Charlex's World

— San cristobal de las casas : Bienvenue au Chiapas! —

Après notre longue escale entre Oaxaca et Puerto Escondido, nous changeons d’ambiance en délaissant la côte pacifique pour retrouver les montagnes et l’état du Chiapas. Bienvenue à San Cristobal de las casas !

Maladie quand tu nous tiens !

Pour venir jusqu’ici, ce ne fut pas vraiment la porte à côté. Depuis Puerto Escondido, il nous aura fallu prendre un bus de nuit qui dura quand même 12 heures et cela sur des routes de montagne. Le trajet se passa relativement bien et nous arriverons même à dormir quelques heures. Un exploit quand on sait qu’à chaque virage la force centrifuge t’envoie de chaque côté sans te ménager. Faut croire qu’on était fatigués ! Le petit bémol sera la température assez basse de la clim’ du bus. C’était pas faute de nous avoir prévenu ! Mais Alex, têtu comme un mulet, a tout de même voulu conserver son short fétiche durant le trajet (Ben…j’avais chaud, quoi…). Fétiche car c’est le seul qu’il porte depuis environ 128 jours. C’est un peu comme les enfants et leurs doudou, c’est très dur de lui prendre pour le laver sans qu’il ne fasse un gros caprice…
Bien sûr, cette température glaciale ne sera pas sans conséquence. Fraîchement débarqués à San Cristobal à 7h30 du matin, Alex ne se sent pas en grande forme. Nous mettons d’abord ça sur le compte de la fatigue mais après une longue bonne sieste, ce dernier commence à présenter des symptômes inquiétants. Les yeux vitreux, une sensation de froid intense, des courbatures mais surtout… Une fièvre dépassant les 40 degrés ! Environ 39,5 de moyenne et une pointe record à 40,3°C. On applaudit svp! Cela dura environ 3 jours (ce qui ne l’empêchait pas de continuer à balancer ses vannes pourries pendant tout ce temps) et passa grâce aux antibiotiques qu’on se trimbale depuis le début de notre voyage. C’était pas très rassurant mais maintenant no worries les amis, Alex court comme un cabri ! Et en plus il a fait laver son short !

Une ville haut perchée

Le premier constat en arrivant à San Cristobal est certainement le changement de température ! En effet, la ville se trouve à 2200 mètres d’altitude et est entourée de montagnes. Bon, c’est pas les Alpes non plus hein, mais ça reste des jolies montagnes. #enmanquedesalpes
Les bâtiments sont colorés comme la plupart des villes mexicaines, les rues sont pavées et le charme opère très rapidement. La rue Calle real de Guadalupe nous a tellement plu que nous avons du la parcourir environ une centaine de fois en 10 jours. Faut dire qu’on y trouve une pâtisserie française hors du commun… Entre les restaurants et le shopping, notre programme fut bien chargé. 

Pour les plus motivés, autrement dit le contraire de nous, il y a deux miradors d’où vous pouvez avoir une vue d’ensemble sur la ville. C’est pas que nous avons eu la flegme mais un peu quand même.

Mais alors Qu’avons-nous fait tout ce temps à San Cristobal ?

Non, car faut quand même préciser que nous sommes restés 11 nuits dans ce petit village. Hé bien les amis, au risque de vous décevoir nous n’avons pas fait grand chose. Nos journées se résumaient à peu près à ça: réveil à 8h30, petit déjeuner, séance de sport quotidienne en mode survivor, apprentissage de cours (nous sommes des élèves modèles et on se prépare pour le retour !), déjeuner et recherche d’emploi et…dîner avant de se mater un petit épisode de prison break (old school vous dites?) ! Voilà passionnant non ? Pour nous en tout cas, ça l’est. Il faut dire que dernièrement, nous ne sommes plus vraiment  »à fond » dans le voyage et avons besoin d’assurer nos arrières en ce qui concerne le retour qui se fait maintenant tout proche (et bizarrement on se réjouit!). C’est d’ailleurs à ce moment là que nous avons pris une autre décision, celle de ne pas aller au Guatemala. Le plan initial était de nous rendre au Guatemala après 3-4 jours à San Cristobal mais lorsque nous avons découvert que notre visa pour le Mexique était de 6 mois et non 3 mois, nous avons décidé de rester ici. Que voulez-vous… On adore ce pays, on s’y sent comme à la maison et nous avons envie d’y prendre notre temps. Le Guatemala doit être superbe mais ça ne sera pas pour cette fois ! Voilà maintenant vous savez tout. #3615mylifebonjour

Bon sinon, certaines journées nous avons quand même décidé de faire une entorse à notre programme quotidien passionnant et d’aller arpenter les alentours. 

Le musée des médecines maya

Nous commencerons par une balade, toujours dans la ville. Oui, il ne faut pas trop nous en demander non plus hein ! Ce musée, tant vanté par le guide pas du tout célèbre qu’est le lonely Planet, nous faisait de l’œil. Il faut savoir qu’à San Cristobal de las casas, la majorité des habitants sont des Indiens. C’est tout de suite visible et nous avons d’ailleurs l’impression d’avoir changé de pays. Les femmes notamment portent de longues jupes noires en poils d’animaux, des tissus colorés, ont les traits plus marqués et la peau plus sombre. En plus d’avoir un style vestimentaire particulier, les indiens appelés Tzotziles utilisent la médecine traditionnelle pour se soigner. Ce musée, bien que très petit, explique très bien (et en français svp!) les différentes plantes ou les différentes techniques pour soigner divers maux. Nous apprendrons d’ailleurs que pour soigner les maux de testicules, les araignées sont très utiles. Messieurs, à bon entendeur. Si vous avez du temps à San Cristobal, consacrez un peu de temps à cet endroit.

Pendant que Charline s’instruit, Alex fait le con…comme d’hab…

San Juan Chamula

A une vingtaine de kilomètres de San Cristobal se trouve un village qu’on peut qualifier de  »pueblo indigeno  »  soit de village indigène. Bilingues de ouf! On vous a dit qu’on rêvait presque en espagnol? 😀 Ce village abrite en grande majorité des Indiens ayant des rites particuliers. Nous décidons de nous y rendre un dimanche, jour de marché. Dépaysement garanti ! Des indiens portent d’énormes fourrures blanches sur leurs épaules ceinturées à l’aide d’un tissu multicolore, des courses de chevaux se font à même le marché (même pas peur), les femmes allaitent leurs bébés et tiennent leur stand de brochette en même temps. Bref, ça faisait longtemps que nous ne nous étions pas sentis autant en décalage. Un peu sur une autre planète vous voyez ?

Mais ce qui attire principalement ici n’est pas le marché mais bien l’église. Encore une église ? Oui mais promis, celle-ci n’a rien de comparable avec les autres. Après s’être acquittés du ticket d’entrée, nous pénétrons à l’intérieur de ce lieu de culte si particulier. Le sol est recouvert d’épines de pin et de milliers de bougies (cocktail incendiaire, vous dites?). Le spectacle est irréaliste et nous n’avions jamais rien vu de tel. Les fidèles sont agenouillés et prient sans relâche. Cette religion absolument unique mélange leurs croyances ancestrales au christianisme. Ils continuent entre autres d’allumer des bougies pour éloigner les mauvais sorts ou chose un peu improbable pour nous, ils boivent des litres de coca, ce qui permet de roter plus facilement. Roter ? Oui, car cela permettrait d’éloigner les mauvais esprits. Cet endroit est absolument envoûtant et l’énergie qui se dégage de ce lieu est magique. Bien sûr, les photos sont interdites à l’intérieur de ce lieu de culte.

D’ailleurs, évitez les photos tout court ! Touts contents de voir cette course de chevaux dans les rues, nous avons voulu immortaliser le moment. Mais Alex s’est fait passer une brossée monumentale par un indien pas content. Apparemment, il est interdit de photographier ou filmer tout ce qui touche au culte ou aux traditions, y compris les gens en habits traditionnel. Donc un conseil, rangez vos appareils, ils ne sont pas commodes dans le coin ! D’ailleurs, l’accueil dans ce village n’a rien à voir avec le reste du Mexique vu jusqu’à présent. Nous avons trouvé les gens très froids et pas souriants du tout. L’espace d’un instant, nous nous sommes sentis de retour en Bolivie, c’est dire ! Cependant, ce comportement peut être tout à fait justifié quand on imagine le nombre de touristes leur tirant le portrait comme si c’était des bêtes de foire…

Le canyon de Sumidero

Cette fois-ci, nous avons décidé de sauter le pas et de nous éloigner un peu plus de la ville de San Cristobal en nous rendant au canyon de Sumidero. Têtus comme des mules, nous décidons de nous y rendre par nos propres moyens et d’éviter au maximum de nous joindre à un groupe de tour organisé. Finalement, cela coûte plus cher… Le trajet est encore une fois très simple et les mexicains sont tellement adorables qu’ils nous tiennent presque la main pour nous emmener dans la bonne direction.

Dans le bus, nous ferons la connaissance de deux israéliennes légèrement …perchées. Tu vois le style hippie qui ne s’est jamais rasé sous les bras et a du THC plein le cerveau? Sympas mais quelque peu…odorantes tout de même! On avait l’impression qu’elles ne s’étaient même pas renseignées avant de partir. Aucune idée du fait qu’il fallait changer de bus, ni de où s’arrêter, combien payer, etc. Remarque, si tu ne te renseignes pas et qu’en plus tu ne parles pas un mot d’espagnol (sans exagération), tu espères quoi?

Bref, une fois débarqués sur la place centrale de Chiapa de Corzo, un homme nous aborde pour nous proposer un tour de bateau. Le prix est bien celui auquel nous nous attendions donc nous n’hésitons pas longtemps avant de le suivre. A noter d’ailleurs que c’est un réel plaisir de voyager dans ce pays tant les gens sont honnêtes! Il est bien loin le temps de l’Inde ou nous devions vérifier notre monnaie à chaque transaction ! Nous avons a chance de nous retrouver dans un petit bateau avec seulement une dizaine de personnes. Certains sont bien plus remplis que le notre. La balade en bateau dure environ 2 heures et traverse le Canyon de Sumidero dans son intégralité avant de revenir en arrière. Nous ne nous attendions pas à quelque chose en particulier et quelle bonne surprise! Dès les premiers mètres, nous sommes sidérés! Ce canyon est d’une beauté extraordinaire et ses falaises vertigineuses ont de quoi nous donner le vertige. La faune est très présente et nous avons également la chance d’apercevoir un joli petit singe, des crocodiles par dizaine, des pélicans….

La touriste chinoise par excellence.

Nos yeux n’en reviennent pas jusqu’au moment ou nous nous retrouvons face à des milliers de déchets flottant dans l’eau. Le batelier, qui est également le guide, nous explique que ce phénomène est très fréquent lors de la saison des pluies. En effet, les déchets des grandes villes alentours viennent se déverser ici. L’image que nous avons face à nous est terrifiante. Le bateau doit se frayer un passage au milieu des bouteilles en plastiques et des boites de conserve. Cela donne presque envie de pleurer.

Promis, après avoir vu une telle horreur, Charline ne rechignera plus à trier ses déchets en Suisse! Même s’il est peu probable qu’une chose comme ça se trouve dans le lac Léman!

La balade continue jusqu’à une cascade merveilleuse sous laquelle notre guide passera…sans prévenir! Enfin, peut-être qu’il a prévenu mais nos oreilles n’ont pas entendu. Bref, Charline appareil photo en main était ravie ! Trêve de plaisanterie, nous ne savons que dire de cet endroit. C’est une merveille de la nature comme il est rare d’en trouver. Mais c’est en même temps terriblement triste d’assister à un pareil spectacle. Si vous êtes dans le coin de San Cristobal, ne ratez pas la visite! Ne serait-ce que pour se rendre compte à quel point l’homme détruit tout ce qu’il touche…

Alex a du se démener parfois pour voir devant lui vu la parabole que cette chère dame se trimbalait sur sa tête!

La cascade d’El Chiflon

Alors là, nous avons fait les foufous! Nous nous sommes rendus à 2h30 de route de San Cristobal avec un américain de notre auberge nommé Josh, soit 5 heures aller-retour dans la journée .#appellemoieinstein #prixnobeldemaths . Cette cascade, lors de la saison sèche (soit pas du tout en ce moment) possède différents niveaux avec des bassins d’eau turquoise où il est possible de se baigner. Or, nous sommes actuellement en octobre et pas vraiment dans la période idéale. Les bassins se sont révélés être plutôt …couleur café! On repassera pour le bleu turquoise. Cela n’empêche pas l’endroit d’être d’une beauté extraordinaire. Le chemin, bien qu’un peu trop bétonné à notre goût,  se trouve presque en pleine jungle. Mais surtout le débit de l’eau est complètement ahurissant. Il s’agit là de la cascade la plus impressionnante qu’il nous ait été donné de voir.

Nous resterons un moment à nous balader sur ce site avant de remettre les voiles vers notre cher et tendre San Cristobal!

Bien que cela n’était pas du tout ce à quoi nous nous attendions, nous n’avons pas été déçus du tout. La puissance de cette cascade nous a fait nous sentir minuscules. Même si c’est assez quotidien pour Charline… La route est longue mais le jeu en vaut la chandelle!

Ah San Cristobal. Pour nous ce fut une routine retrouvée l’espace d’un instant, des jolies rencontres dans le patio de notre auberge, des moments de détente dans le hamac, des superbes saveurs aux différents restaurants de la ville et des escapades magnifiques dans la nature. Bref, cet endroit aura marqué notre voyage au Mexique. Un de plus.

 

A suivre: Changement de climat et direction Palenque, célèbre site maya situé en pleine jungle…

 

info28 INFOS UTILES

Transport:
  • Bus compagnie ADO Puerto Escondido – San Cristobal de las Casas : 433 pesos pour 12 heures de route. Bus de nuit uniquement. Prévoyez un pull, ça caille là dedans! Le prix varie beaucoup en fonction des jours alors checkez ça le plus à l’avance possible.
  • Pour se rendre au canyon de Sumidero: Minibus de San Cristobal (à prendre à coté du terminal ADO) au croisement de Chiapa de Corzo: 55 pesos pour environ une heure.
    Puis bus pour Chiapa de Corzo : 6 pesos. Pas d’inquiétude, les chauffeurs savent exactement où vous devez descendre! Si jamais, un tour revient à 300/personne tout inclus, ce qui revient un peu moins cher que de le faire seul.
  • Pour se rendre à San Juan Chamula: Collectivo de San Cristobal à San Juan Chamula depuis le terminus de collectivo au Nord de la ville (visible sur Maps.me). Comptez environ une heure et 36 pesos A/R.
  • Pour vous rendre à la cascade de El Chiflon, prenez un minibus (derrière le terminal ADO) en direction de Comitan puis depuis là un bus en direction d’El Chiflon (à Comitan, l’arrêt est en face, de l’autre côté de la route). Une fois arrivés, il vous reste 2 kilomètres à parcourir. Vous pouvez prendre une sorte de mototaxi pour 10 pesos/personne.
Hébergement:
  • Hostal Casa Gaia : 370 pesos/nuit pour une chambre double avec SDB commune. Auberge très bien située et très propre. Petit déjeuner inclus (oeufs, pain, fruits) mais c’est à vous de le cuisiner et de faire votre vaisselle. Lieu propice aux rencontres mais préférez la chambre la plus éloignée car ça peut vite être bruyant .
Loisirs:
  • Entrée au musée de la médecine traditionnelle maya: 25 pesos. La visite dure environ 30 minutes maximum.
  • Canyon de Sumidero: comptez 200 pesos/personne pour 2 heures de balade en bateau à travers le canyon. Préférez les petits bateaux. Toutes les agences proposent les mêmes tarifs.
  • Cascade El Chiflon : L’entrée est de seulement 30 pesos et la balade dure environ 1 à 2 heures. Comptez plus si vous êtes en saison sèche et que vous avez la possibilité de vous baigner.
Restaurants:
  • Le Cocoliche: QG de San Cristobal! Les plats sont variés (salades, soupes, pâtes, plats asiatiques…) et c’est délicieux. Une bonne adresse à noter.
  • Le bangcook thai street food: De la cuisine thaïlandaise comme on l’aime. A consommer sans modération!
  • El argentino: Si vous êtes en manque d’un bon steak c’est the place to eat! La viande est savoureuse. Les prix sont élevés pour le Mexique mais ça les vaut largement.
  • El horno Magico: La superbe pâtisserie française. Nous n’avons pas tout goûté mais tout est savoureux et digne d’un grand pâtissier français. Un pur délice à consommer…avec modération!
  • Te quiero Verde: Petit restaurant végétarien tenu par un couple mexicano-belge. Les plats sont bons et pas chers du tout. Petit coup de cœur pour le curry de légumes et les pâtes pesto.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Menu