Charlex's World

— Panama – Bilan et budget —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Hé bien voilà, le Panama c’est fini, il ne reste plus qu’à faire le bilan. Nous vous laissons étudier cela en profondeur. De notre côté, nous préparons déjà le premier article du prochain pays : la Colombie.

Notre itinéraire

Panama_carte

Budget

Notre séjour au Panama contient un élément qui fait toute la différence. Étant donné que tout le monde ne prévoit pas de la faire, nous avons fait 2 versions de notre budget : avec et sans les San Blas.

Avec les San Blas

Budget avec San Blas

Concernant les San Blas, il est difficile de faire la part des choses vu que tout est compris dans un seul pack. Nous avons donc tout classé dans « Excursions », mais cela fausse quelque peu la répartition.

Sans les San Blas

Budget sans San Blas

Dans ce cas, le budget est un peu plus modeste. Nous pouvons voir sans surprise que la nourriture et les transports occupent les places les plus importantes. Cependant, nos dépenses logement ont été fortement réduites grâce aux couchsurfing. À ceux qui ne prévoient pas d’en faire, prévoyez plutôt 30 euros par personne et par jour pour ce pays.

Sans compter les San Blas,  nous avions prévu un budget de 20 euros/personne/jour, ce qui n’est absolument pas réalisable (sauf pour quelqu’un se déplaçant en stop et fouillant les poubelles pour manger).

Du côté de la nourriture

Une chose est un peu frustrante au Panamá pour un voyageur à petit budget : la nourriture est chère. C’est d’ailleurs quelque chose qui nous a beaucoup étonné. Même en essayant de cuisiner nous-mêmes, nous avons eu de la peine à tenir le budget prévu. Le seul endroit où la nourriture était à prix plus abordable était Boquete. Mais peut-être ne sommes-nous pas allés dans les bons centres commerciaux?

Quid des spécialités?

Le Ceviche : le fameux Ceviche…ce n’est pas typiquement panaméen, mais plutôt sud-américain, mais à Panama-City c’est une véritable institution. Les panaméens adorent manger ce plat si frais, et en plus, c’est diététique. Il s’agit de poisson cru avec parfois des crustacés baignant dans du citron vert, assaisonné avec du piment et agrémenté d’oignons. Nous avons tellement adoré ça que ce fut notre plat quotidien à Panama-City. Ils sont généralement servis avec des biscuits salés type crackers, et avec une bière c’est encore meilleur.

Le Sancocho : nous n’avons malheureusement pas goûté ce plat national constitué d’un ragoût de poulet aux épices et aux légumes, mais nous n’en avons entendu que du bien.

La Ropa vieja (littéralement « les vieux habits ») : il s’agit d’un plat dans lequel le boeuf est mélangé aux légumes. Cela est généralement accompagné de riz, de salade et de délicieux patacones (beignets de banane frits). Nous ne savons pas s’il en existe plusieurs versions , mais dans celle que nous avons mangée, le boeuf était sous forme filandreuse. Cela n’en fait pas moins un plat délicieux.

Empanadas : idéal en cas de petite faim, ces petites galettes de maïs fourrées à la viande raviront vos papilles. De nombreux stands en vendent dans la rue. Laissez-vous tenter, ils seront certainement meilleurs que ceux vendus dans les supermarchés (expérience faite). C’est parfait pour les petites faims et les petits budgets (souvent moins d’1 dollar).

Le Dulce de Leche: pas vraiment typique du Panama, mais plutôt de l’Amérique du Sud, ça n’en reste pas moins un coup de cœur pour Charline qui mangeait ça à la cuillère directement dans le pot. C’est en quelque sorte comme notre caramel, mais ça a la texture de notre pâte à tartiner, et c’est encore bien meilleur.

Chips de Patacones: Il s’agit de chips de bananes frites. C’est donc la version apéro des bananes plantains. Un vrai délice !

Balboa: la bière locale ! Elle n’a rien de bien spécial, si ce n’est qu’elle est plus que rafraîchissante en cas de soleil de plomb. A consommer avec modération tout de même…(oui, nous avons été payés par la ligue contre l’alcoolisme).

Du côté de la population

Cela peut se résumer en un seul mot : adorable. Nous ne savions pas trop à quoi nous attendre, et nous avons été surpris en bien. Les panaméens donnent clairement envie de revenir les voir. Ils sont souriants, très serviables et prêts à vous aider si cela est nécessaire. De plus, ils ont le coeur sur la main. C’est d’ailleurs intéressant de voir l’étonnement de certains locaux quand on leur raconte cela sur leurs congénères. À croire qu’ils ne se comportent pas toujours de la même façon avec leurs semblables?
Une dernière chose : ils sont très fiers de leur pays et ça se voit. Vous verrez des drapeaux du Panama partout et vous sentirez que les panaméens se sentent bien chez eux; ça ne les rend d’ailleurs que d’autant plus agréables.

Ah et nous avons failli oublier ! Les panaméens font très, très, très attention à leur apparence. Jamais vous ne croiserez un homme décoiffé ou une femme sans maquillage. Les hommes s’épilent même les sourcils pour un certain nombre. Autant dire qu’on se sentait pouilleux à côté d’eux…

Du côté des paysages

Que dire que vous n’avez pas encore vu dans nos articles… Absolument fabuleux. Le Panama n’a rien à envier à personne. Il a de magnifiques cités, des plages à couper le souffle et une région montagneuse à faire pâlir n’importe quel bouquetin. Notre seule frustration est de ne pas y être restés plus longtemps, car on ne va pas se le cacher : nous ne l’avons que survolé. Et il est certain que nous n’avons pas vu un dixième de ce que ce pays a à offrir. Alors ne faites pas la même erreur que nous!

Le top 3

Il a été difficile de choisir parmi tout ce que nous avons vu en deux semaines.

  • Notre  rencontre avec notre couchsurfer Nide. À tous les couchsurfers: si vous passez par Panama-City, allez voir cet homme! Même s’il ne peut pas vous héberger, il pourra beaucoup vous en apprendre. Voici une petite vidéo pour le présenter:

  • Les paysages irréalistes des San Blas. Cet archipel nous a offert les plages les plus belles qu’il nous a été donné de contempler dans toute notre vie. Rien de plus à ajouter à ce sujet, à part qu’on y retournera un jour, mais pas en party boat!
  • La plage de Bocas del Drago et La Playa Estrella. Même si rien ne peut battre les San Blas, ces plages n’en restent pas moins splendides. Si vous passez sur l’Isla Colon, c’est un passage obligé!

Le flop 3

Il fut difficile de trouver des choses à mettre dans le flop 3. Nous n’en avons d’ailleurs pas trouvé 3, mais 2, et l’une d’elles n’est pas un élément en rapport avec le pays lui-même.

  • Les anglais rencontrés dans les San Blas. Vous l’aurez compris, ceux-là, on ne les aime pas. Mais c’est indépendant du Panama lui-même ; vous aurez certainement plus de chance que nous de ce côté-là.
  • Le prix de la nourriture,surtout à Bocas del Toro. Les locaux eux-mêmes le disent. C’est une vraie farce perpétrée par la famille de chinois tenant les commerces de cette île. Mais que voulez-vous y faire en tant que touristes? En y ouvrant un commerce pour leur faire concurrence, vous risqueriez bien de finir parmis les morceaux de viande pourrie qu’ils vendent à prix exhorbitant. À voir s’il n’y reviendrait pas meilleur marché de manger au restaurant…

La séquence qui sert à rien

Ne posez pas de question….

Le Panamá en chiffres

  • 3 nuits en hamac
  • 4 nuits en couchsurfing
  • 2 nuits sous tente
  • Heures du bus : on les compte même plus
  • Prix d’un empanadas : moins de 1 dollar
  • Distance parcourue à pied à Panama-City : pas loin de 1000 km (au moins)
  • Litres de transpiration perdus : minimum 15 litres
  • Nombre de piqûres de moustiques pour Charline : incalculable
  • Et pour Alex : 3 (Hé ouais meuf ! C’est ça la classe)
  • Nombre de grains de sable dans la raie des fesses : on sait plus trop, mais ça on s’en fiche
  • Nombre d’arrêt du bus Almirante – David : 52 en 178 km
  • Nombre d’heures d’écoute de bachata-reggaeton : tout ce qu’on sait, c’est qu’on a les oreilles qui saignent

Bilan général

Bref, nous avons adoré ce pays, mais nous pensons que vous l’aurez compris. C’est un véritable coup de coeur. On ne va pas trop se répéter, mais allez-y !!! Pour un premier pays, on commence fort. Espérons que le reste de notre tour du monde tienne la distance.

Et finalement, rien que pour vos yeux, le montage vidéo (tant attendu) du Panama:

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

2 reflexions sur “— Panama – Bilan et budget —

  1. Nide

    Oh mon Dieu…. mais vous avez oublié le « tamal de olla »…. c’est bien un péché capital…c’est la fin du monde !….hahahaha… quelle joie que de lire vos histoires et vous suivre au moins en pensée. !

  2. Poum

    Dommage que Panama ne soit pas le royaume du canapé sinon je vous aurai dit de :
    Vous faire
    Plaisir
    Au royaume du canapéééééé

    Continuez de profiter et surtout restez Muzik 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu