Charlex's World

— La belle Oaxaca et Puerto Escondido —

Après notre petit séjour à Puebla, nous partons plus au Sud pour visiter la belle Oaxaca. Nous avons toujours quelques belles courbatures dans les jambes qui constituent un bon souvenir de Puebla mais parvenons tout de même à porter nos sacs pour prendre le bus. On commence à se dire que le matériel de camping va finalement peser bien lourd sur nos épaules durant le reste du voyage, et cela pour pas grand chose d’ailleurs…

La belle Oaxaca

Pour nous y rendre depuis Puebla, nous prenons le bus. Un trajet de quelques 6 heures dans un bus bien confortable. Une fois arrivés, nous marchons jusqu’à notre hôtel déniché par Courjettesky (nouveau surnom de Charline) sur booking.

Un hôtel pas comme les autres

Nous logeons au Naba Nandoo guesthouse. Et ça, mes mais, c’était un bon choix! Ce superbe établissement a tout pour plaire! En dehors des grandes chambres hyper confortables et bon marché, une belle terrasse avec bar offre une vue sur la ville. De plus, le personnel est adorable et se plie en 4 (même en 8 parfois) pour satisfaire ses clients!
En général, quand on voit « petit-déjeuner inclus », on s’attend à deux toasts et un peu de confiture. Mais là, ça nous a scié! Dès 8h du matin, la propriétaire et une de ses employées sont aux fourneaux pour vous servir. Au menu? Céréales de toutes sortes avec fruits secs suivis de quesadillas, tacos, soupe de poulet, courgettes farcies au champignons et aux tomates, pancakes, assiettes de fruits frais, etc, faites votre choix! Et si ce qu’on vous sert ne vous plaît pas? Il suffit de demander autre chose. Le pied (ou dit-on plutôt « l’estomac » dans ce cas?)!
De plus, la propriétaire possède deux chiens dont un pour lequel nous avons littéralement craqué: un énoooorme rotweiler de la taille d’un veau nommé « Argo » en manque continuel de câlins.
Le pompon? Lorsque nous demandons où nous pouvons donner la lessive sale, le proprio nous dit qu’il peut l’amener pour nous. Déjà là, on en revient pas. Mais le meilleur, c’est quand il nous la ramène le lendemain et qu’il nous dit que « c’est bon, c’était 45 pesos mais c’est pour moi ». On apprécie énormément cette gentillesse si rare, mais il existe certaines choses qu’on ne peut quand même pas accepter!

Bref, un hôtel de rêve! Si nous y retournerions?

Une ville coloniale pleine de charme

Oaxaca, c’est un ville formée de bâtiments colorés de partout. C’est un ensemble de routes pavées qui fait totalement oublier que nous sommes dans un centre urbain. C’est un lieu faisant plonger dans l’histoire grâce à ses cathédrales et ses temples. Et c’est par-dessus tout un regroupement de restaurants fournissant nourriture saine, variée et délicieuse! Des estomacs sur pattes? Disons simplement qu’on devait ressembler à ça:

Bref, on s’est fait une semaine gourmande!

Un Zocalo vivant

Rappelons qu’au Mexique, le Zocalo est la place centrale de la ville. Tout comme les places Simon Bolivar en Colombie ou les Plaza des Armas dans le reste de l’Amérique du Sud.

Petite parenthèse: Les mecs responsables de nommer les lieux dans cette partie du monde n’ont pas fait preuve d’une grande imagination…Pour nommer les rues? Ils ont par exemple parfois pris des noms d’autres villes dans le pays, ou même des noms d’autres pays. Par ailleurs, dans chaque ville, les noms des rues sont les mêmes. Il y aura par exemple une rue Lazaro à Mexico, à Puebla, à Oaxaca, etc. Hyper pratique pour trouver une adresse sur le GPS!

Cette place centrale est tout ce qu’il y a de plus vivant. En-dehors d’être belle avec une cathédrale se dressant à son extrémité, pas un jour ne se passe sans qu’elle soit bondée de monde et le lieu d’animations. Concerts, manifestations et autres, toujours entourés de stands de nourriture et autres, artistes de rue, vendeurs de ballons, etc. Une place qui vit quasiment 24h sur 24!

La cathédrale sur le côté de la place ajoute un peu de charme. Bien que ce ne soit pas la plus belle que l’on ait vu, elle vaut tout de même le coup d’œil. Remarque: c’est peut-être juste nous le problème…A vrai dire, à partir du moment où un bâtiment historique est en-dessous d' »impressionnant », on s’en bat un peu les steaks…

La calle Alcala

En sortant de la cathédrale, nous nous engageons sur cette rue piétonne traversant le centre-ville jusqu’au temple Santo Domingo. Peut-être qu’elle va plus loin, on est pas allés vérifier…Marcher dans cette rue est très agréable. Pourquoi? Justement parce qu’elle est…piétonne!

El Templo Santo Domingo

Ceci, mesdames et messieurs, est ce que l’on peut appeler un multi-fail. Débarquant de la calle Alcala devant le temple Santo Domingo, nous arrivons en plein milieu d’un mariage. En soi, c’est assez marrant de voir comment ils célèbrent ça ici. Les mariés font partie d’un cortège et avancent en fanfare dans le quartier, précédés par deux énormes poupées à leur effigie et d’un groupe de danseuses. Puis suivent les invités. Nous avons eu la chance de pouvoir assister à cela; par contre, c’était donc jour de mariages. Ils se succédaient tout l’après-midi. Impossible donc de visiter le lieu de cérémonie à l’intérieur du temple, qui est magnifique à ce qu’on dit.

Nous revenons donc un jour plus tard qui se trouve être un dimanche. Sauf que nous, depuis le temps, cela fait bien longtemps qu’on a oublié quel jour on est! Et qui dit dimanche dit messes qui se succèdent. Encore une fois, impossible de visiter…

On se dit que la troisième sera la bonne! Nous y retournons le lendemain, soit un jour de semaine, en début d’après-midi. Difficile de se louper à ce moment-là, n’est-ce pas? Pensez-vous? Le temple est fermé tous les jours entre 13h e 16h. Bien sûr quand les portes sont ouvertes, soit les deux jours précédents, le panneau ne se voit pas.
Au bout du troisième échec, nous avons jeté l’éponge. Tant pis pour ce temple!

En revanche, nous sommes allés visiter le couvent dont l’entrée se trouve juste à côté. Ce lieu est impressionnant de par sa taille et par sa beauté. De plus, nous avons pu y voir une exposition très complète sur l’évolution de la civilisation dans cette région du monde. Nous ne vous cacherons pas que nous en avons eu marre (surtout Alex) avant la fin. Voir des poteries, des peintures ou des bijoux, ça va un moment. Non, nous n’affirmons pas être le meilleur des publics en ce qui concerne les musées…

Y en a quand même une qui était obligée de nous faire un photobomb…

On rigolait bien avant JC!

Des problèmes de petite taille, peut-être?

J’te jure, c’est pas moi!

Le musée du textile

Ce musée, mesdames et messieurs, est sans doute la pièce maîtresse de la ville de Oaxaca! Une splendeur indescriptible!

Stop! On commence à parler sérieusement? C’est une pure daube. Heureusement que c’est gratuit! Ce musée est formé d’une seule salle de 50 m2 contenant entre autre quelques toiles représentant quelque chose que nous n’avons pas pu identifier. Alors on ne sait pas si on était là le mauvais jour et que d’autres salles étaient fermées, mais franchement on l’espère. Car sinon, c’est vraiment de la camelote!

L’orgasme estomacal!

Oui, bon, on ne va pas trop s’étaler là-dessus compte tenu du fait que ça fait bien longtemps que tout le monde sait que la nourriture occupe pour nous une place de premier choix dans les indispensables de notre tour du monde…Disons simplement que si vous souhaitez manger bien (non mais vraiment très très bien, hein!), sainement et bon marché, venez à Oaxaca! C’est le pied!

On vous donne quelques petites adresses dans les infos utiles!

Tremblements de terre: épisode 2

Héééé oui! Après Puebla, nous avons eu droit à un deuxième épisode mouvementé. Sauf que cette fois, on était dans notre chambre, à moitié à poil (pour Alex). On a commencé à sentir le lit bouger et, sans réfléchir, on a déguerpis à l’extérieur! Alex a tout de même pris le temps de mettre un short. Charline a couru dehors sans réfléchir par contre. Certain qui si elle avait été en en sous-vêtements ou à poil, elle ne s’en serait même pas rendu compte! C’est tout juste si elle n’a pas sauté par la fenêtre au lieu d’ouvrir la porte.

 

Une fois qu’on s’est retrouvés à l’extérieur, ça s’est calmé. Heureusement, c’était un petit (quoique 6,1 tout de même…).

Durant la même journée, nous avons eu droit aux deux petits frères. C’est très bizarre de sentir le sol trembler un petit peu sous tes pieds. Tu sais jamais si ça va être la cata ou non…Expérience spéciale!

Monte Alban

A moins d’une heure de bus du centre de Oaxaca se trouve un important site archéologique. Pour l’histoire, place à Wikipédia!
Nous avons eu la chance de pouvoir visiter ce site quasiment désert. Le secret? Se lever tôt et partir tôt! Ainsi, nous sommes arrivés sur place avant 10h du matin. Même pas si tôt que ça, remarque! La taille du site est assez impressionnante et l’état de conservation des édifices (restaurés bien entendu) est remarquable.

Il est un peu difficile pour nous (enfin surtout pour Alex) de s’imaginer le site à l’époque, mais la visite n’en reste pas moins intéressante.

De plus, nous avons eu la chance et l’immense honneur d’assister à une reconstitution! Ils étaient 5 ou 6, là, au pied du temple au Nord du site, à tailler le gazon comme à l’époque.
Premier constat: ils portaient également des jeans et des chemises. Étonnant!
Deuxième constat: ils étaient super avancés technologiquement! Ils avaient même des débroussailleuses! Incroyable!

C’est fou ce qu’on s’est sentis chanceux sur le moment….

Hierve el Agua: n-ième fail

Hierve el Agua, c’est ça:

Maiiiiiiiiiiiiis ces images proviennent de Google…

Nous avons tenté de nous y rendre, mais nous avons choisi le seul jour où il a plu toute la journée. D’habitude, la pluie du matin s’arrêtait en début d’après-midi, mais pas cette fois…

Nous étions sensés prendre un taxi pendant 45 min, puis un collectivo pendant 45 min. Mais arrivés au collectivo, nous avons dû attendre que d’autres gens arrivent pour le remplir…Au bout d’une heure sous la pluie, nous avons décidé de rebrousser chemin. Voir cet endroit et se baigner sous la pluie ne nous bottait pas vraiment…Dommage!

Suite à cet échec, nous avons encore quelque peu profité de la belle Oaxaca avant de mettre le cap sur le Pacifique, direction Puerto Escondido!

El camino de la muerte

Cette route nous a rappelé notre premier séjour au Pérou et notre traversée de la Cordillière des Andes pour aller à Puno. A l’époque, nous avons subi un trajet de 22h de bus (principalement de nuit) à nous faire balancer de droite à gauche au fil des virages plus violents les uns que les autres.

Ce trajet fut plus court, mais pas moins violent. Environ 8h de trajet à nous faire balancer dans tous les sens sur cette route sinueuse. De plus, au bout de la deuxième heure, Alex a eu la bonne idée d’engloutir son sandwich (assez massif). Et ça, c’était juste avant de commencer la partie vraiment mortelle du trajet. ERREUR! Il a donc du retenir ses relents de vomi durant le reste du trajet et a du se forcer à essayer de dormir pour faire passer tout ça. Dans sa tête, il se voyait comme ça durant tout le trajet:

Par chance, pas une goutte n’a été versée! Quant à elle, Charline n’a pratiquement pas été malade durant tout le trajet. Seule la dernière heure a été quelque peu difficile. C’est une première! Elle a eu la bonne idée de ne PAS manger son sandwich. Voyager le ventre vide, c’est la clé!

Puerto Escondido: un charme hors du commun…ou pas!

La raison principale de notre venue à Puerto Escondido était notre pote Rémy. Il y a élu domicile de coeur. Malheureusement, un malentendu a fait que nous ne l’avons finalement vu que 2 jours au lieu de 4 à 5. Mais nous avons tout de même « profité » de ce lieu autant que nous avons pu.

En résumé, Puerto Escondido est un lieu couru des surfeurs aguerris. Les vagues y sont souvent trop grosses pour les débutants. La ville en soi n’a absolument rien de charmant.

Nous avons séjourné à l’extérieur, entre la Bonobo guesthouse et la Casa Losodeli. Si vous voulez fumer du pétard et bouffer du space-brownie, allez à la Bonobo guesthouse. Même si l’hôtel est confortable et très propre, les volontaires y travaillant ont l’air bien perchés (certains en tout cas). Ils sont une dizaine, mais on ne sait pas ce qu’ils font toute la journée à part s’exploser le cerveau. L’un d’eux s’occupant de la réception nous donnait l’impression d’être sur orbite 24h/24. Sur conseil de Rémy, nous avons donc migré vers la Casa Losodeli. CA, c’est un hôtel hyper classe et bien entretenu!

A Puerto Escondido, la seule chose à voir, ce sont les plages. Et encore…

Playa Carrizalillo

Le point de vue est quand même pas mal!

Cette plage est la plus accessible pour les surfeurs débutants. Alex et Rémy sont allés voir un jour à quoi ressemblait la houle, mais c’était plat comme un lac. Mis à part cela, les terrasses de bar et petits restaurants occupent toute la plage et ne laissent même pas la place pour poser sa serviette. Autant dire que le jour où Alex y est retourné avec Charline, ils n’y sont pas restés plus de deux minutes!

Playa Zicatela

Suite à l’échec de Carrizalillo, Alex et Rémy sont allés voir, accompagnés de deux Allemands, la houle du côté de Zicatela. C’est la plage principale de Puerto Escondido. C’est le théâtre d’une des étapes du Big Waves International tour. Autant dire que ce ne sont généralement pas des vagues pour surfeurs inexpérimentés! Il est arrivés qu’elles atteingnent 15m de haut! Mais en général, elles ne mesurent « que » 4 à 6 m de haut…

Ce jour-là, elles étaient minuscules pour le lieu; « seulement » 2m de haut. Par contre, Elles cassaient à 20m du bord et ne laissaient même pas le temps de se lever…On est venus, on a vu, et la tasse on a bu!

La plage en elle-même est grande et offre toute la place nécessaire pour lézarder au soleil. Par contre, les courants sont trop puissants pour s’y baigner facilement. Ça peut être même dangereux…

Playa Coral

La meilleure de toute, sans hésitation! Pour y arriver, c’est un peu Koh Lanta. Mais y bronzer est agréable, c’est calme, et on peut s’y baigner facilement.

Pour être francs, comparé à d’autres plages que nous avons vues, c’est un peu pourri! Mais bon, nos standards sont peut-être un peu trop élevés…

C’est marrant comme sur la photo, ça a souvent l’air mieux qu’en vrai…

Puerto Angelito

Sans conteste la pire des plages de la zone! Sur-construit, entouré de cabanes de bois, de restaurants, de bars et autres, des transats partout et une partie de la plage entièrement recouverte de bateaux. De plus, la plage est ultra-laide. Une horreur!

Nous n’avons été chanceux non plus à Puerto Escondido. Il a plu durant presque toute la durée de notre séjour (d’environ 10 jours quand même…). Vraiment pas de bol…Cela joue aussi certainement beaucoup sur notre impression plutôt médiocre de cet endroit…

La photo de Teddy

Teddy se prend pour un Zapothèque…

Oaxaca nous a conquis, Cette ville coloniale, ses beaux bâtiments et ses sublimes restaurants nous ont séduit. De plus, il s’y passe toujours quelque chose! Nous avons eu beaucoup de mal à quitter cette ville après 8 jours superbes. Par contre, Puerto Escondido ne nous a pas convaincus. Ce lieu est fait pour les surfeurs mais ses plages ne sont pas incroyables. Si vous ne surfez pas, nous vous conseillons de passer votre chemin.

 

Au prochain article, nous séjournerons dans la région de San Cristobal, aux portes du Guatemala…

 

info28 INFOS UTILES

Transport:
  • Bus Puebla – Oaxaca: 495 pesos/personne pour 6h de trajet.
  • Bus Oaxaca – Puerto Escondido: 200 pesos/personne pour 7 à 8h de trajet.
Nourriture:
  • Oaxaca:
    • La Casa Taviche: ce petit restaurant ne paie pas de mine et sa déco fait penser à une dînette, mais ses menus de midi incluant entrée, soupe, plat et dessert vous raviront les papilles. C’est léger, c’est bon et c’est sain. Et ça ne coûte que 75 pesos! Par contre, ça n’ouvre qu’à 13h30.
    • Tastavins: coup de coeur n°1! QG du soir pour nous! Pâtes, pizzas veggie, bruschettas, boulettes de viande et de légume, salades, tapas, tout y est succulent! Et encore une fois, c’est léger et sain pour la plupart des plats. Ils sont d’ailleurs un incroyable choix de vins. Avec 100 pesos, on s’en sort largement!
    • La Olla: QG n°2, simplement parce que c’est un peu plus cher. A partir de 13h30 (pourquoi 13h30 d’ailleurs???), le menu du midi comprend entrée, soupe, plat et dessert pour 120 pesos. Et c’est encore une fois succulent! Presque de la haute gastronomie en fonction des jours.
    • Cafe Los Cuiles: Notre lieu de repli. restaurant végétatrien bon marché servant de délicieux burgers de soja ainsi que de bonnes bruschettas et salades. A essayer!

Excursions:

  • Monte Alban: bus depuis Oaxaca pour 55 pesos/personne. Le trajet dure entre 30 et 45 min. L’entrée coûte 70 pesos/personne et un guide coûte 300 pesos (certainement négociable). Les bus circulent une fois par heure toute la journée à partir de 8h30.
  • Hierve del Agua: taxi jusqu’à Mitla pour 25 pesos/personne, collectivo depuis Mitla pour 60 pesos/personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu