Charlex's World

— Panama City, une mégalopole au coeur de la jungle —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

4

Cet article étant conséquent, voici une liste des thèmes abordés. Cela rendra la chose plus facile à ceux qui recherchent quelque chose en particulier.

 

De l’aéroport à notre couchsurfer

 

Une fois arrivés à l’aéroport,  le tampon sur le passeport apposé et les douanes passées, il nous fallait absolument se rendre chez notre couchsurfeur que nous avions contacté avant de partir.

Un couch quoi? Pour ceux qui ne connaissent pas,  le couchsurfing est un moyen incroyable de rencontrer des locaux et de dormir chez eux gratuitement.  Bien sûr,  le fait de pouvoir économiser une nuit d’hôtel est très intéressant mais le fait de dormir chez l’habitant et de pouvoir échanger est la raison principale. Ayant déjà accueilli des étrangers chez nous en Suisse, nous connaissions bien le principe mais cette fois-ci, on allait tester ça version couchsurfer et non hôte 😉

Plus d’infos ici.

Alors quel est le meilleur moyen pour se rendre en ville depuis l’aéroport ?

 

Il y a plusieurs façons de rejoindre le centre depuis l’aéroport.

La façon la plus simple est bien sûr le taxi.  Pour une trentaine de dollars,  le chauffeur vous conduira au centre de la ville.

L’autre façon,  la plus économique (1,25$),  est de prendre un bus local. Il faut en revanche une metrocard  pour le prendre et bien sûr à l’aéroport aucun point de vente n’existe (sinon c’est trop facile !!)
Je vous laisse imaginer le moyen qu’on a choisi. Et oui le bus bien sûr ! Le fait de ne pas avoir de carte ne nous a pas découragé 😉

Une fois à l’arrêt de bus, nous expliquons à un homme que nous aimerions prendre le bus mais ne possédons pas de metrocard.  « ok no problem… »  Et effectivement pas de problèmes ! Un homme tamponne pour nous avec sa carte et refuse même qu’on le rembourse en liquides…
Un jeune panameen intrigué par nos gros sacs nous fait la conversation. La circulation étant très très difficile aux heures de pointe ( on est pile dedans),  il nous dit de sortir à cet arrêt avec lui pour prendre le métro et éviter les bouchons ! Allez let’s go ! On le suit et c’est certainement la plus belle idée que nous ayons eu de la journée car ça nous permet de ne pas faire de détour pour arriver chez notre couchsurfeur . Et devinez quoi ?? Ce cher jeune panameen nous paye le métro et refuse qu’on le rembourse !!
Ok, alors la on sent tout de suite que ce pays va nous plaire !

info28 Infos utiles: pour accéder à l’arrêt de bus,  il suffit de sortir de l’aéroport et d’aller à droite. Longez la petite rue sur la droite du  »restaurant selles  ».  Il suffit ensuite de traverser le parking jusqu’à la route et l’arrêt de bus pour albrook se trouve de l’autre côté.

Si vous arrivez aux heures de pointe à l’aéroport et souhaitez prendre le bus, demandez l’arrêt san miguelito. C’est la station de métro la plus proche et ça vous permettra de continuer votre trajet en métro jusqu’à Albrook par ex ( terminal terrestre de Panama City) en diminuant considérablement votre temps de trajet.

Descente du métro, notre attirail sur le dos et mise en route de notre gps pour trouver par nous même l’appartement de notre hôte 🙂

Et en vrais chefs que nous sommes,  nous arrivons rapidement à bon port !

L’accueil chez notre couchsurfeur fut splendide. Un homme à coeur d’or dévoué et prêt à tout pour rendre votre séjour plus agréable. Nous avons clairement été accueillis comme des rois. De plus, son appartement se situe réellement au centre de tout. Un bon point de départ pour commencer nos visites.

Nide, notre couchsurfer ou plutôt notre ange gardien 😉

Le Cerró Ancon

 

Après une nuit de sommeil assez courte ( Jet lag oblige), Nide nous dépose en voiture près de ce point d’intérêt. Les guides de voyage conseillent d’y aller en taxi car le quartier est réputé comme un quartier chaud. Personnellement nous y sommes aller à pieds et avons adoré marcher dans ces rues qui débordent de vie. Nous ne nous sommes sentis en insécurité à aucun moment . La seule chose pouvant paraître quelque peu dérangeante : les odeurs. Quelques effluves d’ordures et autres odeurs nauséabondes pourraient vous faire rendre votre petit déjeuner. Et question immersion locale, c’est le pied. Aucun touriste à l’horizon dans cette zone.

Le Cerró Ancon, cest quoi ? Il s’agit d’une colline surplombant la ville qui offre une vue dégagée à quasiment 360°. De quoi ravir vos mirettes. De plus, une jungle luxuriante peuple cette colline. Un spectacle vraiment inattendu au coeur d’une ville si étendue. Vous pourrez d’ailleurs y croiser un certain nombre d’animaux comme des toucans, des paresseux ou encore des agoutis, animaux caractéristiques de cette région du monde ressemblant à une sorte de gros rat sans queue.

Un autre animal que vous croiserez très souvent est le jogger inconscient. En effet, le nombre de joggers courant par 35° à l’ombre est ahurissant. Et ce n’est pas de la course à plat, loin de là!

On peut s’y rendre en taxi, mais nous avons préféré y monter à pied. Ca monte, mais ce n’est pas trop long, environ 30 minutes.

cerro ancon
Par ailleurs, au sommet du Cerró Ancon se trouve un gigantesque drapeau aux couleurs du Panamá. Il est dit qu’il fait la taille d’un terrain de basket ; il est grand certes, mais là on a quand même un peu de peine à le croire. Ou alors les terrains de basket panaméens sont bien plus petits que la taille standard…

Bref, cet endroit est un bijou au coeur d’une savane urbaine très dense. De plus son intérêt est renforcé par le fait qu’on y croise très peu de touristes et la montée jusque là haut ne prend que 30 minutes. On vous le conseille et en plus c’est gratuit !

2

Vous remarquerez les belles fesses rebondies de Mr le panneau !!!

Le Mercado del mariscos

 

21

 

Après cette petite marche matinale, nos estomacs criant famiiiiiine il était temps de trouver quelque chose à se mettre sous la dent . Bien sur étant près de la mer, nous étions dans l’obligation de manger une spécialité maritime …
Amateurs de fruits de mer, bienvenue!
Ce marché de poisson énorme se trouve au bord de l’eau, à proximité de la vieille ville. Tout le monde peut y entrer pour le visiter. Si vous êtes amateurs du travail de pêcheur et que vous supportez les odeurs (plus que Charline qui était prête à arroser les belles chaussures d’Alex tous les 50 m), ce lieu est fait pour vous.

pixiz-08-04-2016-02-34-30
En marge du marché se trouvent de nombreuses terrasses de restaurants où vous pourrez déguster de délicieux Ceviches, plat très rafraîchissant à base de poisson frais, de fruits de mer (selon les goûts), de citron et d’oignon. Un régal, surtout par cette chaleur étouffante! Oui parce qu’on ne l’a pas précisé, mais depuis qu’on est arrivés, il fait au minimum 35° à l’ombre, sans parler de l’humidité. On peut clairement dire qu’on a les bonbons qui collent…

Le Casco Viejo

 

13

Le ventre bien rempli, on décide se diriger dans un tout autre quartier de la ville. Il s’agit du centre historique. À deux pas du Mercado del marisco, ce vieux quartier de style colonial offre un très beau spectacle de couleurs. Les bâtisses entièrement restaurées côtoient les ruines et offrent un contraste architectural très prononcé. Bon, soyons francs, les vieux bâtiments, c’est généralement pas notre tasse de thé. Cela dit, nous considérons tout de même cet endroit comme incontournable si l’on veut visiter Panamá City.
Cependant, une chose qui nous a étonnés est la présence militaire très prononcée. Déjà que le nombre de policiers se trouvant dans les rues de Panamá City est très élevé, là c’est presque oppressant…

pixiz-08-04-2016-02-30-43
Petite parenthèse sur le nombre de policiers à Panamá City : on en a jamais vus autant! Il y en a partout, même jusque dans les rames de métro. Dans cette ville c’est sûr que le moindre grattage de fesse est signalé et fiché au central.
Pour conclure avec le Casco Viejo, nous dirons cela: très belle architecture, mais ambiance trop calme (il ne s’y passe littéralement rien), ceci sans doute dû à la présence militaire importante.

La Cinta Costera 

 

24

Et comme si nos jambes en demandaient encore, on continue notre balade dans la ville vers un autre incontournable…
Cette promenade, que nous démarrons au Mercado del Marisco, longe la côte et offre une vue imprenable sur les gratte-ciels. C’est un chemin très agréable à parcourir à pied ou à vélo. Pour notre part, on avait pas arrêté de marcher depuis le début de la journée. La chaleur n’aidant pas, on en a probablement pas profité à fond. Pour être clair, on commençait littéralement à en avoir plein l’os de crapahuter, surtout qu’on commençait à choper le loup… Oui le loup. Vous savez cette délicieuse sensation de brûlure à l’entre-jambe due au frottement des deux cuisses transpirantes après de longues marches. Hé bien nous, on avait carrément un loup-garou.

pixiz-08-04-2016-02-53-48

A la suite de cette « petite » balade, nous rejoignons l’antre de notre couchsurfeur qui rentre après une dure journée de boulot. Mais croyez-vous qu’il n’ait plus d’énergie ? Que nenni. Il nous propose alors de prendre la voiture pour aller faire un tour de la ville de nuit. Décidément, cet homme est plein de bonnes surprises. Il nous emmène voir la presqu’île d’Amador Causeway.

info28 Infos utiles: jusqu’ici, tous les trajets que nous avons faits ont été parcourus en transports publics ou à pied. Notre avis sur les transports publics de cette ville : tout bonnement très efficace et bon marché.La ville est desservie par un réseau de bus et de métro. Ces véhicules sont très propres et climatisés juste ce qu’il faut, contrairement à ceux d’autres pays qu’on a pu voir.

Un trajet en métro (quel qu’il soit) coûte 0,35 dollars et un trajet en bus 0,25 dollars. Mis pour les utiliser, il vous faudra acheter une carte de transports publics à la gare routière d’Albrook. Cette carte se recharge très facilement dans toutes les stations de métro. Une carte suffit pour plusieurs personnes.

Amador Causeway

 

Cette presqu’île, totalement artificielle, a été érigée par l’homme. Elle est constituée de 4 ilots  (Naos, Culebra, Perico et Flamenco) Son rôle principal est de protéger la baie de l’érosion causée par les sédiments. Mais on y trouve des centres commerciaux, des restaurants et….des ratons-laveurs ! Ces petits animaux profitent des rochers en bordure de mer pour se prélasser au soleil. On peut les observer principalement en fin de journée jusqu’à la tombée de la nuit. Habitués à l’homme, ils ne semblent même pas remarquer la présence des touristes curieux.
On ne tarde pas à en voir un qui ne tarde pas à taper littéralement la pose et semble apprécier le crépitement des flashs…Une vraie star à lunettes ce petit raton.

28a

 

p

Le panneau dans le genre…insolite!

La tour Donald Trump

 

Suite à cela, Nide nous emmène au sommet de la tour Donald Trump, un des plus hauts gratte-ciels de la ville. Ha ce cher Donald ! Toujours des idées démesurées. Au sommet de cette tour de 66 étages se trouve un bar lounge en terrasse, duquel on a une vue surplombant toute la cité. Autant vous dire que ce spectacle est magnifique, surtout de nuit ! Par contre, on ne s’y est pas arrêtés pour boire une bière. Rien qu’en voyant la faune régnant là-haut, on en déduit sans trop de problèmes que ça pue le fric. Imaginez-nous donc, les 2 touristes de base et leur guide, débarquer là-haut en short et en tongs. Malheureusement, on avait ni costard ni robe de soirée dans nos backpacks. Que du bonheur ! On n’a même pas chercher à connaître le coût de la bière.

28

La vue depuis la Trump tower…ça en jette non?

Cette terrasse est normalement accessible à tous, et gratuitement. On vous demandera simplement de laisser vos sacs à la réception. Notez qu’on accède à cette partie de l’hôtel via le casino. Et qu’est ce que c’est jouissif de rentrer dans un casino habillés comme des pouilleux sans que personne ne vous fasse la moindre reflexion ….

Après une bonne nuit de sommeil, on décide de remettre le couvert, d’affronter cette chaleur qui dépasse facilement les 40 degrès au soleil et de se rendre dans le poumon vert de la ville. Retrouver du calme et de la fraicheur, voilà l’objectif de cette journée…

Le Parque metropolitano

 

Pour s’y rendre il est possible de prendre un taxi bien sur mais nous, fiers comme nous sommes et voulant se débrouiller par nos propres moyens, on décide de s’y rendre avec nos belles Bm double pieds ( rires et chansons, la radio du rire bonjour..) afin d’accentuer un peu plus nos ampoules aux pieds et en faire de véritables oeuvres d’art dignes d’un gaudi…

 

C’est littéralement le poumon vert de la ville. Une jungle luxuriante à moins de 30 minutes de l’agitation urbaine…

pixiz-08-04-2016-14-28-19

Après s’être acquittés du droit d’entrée ( 4 dollars/ personne) , l’employée du parc nous montre les 5 randonnées possibles sur une carte (entre 30 minutes et une heure chacune )et nous décidons de faire une boucle (pas la plus grande cette fois-ci) qui dure environ une heure. Nos corps étant complètement épuisés et la chaleur accablante qui règne nous pousse à faire cette courte randonnée. Que voulez-vous? Les warriors aussi ont besoin de repos.

Le sentier est vraiment de toute beauté et de niveau très facile. Nous sommes tout seuls durant tout le long de cette marche et apprécions chaque moment passés dans cette nature luxuriante.

pixiz-08-04-2016-14-07-29

Le seul bémol à faire cette marche comme nous en plein après-midi , c’est l’absence quasi-totale d’animaux . Préferez donc une visite de bon matin. Nous avons quand même croiser les fameux agoutis, des tortues et de nombreuses espèces d’oiseaux (très colorés pour certains).

 

Et voilà pour Panamà City. Nous n’avons pas eu le temps de visiter le canal de Panamà (oui on sait, honte à nous), mais on espère le faire dans quelques jours lors de notre rapide passage n°2.

info28Infos utiles :
L’eau est potable à Panama City, il n’est donc pas nécessaire d’acheter des bouteilles, l’économie peut-être intéressante quand on sait qu’une bouteille coûte en moyenne 1,5 dollars et qu’on boit presque 2,5 L d’eau par jour. Le gout n’est pas extraordinaire en revanche, vous aurez l’impression de boire l’eau chlorée  de la pataugeoire mais on fini par s’habituer .

 

La Photo de Teddy

 

19

 

Et maintenant c’est parti pour 12 heures de bus de nuit direction Bocas del Toro. On vous raconte tout dans notre prochain article 😉

Vous qui aimez les villes du monde, avons-nous su vous mettre l’eau à la bouche ?

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

3 reflexions sur “— Panama City, une mégalopole au coeur de la jungle —

  1. Mick (Martigny)

    Je suis très impressionné par la qualité d’écriture de vos articles. Sur le fond comme sur la forme, on sent que vous avez déjà fait de nombreux tests préparatoires avant de partir pour maîtriser votre sujet.

    Malgré votre planning chargé, vous trouvez la force de nous faire partager tout cela.
    Nul doute que vous allez encore vous améliorez dans vos publications à venir que j’attends de pied ferme.
    Merci à vous.

  2. Elena

    Je n’avais pas de news…je suis venue directe ici…et…j’ai commencé à lire…je n’ai pas pu arrêter..lol….un roman!!!!…tu devrais écrire un bouquin…trop contente de suivre vos péripéties…amusez vous et amusez nous…moi qui croyait que le loup était en voie de disparition ….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu