Charlex's World

— La Nullarbor : la traversée du désert —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Après s’être faits rincer comme jamais dans la région d’Albany à Esperance, une grande épreuve nous attend. Une épreuve ? Exactement, car il est temps pour nous de traverser une des routes les plus symboliques de l’Australie: la Nullarbor.

C’est quoi la Nullarbor ?

C’est une longue longue longue route qui relie l’état du Western Australia à l’état du South Australia. 
Le terme Nullarbor vient du latin  »nullus arbor » qui signifie  »sans arbres ». Ce n’est pas tout à fait vrai car certaines portions sont bien arborées mais sur la grande majorité de la route, soit 1600 km, c’est désertique (vraiment littéralement désertique!).

La Nullarbor porte aussi le nom de  »Eyre Highway » en hommage à Edward John Eyre, un britannique, qui fut le premier à faire cette traversée afin d’établir une voie de transport terrestre. Et à cheval SVP! Il lui aura fallu un peu plus d’un an pour la réaliser, tout en déblayant le chemin dans les zones arborées cependant.

Dans notre cas, il nous aura fallu 4 jours pour faire Norseman-Ceduna (soit 1200 km) . Allez c’est parti…

La maison est quand même bien loin…

Les points d’intérêts

La plupart des gens trouvent la Nullarbor ennuyante et l’appelle d’ailleurs la Nullarboring. Notre point de vue? Les points d’intérêts sont très peu nombreux mais en voici quelques-uns.

Le musée de Baladonia

Le premier lieu où nous arrêtons est Baladonia. Inscrit sur la carte comme étant une ville, nous sommes assez surpris quand finalement nous comprenons que les seuls habitants sont les employés du roadhouse ! Y’a pas de doute, nous entrons dans le vif du sujet: le désert.

En revanche, ce roadhouse a la particularité d’abriter un petit musée bien intéressant. Très bizarre d’entendre dire ça de la part des anti-musées que nous sommes. Vous y trouverez des infos sur un satellite qui s’est écrasé dans cette ville, sur les courses de voiture qui étaient effectués sur la Nullarbor, sur l’arrivée des chameaux d’Afghanistan et de leur remise en liberté après la construction des chemins de fer, ainsi que sur la vie de certains aborigènes vivant dans le coin.
En plus de permettre de se dégourdir les jambes, vous apprendrez plein de choses sur cette route particulière!

Caiguna blowhole

Ah! S’il y a bien un truc à ne pas rater c’est celui-là ! Quel spectacle, mes aïeux! On aurait fait cette route rien que pour ça. C’est un gros trou au bord de l’autoroute d’où sort de l’air froid. Une vraie climatisation naturelle. Voilà, voilà…Selon les dires, c’est le refuge d’un python. Nous, on a rien vu. Mythe destiné à faire la promotion du lieu? Peut-être…
Pour ceux qui n’auraient pas compris, cet arrêt est sans intérêt…

IN-CRO-YABLE!

Les panneaux

Ah les panneaux! Très important les panneaux! Ces derniers étant considéré comme point d’intérêt sur l’application Wikicamps (bible du voyageur en Australie), nous n’avons pas résisté à l’appel de la photo…
Nous nous devions de photographier le symbole de la Nullarbor: LE panneau !
Mais oui, c’est sur que vous l’avez déjà vu en photo au moins une fois. Le voici.

Alors c’est quoi ces animaux ?

Un dromadaire marchant fièrement, un kangourou sautillant au gré du vent et…. Un animal non identifié.
Ce dernier est un wombat. C’est un animal faisant partie de la catégorie des rongeurs mais qui fait quand même la taille d’un chien. A ce jour, nous n’en avons pas croisé…Enfin si, mais mort écrasé au bord de la route…pour changer.

Les dromadaires ont quant  eux été introduits par les afghans comme animaux de travail, puis relâchés. Aujourd’hui, ils sont extrêmement nombreux dans le coin. On a en vu beaucoup en bord de route…morts…pour changer. Les vivants doivent vivre à l’écart de celle-ci. Peut-être sont-ils un peu moins stupides? On ose même pas imaginer l’état des véhicules qui se prennent un dromadaire à 100 km/h…Et strike ! Bam! C’est autre chose qu’un pigeon!

Le cimetière

D’ailleurs, faisons un petit aparté aux sujets des animaux écrasés.
La Nullarbor nous a permis d’inventer un nouveau jeu. Compter les kangourous morts en bord de route. C’est un jeu un peu morbide mais ça fait passer le temps quand t’es dans un désert.
Nous avons arrêté au bout du quarantième. Et ça en 5 kilomètres.
Cela fait maintenant plus d’un mois et demi que nous sillonnons les routes de ce pays mais jamais nous n’avions vu une chose pareille.

Allez tu le vois le kangourou éclaté à droite? Hé bien sur cette photo, c’était pas voulu de l’avoir…

 

La grande ligne droite

En traversant cette route, vous aurez l’honneur de conduire sur la plus grande ligne droite du pays. Rien que ça ! 146 kilomètres où il n’y a pas besoin de bouger de ne serait-ce qu’un centimètre le volant. A moins que tu aies, comme nous, un van un peu pourri sur lequel l’équilibrage n’a même pas été fait et qui tourne tout seul. Super chiant sur une ligne droite, ça! L’éclate totale quoi. À faire au moins une fois dans une vie…

Point de vue à Madura

En revanche, ça, ça vaut le détour ! De ce point, le désert s’étend à perte de vue et nous nous rendons compte de l’immensité de ce lieu.

C’est dingue non? Oh t’as vu là-bas? Y A RIEN! QUE DALLE!

La jetée d’Eucla

Eucla est le dernier village avant la frontière et c’est aussi ici que nous retrouverons l’océan. Ayant élu domicile près de ce dernier, au milieu des dunes, c’est à pied que nous rejoignons le point d’intérêt de cette étape: l’ancien télégraphe.
C’est de cet endroit qu’a été envoyé le premier télégramme entre l’état du South Australia et du Western Australia. Nous avons donc été voir cela de plus près (car y’a rien d’autre à faire de toute façon) et quelle déception.
Franchement, si on ne savait pas ce qu c’était d’avance, on serait passés à côté sans même le remarquer. Il ne reste de ce bâtiment qu’un tas de ruines malheureusement entièrement tagué.
Notre balade continue ensuite jusqu’à la plage pour y voir l’ancienne jetée. Pour être ancienne, elle est ancienne celle-ci ! On se demande comment elle peut tenir debout… Ce n’est finalement rien d’autre que des bouts de bois usés.Mais la luminosité de fin de journée ainsi que les nombreux oiseaux en train de profiter des derniers rayons de soleil rendent ce lieu très photogénique. D’ailleurs Alex, après l’épisode des Pinnacles, a remis le couvert en s’improvisant mannequin. Heuuuuu mais les rires… Euclalala!

Quel homme.

Et au petit matin devant le van : un Emeu!

Bunda cliffs

C’est officiel, nous avons quitté le plus grand état d’Australie pour arpenter l’état du South Australia. La route longe la côte et 3 points de vue permettent d’admirer les falaises de Bunda. Ca vaut le détour ! Là, y’a pas à dire ça envoie du lourd ! Voyez plutôt…

Head of bight

Cet endroit mériterait à lui seul un voyage en Australie en plein hiver.
Il s’agit d’un point de vue au bord d’une falaise. Jusque-là, rien d’inhabituel. Sauf que ce lieu en cette période de l’année abrite des baleines franches australes qui y viennent pour accoucher et qui restent près des côtes pendant plusieurs mois avant de repartir vers des eaux plus froides. Nous avions déjà vu de nombreuses baleines depuis le bateau à Albany mais d’ici le spectacle est encore plus grandiose. C’est bouche bée que nous assistons notamment aux sauts consécutifs de 3 baleines, à la balade de plusieurs mamans baleines accompagnées de leurs baleineaux, tout ça au milieu d’un paysage somptueux. Ce moment restera à coup sûr un des highlights de ce voyage.
Sachez que peu d’endroits dans le monde sont similaires à celui-ci. N’hésitez pas une seconde. C’est magique.

Les moulins à vent de Penong

Notre route continue en direction de Penong. La particularité de cette ville ? Elle abrite le meilleur de la Nullarbor: ses moulins à vent.
C’est dans cette ville que nous avons rencontré Comet, le plus gros moulin à vent d’Australie. Un moment émouvant, spécialement pour Alex qui a depuis ce moment-là développé une vraie passion pour les moulins à vent. Cela lui a d’ailleurs donné de belles idées pour son prochain tatouage.

Témoignage: « Depuis que j’ai rencontré Comet, ma vie a changé. Jamais je n’aurais pu imaginer que ces moulins pouvaient être aussi passionnants. Mon rêve? Que Charline développe la même passion et qu’on ouvre un commerce de pâles de moulins à vent à notre retour en Suisse. Martigny devrait être une bonne région, non? De cette façon, Comet sera toujours un peu avec moi, symboliquement. »

Lac rose et Port le Hunte

Depuis Penong, nous décidons de sortir de la route principale pour faire un petit détour. La route principale, c’est trop mainstream, trop 2016… Cela nous mènera à un lac qui a la particularité d’être rose. Y’a pas grand chose à dire de plus là-dessus si ce n’est que c’est joulie quand même!

Puis nous continuons en direction de Port le Hunte. Cet endroit est si sauvage qu’il fait bon s’y attarder un peu. Apparemment durant la période estivale, il n’en est rien et les plages sont loin d’être désertes.

Ce lieu est malheureusement connu pour avoir été le lieu d’un sacré drame. En effet, dans les années 70, un jeune garçon âgé d’à peine 10 ans se baignait tranquillement au bord de la plage quand soudain un requin blanc l’a attrapé. Le petit n’a pas survécu à ses blessures…
L’histoire a choqué tout le pays et a fait couler beaucoup d’encre car c’était la première fois qu’un grand blanc se trouvait si près des côtes. La population a alors décidé de prendre des mesures et d’installer un filet anti-requin afin qu’un incident de la sorte ne se reproduise pas.
Bien triste tout ça. En tout cas ça nous a pas poussés à la baignade. Et le froid non plus d’ailleurs!

Le filet anti-requin

La fin à Ceduna!

Notre voyage sur la Nullarbor touche à sa fin. Voilà nous y sommes. C’est le quatrième jour et nous voilà à Ceduna! Rien de spécial à raconter sur cet endroit si ce n’est qu’il est célèbre pour ses huîtres. Charline, étant une accro des fruits de mer, n’a pas hésité une seconde à rejoindre un resto spécialisé afin de finir ce voyage dans le désert en beauté (elle a menacé Alex à l’aide d’un couteau de chasse pour qu’il lui conduise). Que nenni, l’endroit en question était malheureusement fermé. Pas de bol. A la place, c’est un fish & chips absolument ignoble servi dans une pizzeria qui nous servira de repas…

Les WTF de la Nullarbor

La Nullarbor, on dit souvent qu’on n’y trouve rien, ou au moins pas grand chose. Mais pas du tout! Y a plein de trucs à voir! Sachez que cette route est le point de passage de nombreux artistes et qu’elle en inspire beaucoup, qui se sentent forcés d’y laisser leur trace en guise de reconnaissance. Donc, en dehors de ce que nous avons déjà cité, on peut trouver de nombreuses œuvres d’art hors du commun, auxquelles nous sommes sûrs que bien des amateurs d’art pourraient trouver un sens.

L’arbre à nounours

Oui, vous avez bien lu. Il s’agit donc, comme son nom l’indique, de nounours suspendus dans un arbre. La signification? Franchement on a pas compris. Sur cette portion de la Nullarbor, les arbres artistiques se déclinent en plusieurs manières. On trouve l’arbre à tasses de thé (véridique), l’arbre aux décorations de Noël (classique), l’arbre à bouteilles vides…

Conclusion : L’ennui rend créatif!

Le kangourou vegemite

Un kangourou géant qui tient un pot de Vegemite ? Waouh trop beau! Si ça c’est pas WTF! D’ailleurs, pour ceux qui ne connaîtrait pas la vegemite, une prochaine vidéo illustrant notre futur défi vous fera découvrir cette superbe pâte à tartiner typiquement australienne. Charline doit être la seule personne sur cette planète à aimer ça. Du coup, elle n’a pas résisté à faire la photo!

Dans le genre WTF y’a aussi ça…

Les road trains

Les road trains, c’est des énoooooormes camions qui transportent des tonnes de trucs improbables dans leurs différentes remorques. Leur nombre sur la Nullarbor est fou. Ces derniers n’hésitent pas à te doubler et toi tu pries pour que le chauffeur ne se brûle pas avec sa clope au volant à ce moment-là…

Le pire? C’est que parfois, ils sont « oversize » et ont besoin de la route entière pour rouler. Impressionnant on vous dit!

Nullarboring ou pas?

Beaucoup de gens considèrent la Nullarbor comme étant ennuyante et sans intérêt. Nous ne sommes pas de cet avis. Nous avons adoré parcourir cette route. C’est long c’est vrai. Mais rouler à travers cet immense désert nous a plu. La plupart des points d’intérêts ne sont pas des incontournables de l’Australie (sauf les baleines hein!) mais rouler à travers ce désert a quelque chose de mythique. Et peut-être que le climat sec et le soleil y sont pour quelque chose après les seaux d’eau qu’on s’est pris sur la tronche? Nous avons de nouveau pu ressortir les tongs et nous poser au coin du feu de camp à la nuit tombée.

Bref, la Nullarbor n’est pas boring du tout! 

On a d’ailleurs même eu droit à un petit diplôme à la fin de la traversée. Si si, c’est pas des conneries!

La photo de Teddy

A suivre: Cap sur la péninsule d’Eyre. Seafood, point de vue sur l’océan et rencontre avec de nombreux dauphins….

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

2 reflexions sur “— La Nullarbor : la traversée du désert —

  1. Mick

    Pour la photo de Teddy en mode Mad Max, je pensais déjà à une route désertique… Mais du coup c’est déjà fait.
    Ensuite il lui faudra une tenue SM, l’accrocher sur le capot du van, foutre le feu à sa guitares électrique et rouler à balle en beuglant comme des gorets… le tout en faisant un selfie…
    Ou un truc dans le genre..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu