Charlex's World

— Sucre : la ville blanche —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Après une brève pause au sein du parc national de Torotoro, nous avons décidé de nous rendre dans une ville bien connue de Bolivie, Sucre (prononcé « soucré » – de vrais hispanophones on vous dit !).

24

Notre arrivée à Sucre

Vous vouliez savoir comment s’est passé ce trajet ? Hé bien il ne fût pas de tout repos. Étant à Torotoro juste avant nous avons du repasser par Cochabamba. Nous avions vu sur notre gps qu’il existait une route allant directement à Sucre et qui évite de revenir en arrière. Mais après s’être bien renseignés, nous avons appris qu’il s’agit d’une piste. Apparemment, la route est magnifique, mais très peu empruntée. Il est donc très difficile de trouver un chauffeur acceptant de faire ce trajet et le tarif est beaucoup plus élevé (entre 600 et 1000 bob pour 10h de piste d’après ce qu’on nous a dit). Qu’à cela ne tienne faisons demi-tour. Direction donc Cochabamba.

Vue depuis la Recoleta.

Vue depuis la Recoleta.

Le trajet de l’horreur

Ayant pris un bus local à l’aller et n’ayant eu aucun souci, nous avons préféré le bus au collectivo pour le retour. Mais ça , ce n’était définitivement pas la meilleure des solutions.
6 h du matin, la fête ayant battu son plein dans le village, nous embarquons directement dans ce bus avec les locaux rescapés…ils suintaient tous l’alcool comme s’ils avaient passé 4 jours à la Fête de la Bière de Munich. Certains d’entre eux manquent même de s’étaler par terre en montant dans le bus. Au réveil , ces relents auraient pu nous faire vomir.
S’il n’y avait eu que ça. Rajoutez a ça que nous avons du batailler pour que nos backpacks ne soient pas mis sur le toit. L’excuse du type : « Y a d’autres sacs qui arrivent. » Réponse d’Alex : « Ben t’as qu’à mettre ceux-là sur le toit ! Il est où le problème ? ».

Autre élément on ne peut plus énervant: la conn….la mamita derrière nous qui mettait des coups de pied dans le siège de Charline durant quasiment tout le trajet et qui râlait dès que cette dernière baissait un peu son dossier. Cette conn…mamita avait d’ailleurs un gamin de 8 ans sur ses genoux (oui car en Bolivie on prend un siège pour deux et on râle ensuite parce qu’on a pas assez de place) qui avait du déféquer dans son pantalon vu l’odeur fétide…bref, ça a duré 6 heures. Ce fut long….très long !
Une fois arrivés à Cochabamba,  nous sommes allés admirer la place centrale et avons profité de l’après-midi pour se poser dans un café,  se reposer et geeker un peu.
Le bus qui doit nous mener à Sucre est un bus de nuit. Nous n’avons pas manqué de comparer toutes les compagnies de bus du terminal et avons jeté notre dévolu sur celle qui nous paraissait la plus avantageuse.
Ça c’était sur le papier. La dame de l’office nous promettait un bus cama (sièges fortement inclinables XXL donc) avec une vue panoramique. On se disait aussi que ça puait un peu une prestation de ce type durant 8h de trajet pour 30 bob (soit environ 4 euros). Mais on y a cru !
Nous avons finalement échoué dans un bus « semi cama » (quoique peut-être même pas en fait).  Précisons que nos sièges à nous ne s’inclinaient seulement que de 3 cm à peine…Bref, encore un trajet quelque peu désagréable mais rapide. Josh a d’ailleurs eu la surprise de trouver quelqu’un à sa place. Nous vous avions déjà parlé des doubles ventes de billets , non ? Ben voilà…S’en est suivi un bon petit passage de savon de la responsable devant le bus entier. Celle-ci ne faisait pas la maligne à ce moment précis.

A 4h30 du matin,  nous voilà à Sucre.

33

info28 Infos utiles :

  • Trajet Torotoro – Cochabamba: en bus, il faut compter entre 4h30 à 6 heures / 25 bolivianosIl est possible de le faire en collectivo pour 35 bolivianos (plus rapide).
  • Bus de nuit Cochabamba -Sucre: 8 heures de trajet en semi cama, 30 bolivianos avec la compagnie: 6 De Octubre. On ne vous la conseille pas.

Sucre, la capitale constitutionnelle de Bolivie

S’il y a une seule ville à voir en Bolivie, c’est celle-ci.  Elle est d’ailleurs considérée comme la plus belle du pays. Elle attire énormément de touristes du monde entier. Rien d’étonnant à cela vu sa beauté. Le style colonial et le climat idéal tout au long de l’année font de Sucre un endroit très agréable à visiter. Nous n’avons donc pas rechigné à l’arpenter.

La plaza 25 de Mayo

C’est la place principale de la ville. Elle est calme, arborée et les boliviens aiment se retrouver ici. Elle est bordée de magasins de souvenirs, de café et de restaurants.
Cette place est magnifique de jour comme de nuit.

22Une chose nous a en revanche choqué. Dès que le soleil tombe, des dizaines d’enfants s’y retrouvent et utilisent des craies de couleurs pour faire des dessins sur le sol afin de gagner une petite pièce.
Ce spectacle est attristant. Même si nous avons l’habitude de côtoyer la pauvreté depuis que nous sommes en Bolivie (c’est le pays le plus pauvre d’Amérique du Sud…), nous n’arrivons pas à rester insensible face à cela. De plus , nous ne pensions pas en voir autant dans la ville la plus riche du pays. Oui , car la plupart des habitants de Sucre (du centre du moins) vivent très bien , et cela se voit sur leur apparence.

El cementerio general

Quoi ? Visiter un cimetière ? C’est quoi cette idée glauque et tordue ? Oui, oui vous avez bien lu. Nous sommes partis visiter le cimetière de Sucre. Entendons nous bien, ce dernier n’a rien en commun avec nos cimetières.
Il est beau et ressemble plus à un parc qu’à un cimetière ! C’est très arboré, très vert, les oiseaux chantent ; même les étudiants viennent ici pour étudier sur les pelouses. Il faut croire que les boliviens n’ont pas la même approche de la mort que nous. Bref, il y a de la vie malgré la nature de l’endroit…
Les plus riches sont enterrés au sein de véritables mausolées, dont certains ressemblent même à des monuments grecs. Ils sont énormes et splendides.

21 20
En se baladant dans ce lieu si spécial , nous tombons cependant sur une chose qui nous interpelle quelque peu : des hauts murs contenant des centaines de casiers superposés derrière des vitres en verre. Les noms des défunts et les dates sont marqués sur chacun d’entre eux. Des dizaines et des dizaines d’allées comme celles-ci s’étendent à perte de vue Le plus dur est de voir que dans un certain nombre de ces casiers se trouvent des enfants. Ces casiers sont ornés de photos, de jouets, de fleurs fraîches…Un vrai brise-cœur.
En se baladant un peu plus profondément dans le cimetière , on trouve de véritables HLMs de cercueils , toujours disposés en hautes parois. Certaines sont si hautes qu’une échelle ou une passerelle est nécessaire pour y accéder.

19Cela peut paraître bizarre, voire glauque d’aller visiter ce genre d’endroit , mais nous avons trouvé cette visite très intéressante. En effet, il est prenant de voir à quel point les boliviens vouent un culte particulier à leurs défunts et à quel point ce cimetière est différent des nôtres, qui sont quelque peu plus morbides. Nous devons d’ailleurs pas être les seuls car il est même proposé d’en faire une visite guidée. Si si !

El Mercado central

Encore un marché ? Hé oui, nous adorons les marchés ! L’agitation, le bruit, les couleurs,  les odeurs (pas toujours….). Tout y est pour se sentir immergé en Bolivie. C’est l’endroit parfait pour faire ses courses pour 3 fois rien 🙂 C’est également l’endroit parfait pour manger le midi. Nous avons passé notre tour pour cette fois sur ce point.

16

Le Parque Bolivar

Ce parc un véritable havre de paix au sein de Sucre. Il ressemble à nos parcs européens et devinez ce qu’on y trouve ? La tour Eiffel ! Bon en miniature mais tout de même !
Ce lieu est idéal pour s’éloigner quelque peu de l’agitation citadine se trouvant à quelques dizaines de mètres. C’est un véritable poumon vert de la ville préservant son visiteur du bruit des klaxons et des odeurs nauséabondes de la pollution.

23

info28 Infos utiles :

Logement : selon les conseils des blogueurs de voyagesadeuxsacs , nous avons logé à l’hostal Pachamama.  Chambre triple propre, sdb privée avec de l’eau chaude, connexion Wi-Fi (qui prend 3 jours pour charger une page , mais Wi-Fi quand même !), grande cuisine à disposition, cour intérieure fleurie (avec table de ping-pong) et seulement 10 minutes à pied pour rejoindre le centre.

Une vraie bonne adresse si on met de côté l’amabilité inexistante du personnel. Attention à économiser l’eau quand vous faites la vaisselle ou vous risquez de recevoir une belle fessée en plus d’assécher la planète entière ! Si vous le pouvez , lavez votre vaisselle à la terre !
45 bolivianos/personne en chambre triple et 50 bob en chambre double.

Bref, comme vous l’aurez compris,  Sucre est une ville au charme qui ne nous a pas laissé indifférents.
Mais comme vous le savez aussi, nous ne sommes pas vraiment branchés  »ville ». Il était donc temps pour nous d’aller explorer ses alentours.

Las Siete Cascadas

Cet endroit n’étant marqué sur aucun guide, nous avons dû nous renseigner quelque peu avant d’aller découvrir ça.
7 niveaux cascades avec 7 bassins naturels aux abords de la ville, en pleine nature.
Départ donc tôt le matin pour profiter au maximum de cette belle journée ensoleillée.
Après avoir pris un bus local et avoir marché pendant 1 heure environ, nous arrivons face à la première cascade. Qu’on se le dise : il ne s’agit pas d’une énorme cascade mais le paysage est tout de même appréciable.

29 Une chose en revanche nous interpelle quelque peu : de nombreux déchets jonchent le sol et flottent dans l’eau. Les boliviens n’ont apparemment pas la même conception que nous du respect de la nature. Il est assez triste de voir cela dans un endroit si beau…le pire étant que des poubelles sont disposées à une dizaine de mètres à peine !
Nous ne restons pas à cette dernière cascade et continuons notre route. Nous passons la 2ème , la 3ème , puis arrivons rapidement à la 4ème cascade , bien plus propre.
SEULS. Celle-ci est de loin la plus belle à nos yeux.

3031 Nous n’irons pas plus loin car l’accès aux cascades suivantes s’annonce trop périlleux. Nous ne tenons pas à nous casser une jambe juste avant de monter sur l’Altiplano. Il faut escalader d’énormes rochers et bien sûr sans sécurité aucune. Nous resterons donc un bon moment dans cet endroit idyllique à se détendre, bronzer et même se baigner pour Alex.  L’eau étant quelque peu froide (pour ne pas dire gelée !) Josh et Charline furent moins courageux.

28

27

Mais comme dit le proverbe : « Toutes les bonnes choses ont une fin ». Un énorme groupe ne tarde pas à arriver (presque en fanfare) et se jette à l’eau en multipliant les bombes et les cris de fillettes à cause de la température de l’eau. Alex a d’ailleurs une forte envie de plonger pour aller les noyer. La quiétude si particulière que nous avions trouvé dans ce lieu se trouve rapidement entachée. Nous ne resterons pas plus longtemps. Asociaux ? Nous dirons plutôt égoïstes en ce qui concerne les lieux naturels. Quoiqu’il en soit , nous voulions garder en mémoire la magie de ce lieu.
Si vous voulez sortir un peu de l’agitation de Sucre sans aller bien loin, ce lieu est fait pour vous !

info28 Infos utiles :

Certaines agences de voyage proposent cette sortie , mais à des prix absolument scandaleux (jusqu’à 300 bob !) alors qu’il est très simple de s’y rendre seul.

  • Prenez le bus 12 à la Calle Junin (derrière le marché central) et descendez au terminus. Prix :1,50 bob pour 40 minutes de trajet.
  • Allez jusqu’au bout de la ligne , à Villa Alegria.
  • De là , marchez vers l’Est environ 200 ou 300 mètres , puis prenez le chemin descendant sur la gauche , soit vers le Nord. Vous devrez passer de l’autre côté dune colline en suivant la route avec un canyon sur votre gauche. Puis la route se transformera en chemin. Allez jusqu’à la jonction entre la rivière presque asséchée de ce canyon et une autre rivière un peu plus abondante. Remontez cette dernière sur 1 ou 2 km et vous arriverez à la première cascade.

La photo de Teddy

32

 

Si vous cherchez une jolie petite ville bolivienne ou que vous êtes fans de jolis endroits en pleine nature, Sucre s’avérera être un bon choix de parcours.

Au prochain article , nous vous réserverons le must de la Bolivie , et peut-être même un des highlights de l’Amérique du Sud toute entière. Mais nous ne vous en disons pas plus ; il vous faudra attendre quelques jours…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu