux qu’un petit bungalow avec vue sur la rivière ? De plus, une petite surprise nous attend dans ce village. Nombreux sont les restos indiens et la nourriture y est excellente. Nous vous conseillons d’ailleurs le Deen Restaurant, qui nous a donné l’impression de retourner un bref instant au Rajasthan. Bref, un excellent endroit pour la farniente !

 

dsc_0644-2

 

dsc_0649-2

dsc_0628-2

Le Phaedang viewpoint

S’il y a une chose à ne pas rater à Nong Kiaw, c’est bien ça. Cet endroit offre une vue splendide sur toute la vallée, spécialement au coucher du soleil.

Pour vous raconter ce passage, nous allons parler à la première personne, celle d’Alex, et utiliser un ton un peu plus…poétique !

14h30. Le soleil se couchant aux alentours des 17h, nous décidons de partir tôt. Sac sur le dos contenant une maigre bouteille d’eau et un peu de breuvage divin, deux flambeaux en poche, nous nous engageons dans cette aventure. Nous pensons que cela va être une partie de plaisir….erreur ! A l’entrée du sentier, un vieil ermite nous tend des sceptres en nous marmonnant des paroles voulant certainement dire : « prenez cela, ça pourrait bien vous sauver la vie ! ». Nous commençons à marcher. Pas après pas, la chaleur et l’humidité nous assaillent. La boue rend le chemin glissant et dangereux. Nous marchons au milieu de la jungle et la pente est abrupte. Les insectes nous dévorent et nous souffrons à chaque seconde. L’humidité rend le chemin plus boueux de minute en minute. A côté de nous, un ravin vertigineux nous nargue l’air de dire : « Venez, je vous attends ! ». L’ermite avait raison. A chaque pas que nous faisons, le sceptre nous aide à rester stables, ce qui nous sauve très certainement d’une chute fatale. Ils sont nos seuls amis le long de ce périple herculéen.

dsc_0661-2

Le long du chemin, nous devons escalader des parois vertigineuses. Seules des petites cordelettes sur le côté nous permettent de nous hisser un peu plus loin. Parfois, Charline me regarde en me suppliant de lui donner un peu d’eau. Ne sachant pas ce qui nous attend encore, j’essaie d’en conserver un maximum. Je sacrifie donc ma ration pour la maintenir en état de marcher. Mais je lui réponds à chaque fois : « Essaie de la valoriser le plus possible, car notre vie tient dans cette maigre bouteille… ». Et quel idiot j’ai été de prendre ce breuvage divin avec moi. Je sais qu’une fois arrivés au sommet, cela pourrait bien nous redonner des forces pour redescendre. Mais quel poids cela pèse !

A chaque minute, nous nous regardons. Je déchiffre dans les yeux emplis de larmes de Charline la même pensée qui me taraude depuis le début : « Abandonnons, cela n’en vaut pas le peine ! C’est risquer notre vie pour rien ! ». Mais nous ne disons mot et continuons. Car notre fierté est plus forte que tout. Oui ! Nous arriverons au sommet.

dsc_0653-2

Nous progressons au cœur d’une forêt qui nous paraît maléfique. Parfois, celle-ci devenant moins épaisse nous permet d’apercevoir quelques rayons de soleil. Comme il fait sombre dans cet endroit ! Mais après un temps qui nous a paru être une éternité, nous sortons progressivement de cette forêt lugubre et atteignons finalement le sommet. Et quelle joie, quelle soulagement !  Les anges nous saluent et félicitent d’être arrivés jusque-là ! J’ai l’intuition que c’est le moment rêvé pour profiter de notre breuvage divin. Et comme je le pensais, celui-ci nous redonne les forces dont nous avons besoin. Le coucher de soleil et somptueux depuis là-haut. Nous avons l’impression d’être au paradis, entourés d’anges.

Mais la nuit tombée, il est déjà l’heure de descendre. Charline me regarde de son air apeuré. Je lui dis : « Ne t’inquiète pas, tout se passera bien. Je te protégerai ! ». Nous allumons nos torches et nous engageons dans la noirceur de cette forêt démoniaque. Elle nous avale comme si nous n’étions que de vulgaires insectes. Par moment, nous croyons entendre des cris. Y aurait-il des loups ici ? Par chance, nous n’en croisons pas. La descente est encore plus difficile. En plus du chemin glissant faiblement éclairé par la lumière de nos torches, nos genoux nous font souffrir et menacent de lâcher à tout moment. Par chance, nous arrivons à notre point de départ en un seul morceau.

Ce fut une des épreuves les plus difficiles de notre vie, mais nous sommes fiers de l’avoir accomplie. Et plus que jamais, nous en ressortons plus forts et plus unis !

dsc_0658-2

Bon, revenons  la réalité maintenant. Cette heure et demi de montée est un peu abrupte certes, mais accessible à tout le monde. Les insectes ne sont pas vraiment agressif et le chemin pas vraiment boueux. Mais que voulez-vous ? On a toujours besoin de faire un peu rêver, non ? 😉 Pour vous faciliter la traduction de notre récit, voici une clé de traduction pour les mots en gras :

  • Breuvage divin = bière
  • Flambeau = Lampe torche
  • Ermite = gardien faisant payer la taxe d’entrée
  • Sceptre = bâton de bois
  • Ravin vertigineux = petit talus buissonné
  • Paroi vertigineux = chemin un peu abrupt
  • Ange = autre touriste

dsc_0694-3

 

dsc_0700-2

dsc_0671-2

dsc_0691-2

Pour en terminer avec ce point de vue, nous vous dirons simplement que c’est à ne pas me manquer. La vue à 360° en vaut vraiment la peine !

Muang Ngoi Neua

Depuis Nong Kiaw, il est possible de rejoindre ce petit village à 1h de bateau en amont le long de la rivière. Nous sommes donc allés explorer cela.

Nous prenons le bateau à 11h du matin au débarcadère de Nong Kiaw. Le trajet est plus qu’agréable. Il est d’ailleurs assez surprenant de découvrir ces petites embarcations munies de sièges de….voiture. Si si ! Si vous parvenez à avoir un de ces sièges, vous serez très confortablement installés !

DCIM100GOPROG0986035.

En arrivant à destination, nous découvrons un petit village entouré de jungle montagneuse formé d’une rue principale au bord de laquelle tous les établissements se côtoient. Nous choisissons de séjourner au Nicksa’s Place. C’est un petit ensemble de bungalows très agréable donnant sur la rivière. On vous le conseille si vous souhaitez simplement…ne rien faire. Prendre le soleil sur la terrasse ou dans son hamac est plus que ressourçant.

dsc_0738-2

Y'a pire comme chemin pour te rendre à ton bungalow...

Y’a pire comme chemin pour te rendre à ton bungalow…

Ce village abrite nombre de guesthouses et de restaurants. Tous ceux que nous avons testés servent de la nourriture excellente. Un restaurant, le Phetdavanh, sert d’ailleurs un buffet à volonté matin et soir pour 30’000 kips/pers.

dsc_0742-2

La ''rue principale'' de Muang Ngoi

La  »rue principale » de Muang Ngoi

Mais en dehors de la farniente, il y a aussi d’autres choses à faire aux alentours.

La visite des villages

Trois villages typiques se trouvent aux alentours de Muang Ngoi : Ban Na (le plus proche et plus touristique), Ban Hoy Seen (le plus éloigné) et Huay Bo (le plus grand). Nous avions prévu d’aller voir Huay Bo, mais une rivière inscrite sur aucune carte avait englouti le chemin. Peut-être cela dépend de la saison. Nous avons donc dû nous rabattre sur Ba Na. Ce village est tout ce qu’il y a de plus authentique. Des maisons faites de paille ou de bambou côtoient celles faites plus ou moins en dur. A notre passage, les habitants nous saluent.

dsc_0786-2

dsc_0795-2

dsc_0802-2

dsc_0812-2

Ceux-ci semblent vivre en harmonie avec les animaux. Dans les rues, on croise toute sorte d’animaux en liberté. Chiens, chats, porcs, poules, coqs, vaches…Tous les animaux de la ferme ! De plus, de magnifiques montagnes surplombent le village d’un côté et des rizières s’étendent de l’autre. Ici, nous avons vraiment l’impression de visiter l’Asie profonde, celle que nous recherchons.

dsc_0808-2

dsc_0816-2

Tham Kang Cave

Sur la route pour aller au village, une grotte peut être visitée. Elle n’est pas très profonde mais assez impressionnante. Surtout quand on sait que les habitants allaient s’y réfugier pendant les bombardements de la guerre d’Indochine et qu’ils n’en sortaient qu’à la tombée de la nuit pour travailler au champ. Si vous comptez y faire un tour, n’oubliez pas vos lampes torche et faites gaffe aux gros trous !

Devant la grotte, il faut s’acquitter d’une taxe d’entrée de 10’000 kips/pers. donnant le droit d’aller visiter la grotte et les villages.

dsc_0756-2

dsc_0764-2

A Muang Ngoi, il est également possible de faire des treks sur plusieurs jours, de faire du canoë, de profiter du sauna aux herbes ou encore d’aller voir des cascades se trouvant à 10 km de là. Vous trouverez quelques prix dans les infos utiles. Pour vous donner une idée des possibilités, nous avons photographié le panneau d’une agence de voyage locale.

dsc_0321

Bref, en dehors de la visite d’un village et d’une grotte, nous devons vous avouer n’avoir…rien fait. Mais absolument rien ! Si ce n’est lézarder dans un hamac ou boire une bière sur une terrasse. Si vous voulez nous imiter, c’est le spot idéal !

dsc_0747-2

info28 INFOS UTILES

Le passage de frontière

  • Depuis Chiang Rai, prenez un bus depuis le terminal en direction de Chiang Kong. Il part toutes les heures. 65 THB pour 1h30 de trajet. Nous vous conseillons de prendre celui de 7h30 au plus tard si vous voulez arriver à Luang Namtha en une journée.
  • A 5km de la frontière, descendez et prenez un tuk-tuk qui vous amènera au poste-frontière (50 THB/personne).
  • Une fois votre tampon de sortie obtenu, payez votre billet de bus pour traverser le Mékong (20 THB/personne). Ces bus partent toutes les 30 min.
  • Une fois le poste-frontière laotien atteint, on vous demandera de payer votre visa : 30 USD pour les français et 35 USD pour les suisses (pour une durée de 1 mois). Prenez des dollars, car vous y perdrez en payant en baths.
  • A la sortie du poste, des tuk-tuks attendent. Vous pouvez atteindre le terminal de bus de Huay Xai à pied en environ 1h (peut-être moins). Si, comme nous, vous êtes pressés par le temps, les tuk-tuks vous demanderont 100 THB chacun. Ils acceptent encore les THB à ce stade, tout comme au terminal de bus.
  • Au terminal, prenez un bus pour Luang Namtha. 265 THB/personne pour 3h de trajet.
  • Le taxi du terminal de Luang Namtha jusqu’au centre coûte 10’000 kips/pers.

Luang Namtha

  • Prix d’une chambre double l’hôtel Thoulasith (SDB privée avec eau chaude et ventilateur) : 70’000 kips.
  • Location d’un scooter : entre 40’000 et 60’000 kips la journée (dépendant du modèle).
  • Prix d’une grande Beer Lao : 10’000 kips (le paradis !).
  • Prix d’entrée des cascades de Namdi : 10’000 kips/personne + 2’000 kips pour le scooter.

Nong Kiaw

  • Pour se rendre à Nong Kiaw depuis Luang Namtha, il faut prendre un bus depuis le terminal jusqu’à Pak Mong. 80’000 kips/personne pour 6h de trajet. Ajoutez à cela le taxi jusqu’au terminal pour 10’000 kips/personne. Le premier bus part à 9h. Allez au terminal au moins 1h à l’avance, car les laotiens n’ont rien à secouer des numéros de place. Nous sommes allés acheter nos billets la veille.
  • Prix d’un bungalow à la Sunrise guesthouse : 80’000 kips de base, négocié à 70’000 kips.
  • Prix d’entrée au Phaedang viewpoint : 20’000 kips/pers. Pour ce prix, une bouteille d’eau vous est offerte. La montée dure entre 1h et 1h30 et la descente 45 min.

Muang Ngoi

  • Bateau Nong Kiaw – Muang Ngoi : 25’000 kips/pers. pour 1h de trajet. Les bateaux partent à 11h et 14h. Allez-y à l’avance, car il y a du monde.
  • Bateau Muan Ngoi – Nong Kiaw : même prix ; part à 9h30. Le bureau de vente de tickets ouvre à 8h.
  • Prix d’un bungalow au Nicksa’s Place : 40’000 kips. Ne vous faites pas enfler car certains ont payé plus cher pour le même bungalow juste à côté du notre. Chaque bungalow est muni d’une SDB privée avec eau chaude et d’une terrasse avec deux hamacs. Le wifi est disponible au restaurant.
  • Taxe d’entrée unique à la grotte et aux villages : 10’000 kips/pers.
  • Temps de marche pour aller à Ban Na: 1h15 environ
  • Prix de location du canoë pour une journée : 100’000 kips (louable à la demi-journée également)
  • Prix d’entrée au sauna : 15’000 kips/pers.

 

dsc_0818-2

Et qu’avons-nous pensé de cette région ?

Une merveille ! Nous avons vraiment eu l’impression de plonger au cœur de l’Asie en visitant le Nord du Laos. Peut-être est-ce parce le tourisme n’y est pas encore développé comme ailleurs ? Ce qui est incroyable est de se trouver dans une région aussi reculée de la civilisation tout en pouvant profiter d’un certain confort à bas prix. Et que dire des paysages au sein desquels on évolue ? Nous avons simplement adoré cette région et la conseillons à quiconque s’aventurerait au Laos. Ces petits villages perdus au cœur des montagnes recouvertes d’une jungle épaisse offrent tout ce que l’on pourrait se représenter en pensant aux campagnes asiatiques. Un mélange de beaucoup de choses donnant un résultat très agréable à visiter et où il fait bon s’attarder quelque peu.

 

Au prochain article, nous retournerons quelque peu à la civilisation. Nous vous emmènerons visiter la ville bien connue de Luang Prabang et ses alentours.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

2 reflexions sur “— Le Nord du Laos : un joyau —

  1. Trek'n'co

    Salut les amoureux !
    Super article comme d’habitude, on a bien ri en lisant vos aventures ! Et on tenait à vous remercier pour votre petit message nous concernant, ça nous touche beaucoup ! On espère vous revoir aux alentours de Luang Prabang !

    Et comme si nous étions liés par l’instinct du voyageur, nous nous retrouvons par hasard ici à Muang Ngoi, dans la même guesthouse, et exactement la même chambre que vous !
    Bref, continuez à nous faire rêver, et à très bientôt !
    Elise & Nico

    1. Charlex Auteur de l'article

      Salut vous deux!

      Mais de rien pour le ptit message. Et ce qu’il y a de bien, c’est que c’est totalement gratuit et qu’en plus ça nous fait plaisir. 🙂
      Hé bien si vous êtes encore à Muang Ngoi dans le même bungalow que nous, vous remarquerez le code du wifi du resto d’à côté inscrit sur le mur extérieur. Parfois, ça marche!
      Peut-être se croisera-t-on un peu plus loin sur la route!

      P.S. Vous deux n’avez pas besoin que l’on vous fasse rêver, vous être en train de réaliser votre propre rêve bien à vous! 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu