Charlex's World

— Puerto Lopez : la côte équatorienne —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

« Lorsque tu n’as plus d’eau , ne te laisse pas séduire par le lavabo ou tu risques une bonne gastro… »

Douce côte…tu nous avais manqué…ça faisait un moment qu’on s’était pas vus , et qu’est-ce que ça fait du bien de te retrouver.

Nous voilà donc au bord de l’Océan Pacifique ! Des plages de sable à perte de vue, une petite ville de pêcheurs , du soleil et de l’eau bien chaude (oui étonnant , on pensait pas non plus). Nous ne pouvions pas espérer mieux !

63

Notre arrivée à Puerto Lopez

Pour arriver depuis Baños , nous avons dû faire un passage obligé par Guayaquil. Notre intention n’était pas d’y rester , mais le sort en a décidé autrement. Nous avons donc pris un bus direct de Baños à Guayaquil pour commencer. Une fois arrivés, nous nous mettons en quête de notre prochain bus dans ce terminal faisant la taille d’un aéroport. malheureusement , on arrive trop tard…le dernier bus de la journée est déjà parti depuis longtemps et seule une compagnie opère ce trajet. Nous voilà donc forcés de rester la nuit dans cette grande ville de Guayaquil.

Sortis de l’aéroport , nous prenons un taxi en lui demandant de nous emmener dans un hôtel proche et bon marché. Effectivement , c’était proche (à 30 minutes quand même…mais c’est une grande ville) et bon marché. Mais qu’est-ce que c’était glauque ! Une fois les formalités réglées , on nous amène à nos chambres. Hum…mouais on va dire que la première impression , de même que la deuxième et la troisième étaient mitigées…alors certes nous avions de la place , aucun problème de ce côté-là. Nous avions même 4 lits pour nous deux , Alain étant dans une autre chambre. L’eau chaude et la gentillesse du personnel étaient au rendez-vous également. C’était plutôt la déco qui laissait à désirer. Bienvenue à l’asile psychiatrique ! Le papier peint blanc défraîchi , les lits militaires , le grillage au fenêtres , tout y était. Même les verrous imposants à l’extérieur des portes juste au cas-où. On avait l’impression qu’on allait venir nous chercher d’une seconde à l’autre avec une camisole de force…mais la nuit se passa bien finalement.

Le lendemain , départ tôt le matin pour prendre le bus direction Puerto Lopez. Après un peu moins de 4 heures de trajet , nous voilà arrivés à bon port. A notre arrivée au terminal , un guide du nom d’Eduardo nous accoste pour nous proposer un hôtel et des informations. N’ayant rien réservé , nous acceptons. Il nous emmène à la Playa Magica. L’endroit ne paie de mine de l’extérieur , mais c’est le pied ! Des chambres privées , une cuisine équipée , une terrasse avec chaises , tables et hamacs et un patron adorable du nom d’Israël. Sans compter la meilleure connexion wi-fi de tout l’Equateur , l’idéal pour avancer sur nos articles. Et tout cela à 2 rues de la plage. On va être bien !

info28 Infos utiles :

  • Le bus Baños-Guayaquil coûte 10,50 dollars/personne et le trajet dure entre 6 et 7 heures.
  • Le bus Guayaquil-Puerto Lopez coûte 5,50 dollars et le trajet dure environ 4 heures.
  • Le prix/personne pour l’hôtel Playa Magica est de 7 dollars/nuit.

Puerto Lopez

Après s’être installés , Eduardo nous propose de nous emmener manger le meilleur Ceviche du village. Nous n’hésitons pas ! A quelques 500 mètres de là en longeant la plage se trouve une petite cahute servant des Ceviches massifs et délicieux pour la modique somme de 5 dollars. Un régal ! Eduardo nous propose également d’aller visiter L’Isla de la Plata le lendemain pour 40 dollars/personne. La suite de la journée se passe à la plage et sur la terrasse d’un bar les pieds dans le sable.

47

45

44

Le bon ceviche à 5 dollars…

L’Isla de la Plata

Cette île est une réserve naturelle à 1h30 de bateau de Puerto Lopez. Pour ceux qui n’auraient comme nous pas les moyens d’aller aux Galapagos , allez visiter cette île aussi appelé « Les Galapagos du pauvre ».

53

Le mirador sur la isla de la Plata.

Nous sommes donc partis dans la matinée en compagnie d’une dizaine d’autres touristes à bord d’un bateau. Secrètement , nous espérons voir une chose plus que tout le reste : des baleines. Mais on nous avertit que la saison commencera seulement dans quelques semaines et qu’il est possible mais difficile d’en voir. Effectivement , aucune baleine en vue en allant là-bas. En revanche , avant d’arriver sur l’île , la bateau se retrouve entouré de monstrueuses tortues de mer attirées par les bateaux de pêcheurs se trouvant juste à côté.

35

48

Suite à cela , nous arrivons donc sur l’île et marchons pendant environ 2 heures. Nous pouvons observer ces oiseaux très particuliers qu’on ne trouve qu’ici et aux Galapagos , les fous à pâtes bleues (en anglais « the blue boobies – oui oui , nous aussi ça nous a bien fait marrer). Mais on y trouve également de nombreuses frégates à col rouge. Ces oiseaux majestueux ont la particularité de gonfler leur gorge afin d’attirer les femelles.

52

En voyant ces deux petits gars , on peut pas s’empêcher de penser aux pingouins de Madagascar. Surtout à cette scène en fait !

51

50

Les fous à pattes bleues.

54

Cette petite escapade terminée , nous retournons sur le bateau afin de déguster les sandwichs offerts juste avant de partir faire du snorkeling pas loin de là. Une fois le masque et le tuba enfilés , nous partons en quête des fonds marins. Ils sont simplement splendides à cet endroit. Le nombre de poissons est impressionnant , nous ne savons plus vraiment où donner de la tête.

58

64

Après cette séance de communion avec la nature , nous repartons en direction de Puerto Lopez. Même si la journée fut fantastique , une grande déception reste cependant dans nos esprits. Nous n’avons pas vu de baleine….Mais alors que nous nous étions totalement résignés à vivre cela , l’incroyable survient ! Le bateau s’arrête. Je demande à la guide « Qu’est-ce qu’il se passe? » , elle me réponds « Une baleine. Mais on ne sait pas si elle va refaire surface. Il faut attendre un peu ». Nous attendons donc , à l’affût. 15 secondes , 30 , une minute , deux minutes , et là quelque chose d’énorme sort de l’eau. C’est notre copine qui nous montre son dos surplombée de son petit aileron. Une fois , deux fois , trois fois , puis plus rien. C’est court , certes , mais suffisant pour nous. Juste assez de temps pour l’observer et même prendre une photo. Certes , c’est moins impressionnant qu’un saut de baleine , mais cela nous suffit. Nous sommes les personnes les plus heureuses de la Terre et rentrons avec un sourire nous fendant le visage d’une oreille à l’autre.

55

Le soir , nous faisons la connaissance d’un groupe de Belges avec qui nous discutons et parlons de notre journée et nos voyages respectifs. La soirée s’achèvera sur la descente de quelques bières accompagnée d’une bonne dose de rire.

Le Parque Machalilla

Nous sommes également partis un jour visiter le parc national se trouvant à 10 minutes du village en bus. Un sentier permet d’y longer la côte et de s’arrêter sur 3 magnifiques plages. Seule la dernière (Playa de Los Frailes) permet d’aller nager car les courants sont trop forts sur les deux autres. Sur le chemin , 2 miradors offrent une vue imprenable sur les environs.

info28 Infos utiles:

  • Pour aller au parc , prenez un taxi jusqu’au terminal (0,50 dollar/personne) puis un bus en direction de Manta (0,50 dollar/personne). Demandez au chauffeur de vous déposer à l’entrée du parc.
  • Le sentier pour aller à Los Frailes demande 2 heures de marche. Pour revenir , prenez la piste et marchez pendant environ 30 minutes.
  • Prenez de quoi vous hydrater et vous couvrir , car il fait très chaud et le soleil tape fort.
  • Pour venir , vous pouvez prendre les mêmes moyens de transport qu’à l’aller ou arrêter un taxi devant l’entrée du parc (pick-up blanc et vert). Cela nous a coûté un dollar/personne et le taxi nous a posés au centre du village. Nous ne savons si ces taxis peuvent être pris pour l’aller également.

 

61

Le premier mirador : Islote Sucre.

La playa Prieta.

La playa Prieta.

65

Playa Tortuguita.

La playa Tortuguita.

La playa Tortuguita.

67

La playa Tortuguita.

68

Mirador de los Frailes.

70

La playa Los Frailes.

La plongée

Seul Alain a fait cette expérience. Notre ami est parti une journée entière pour explorer les fonds marins. Nous n’avons pas d’images , mais ils sont splendides selon ses dires. Il a même eu la chance de voir les baleines sauter entre deux plongées (le salaud !).

info28 Infos utiles:

  • Un forfait sur la journée comprenant 2 plongées et la nourriture de midi coûte 100 dollars.

 

La photo de Teddy

 

69

Et c’est déjà le moment de dire au revoir à notre pote Alain. Presque 3 semaines , ça passe définitivement trop vite ! On espère que tu as apprécié ce séjour à nos côtés , et on compte sur toi pour passer toutes nos salutations aux potes à la maison !

 

Si vous aviez toujours rêvé de voir des baleines , venez à Puerto Lopez à partir de mi-juin. C’est le meilleur endroit en Equateur pour venir les observer. Et si vous souhaitez simplement rester tranquille à rien faire au bord de l’eau , c’est l’endroit rêvé également.

 

Au prochain article , nous vous emmenons dans la troisième plus grande ville du pays , la magnifique Cuenca

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Une réflexion au sujet de “— Puerto Lopez : la côte équatorienne —

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu