Charlex's World

— Paracas – un bref retour sur la côte —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

 

« Celui ou celle qui a dit que la nourriture péruvienne est variée a dû payer plus cher que nous pour se restaurer… »

12

Notre arrivée à Paracas

Rappelons-le , notre étape précédente était Huaraz. Pour nous rendre à Paracas , nous avons sondé les compagnies de bus pour trouver la moins chère. Et comme on dit , on apprend de ses erreurs. Il vaut parfois mieux payer un peu plus cher…

Nous nous rendons donc au terminal de la compagnie Zbus en compagnie de nos deux amis belges pour prendre un bus de nuit à destination de Lima. Pour commencer , le bus sensé partir à 21h15 n’arrive pas. A 21h30 , on nous apprend qu’il ne viendra pas…bon…la compagnie décide de distribuer les passagers dans les deux bus suivants , soit à 21h30 et 22h30. Nous nous trouvons tous les 4 dans le premier. Jusque-là , tout semble correct. Cela dit , nous nous rendons vite compte que nos deux potes ont été placés en première classe alors que nous restons en deuxième. Nous ne sommes pas étonnés de voir que cela ne nous tombe pas dessus vu la chance habituelle que nous avons. En cherchant nos places , nous nous rendons compte que des affaires se trouvent sur nos sièges. Vu le bordel régnant dans ce bus , nous ne réfléchissions pas à deux fois. Hop ! Nous déplaçons les affaires dans le porte-bagage. Deux minutes après , une dame fort peu aimable vient nous engueuler pour cela en nous disant que c’est sa place. « Que dalle ! » lui répondons-nous. « Nos billets ont ces numéros! ». Il s’avère que les bras-cassés de la compagnie ont distribué plusieurs fois les mêmes places. Décidément , ils ne sont pas doués…Soit , après que tout le monde ait difficilement trouvé une place , nous partons. Nous devons avouer ne pas avoir passé une superbe nuit. En plus des 50 degrés régnant dans la cabine , une odeur de transpiration ragoutante a accompagné notre long voyage…A croire que les sièges ou les passagers (ou les deux) n’avaient pas été lavés depuis des mois ! La prochaine fois , nous ne rechignerons pas à payer quelques soles de plus.

Arrivés à Lima aux environs de 5h , nous prenons ensuite un bus en direction de Pisco. Suite à cela , un taxi nous emmène jusqu’à Paracas.

info28 Infos utiles :

Huaraz – Lima avec Zbus : 30 soles et 8 heures de trajet (les autres compagnies chiffrent le trajet entre 50 et 60 soles).

Lima – Pisco avec Flores : 15 soles et 4 heures de trajet.

Pisco – Paracas en taxi : 20 soles et 15 min de trajet. Si vous ne voulez pas prendre de taxi , une suite de deux collectivos vous y emmènerons pour 3,50 soles.

 

Le village de Paracas

Nous nous y étions déjà rendu 3 ans auparavant et nous reprenons très vite nos repères. Il faut dire que ce village , le centre du moins , n’a pas beaucoup changé à première vue. Notre taximan nous emmène à l’hôtel Yakumama , établissement que nous recommandons. Nous avons payé 40 soles pour une chambre double. On y trouve de l’eau chaude , une connexion plus ou moins correcte et surtout une superbe terrasse avec vue sur l’océan. Cette terrasse devient vite notre QG. Nous y faisons la connaissance d’un couple de français , Tiff et Franck , avec qui nous passerons également un peu de temps durant ces quelques jours.

1 Une fois installés , nous partons arpenter les rues du village portuaire à la recherche d’un restaurant. Et là , nous nous rendons compte que les choses ont tout de même changé. Les prix ont triplé en 3 ans ! Nous peinons à trouver un repas à prix abordable…mais comme d’habitude , nous finissons par trouver. A la fin du repas , au moment de payer l’addition , Alex entend une voix qu’il connaît lui dire dans son dos « Hey ! Belle barbe ! ». Et là , la bonne surprise ! Il se retourne et voit Josh , un de ses potes de Suisse.

Pour clarifier les choses , cela n’est pas un hasard. Nous avions prévu d’arpenter la Bolivie avec lui. Plus tard , nous avions appris que nous allions à Paracas au même moment. Nous avions prévu de nous rejoindre dans la journée , mais nous ne savions pas exactement quand. Ainsi donc , ce ne fut qu’une demi-surprise , mais qui fit tout de même très plaisir.

2

Nous avons omis un détail d’importance. L’après-midi même , un drame survient : la Belgique est éliminée de l’Euro…autant vous dire que nos deux amis étaient dans un piteux état , inconsolables. Le choc était trop dur à encaisser , il leur a fallu trouver de quoi surmonter cette épreuve. Finalement , la bière locale a rempli cette fonction.

Le résumé de notre séjour à Paracas peut rapidement se résumer : glande au soleil , dégustation de Ceviches et de bières , promenades mais aussi visite de la réserve.

La réserve de Paracas

Quand on entend « réserve » , on pense à un milieu naturel très riche en faune et en flore s’apparentant à la jungle. Mais la réserve de Paracas est différente : c’est un désert de sable et de pierre se trouvant en bord de mer.

info28 Infos utiles:

Pour visiter cette réserve , vous pouvez passer par un tour-opérateur et faire la visite en bus. Vous pouvez désormais également louer un quad , mais vous serez semble-t-il obligatoirement accompagné par un guide.

La dernière solution , et la meilleure selon nous , est de louer un vélo pour la journée. Si vous trouvez le bon filon , cela vous en coûtera 15 soles/jour. Prévoyez environ 6 heures.

 

6

Playa Yumaque.

4

7

Playa Yumaque

Nous sommes donc partis découvrir (ou re-découvrir plutôt) cette réserve sur nos deux-roues. Ces paysages sont toujours à couper le souffle. Entre les dunes et la mer , on se croirait dans un autre monde. Et étonnamment , la température est simplement parfaite.

3

8

Un moment magique de faire du vélo dans ce décor.

Des magnifiques plages , un désert s’étendant à perte de vue et même des fossiles…cet endroit est à ne pas manquer même si l’eau est quelque peu trop froide pour s’y baigner.

Retrouvailles avec notre pote ''Josh''

Retrouvailles avec notre pote Josh

10

13579970_1047765965278081_377343388_o

Nous avons cependant pu constater un changement radical à la fin de notre tour , à la Playa Roja. Cette plage que nous avons vue totalement vierge et préservée il y a 3 ans est désormais sale et prise d’assaut par les cars de touristes. Par ailleurs , des bâtiments sont en construction presque à même la plage. Pour ce qui est de la conservation à cet endroit précis , les responsables pourraient faire un petit effort…

Un peu plus loin , dans la zone des restaurants , c’est le même constat. De nombreux nouveaux bâtiments ont émergé. On se demande bien où cela va s’arrêter.

11

13

info28 Infos utiles:

  • Le prix d’entrée dans la réserve est de 10 soles. Elle est ouverte entre 8h et 17h30.
  • Le tour peut se faire dans les deux sens. Nous avons choisi de faire la boucle en partant à gauche directement après le poste de contrôle afin de s’éviter la grande montée qu’on peut voir au loin. Cela nous a également permis de nous restaurer à la fin de notre tour.
  • Vous pouvez vous restaurer à la fin (ou au début) du tour. En négociant quelque peu , vous pouvez vous en tirer pour 20 soles pour une entrée et un plat (ça aussi ça a bien augmenté en 3 ans ! )

 

15

Bref , nous ne pouvons que vous conseiller de faire ce tour. Nous en avons pris plein les yeux ! Ce paysage est tout simplement lunaire , et l’arpenter seul en vélo donne tout bonnement l’impression d’être libre…toutefois , n’oubliez pas une bonne bouteille d’eau et un peu de crème solaire.

Les Islas Ballestas

Nous n’avons pas visité ces îles , car nous l’avions déjà fait il y a 3 ans et que nous avons appris certaines choses. Nous avons pu voir que les touristes étaient de plus en plus nombreux à les visiter (nous avons pu constater le nombre impressionnant de bateaux s’y rendant chaque jour) et avons appris que les bateaux s’approchaient de plus en plus des animaux marins pour faire plaisir aux touristesce qui perturbe fortement leur existence. Certains en rirons peut-être , mais cette pression pousse même certains des phoques à se suicider. Si si , c’est pas des cracks.

Alors oui , c’est très sympa de voir des phoques dans leur milieu naturel , mais pensez à ce que cela engendre sur leurs conditions de vie. Si nous nous étions renseignés davantage il y a 3 ans , nous ne nous y serions sûrement pas rendus.

 

Paracas est une région qui ne ressemble à aucune autre au Pérou. C’est une merveille de la nature qui mérite d’être préservée autant que possible. Mais les autorités responsables sont-elles capables de faire passer la protection de ce milieu avant le profit lié au tourisme ? Nous imaginons que nous le saurons bientôt…

17

Au prochain article , nous descendrons au Sud du Pérou et vous emmènerons dans une région plus montagneuse qui vaut le détour : Arequipa et ses alentours…

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu