Charlex's World

— Tangkoko : un safari bien sympathique —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Suite à l’arrêt quelque peu décevant de Tomohon, nous espérions que notre prochaine destination améliorerait notre première impression de Sulawesi. Car franchement, pour l’instant, nous n’avions rien vu d’extraordinaire. Mais alors, comment ça s’est passé?

Notre arrivée à Tangkoko

Alors là, c’était mal parti. Heureusement, nous savions déjà qu’il était un peu compliqué d’arriver là. Mais nous avons remarqué que contrairement à ce que certains disent, après tout ce temps à voyager en cherchant les meilleurs plans, on commence à perdre patience de plus en plus vite quand quelqu’un essaie (pardonnez l’expression) de nous la mettre.
Nous devions donc nous rendre là depuis Tomohon. Entre Tomohon et Manado, pas trop de problèmes, c’est direct. En revanche, pour la suite, c’est une autre paire de manches.

Premier épisode : Tati Danielle

À Manado, nous avons dû changer de terminal de bus en prenant une Mikrolet (minibus locaux). Une fois à l’intérieur, une mamie nous fait comprendre qu’il faut qu’on paie 4000 IDR chacun. Du coup on se dit « ça doit être l’aide chauffeur » et on lui file l’argent. Mais ce qui nous étonne, c’est qu’elle sourit en nous disant merci et qu’elle met tout ça dans son sac. Mais nous ne relevons pas. Au terminal de bus, Tati Danielle sort et fait mine de s’en aller quand le chauffeur nous demande de payer. Là, Alex lui fait comprendre qu’il a déjà payé et dit à Tati de lui donner l’argent. Celle-ci maintient dur comme faire que nous mentons! Enfin bon, c’est ce qu’on croit… On parle pas trop le Bahasa encore… Et là, le chauffeur, ultra cool avec nous, commence à s’énerver contre la vieille, qui finit par le payer en faisant la gueule avant de s’en aller sans demander son reste. Franchement, là, même sur le coup, on en rigolait. On en revenait simplement pas… On a failli se faire racketer par une vieille peau!

 

À la sortie d’un premier bus jusqu’à Girian, on nous dépose à une gare de Mikrolet bien à l’extérieur de la ville. Nous avions entendu parler de cette arnaque : on vous dépose là et on vous demande de payer une blinde pour rejoindre le centre, où il faut prendre un autre moyen de transport. Mais même en le sachant d’avance, ça nous gonfle! Arrivés sur place, on nous débarque. Ça nous fait d’autant plus enrager que nous savons que le bus va en direction du centre. Une locale avec qui nous avons discuté dans le bus nous dit que c’est 1’000 IDR chacun pour aller au centre. Mais dès que nous sortons, les chauffeurs nous sortent pas moins de 20’000 IDR chacun! 20’000! À cette proposition, nous pouffons. Nous tentons de négocier mais nous savons déjà que c’est perdu d’avance. On arrive à descendre à 15’000 pour les deux, mais c’est encore trop cher pour ce petit trajet. C’est alors que nous décidons de les envoyer paître et que nous partons à pied. C’est à une heure de marche, certes, mais nous avons notre fierté et nous ne supportons pas ces mafias!
Après 5 minutes de marche, une Mikolet vide s’arrête à notre hauteur et nous propose 5’000 IDR chacun. Là, nous acceptons. C’est encore 5 fois le prix local, mais on ne fera pas mieux de toute façon et c’est le prix standard d’une Mikrolet en grande ville.
Une fois arrivés au centre-ville, on nous dépose devant le « terminal » de « jeeps » pour nous rendre à Batuputih, là où nous dormirons. La « jeep » est en fait une petite camionnette de chantier dans la benne de laquelle sont disposées des planches de bois faisant office de bancs. Le trajet qui s’en suit n’est pas très long (45 min) et se fait à l’air libre, ce qui est assez agréable.

Tangkoko national park

Nous avons logé au Tarsius Homestay que nous recommandons.

Le jour suivant notre arrivée, nous partons avec Jun (on sait pas trop comment ça s’écrit) faire une randonnée dans la jungle. 4h30, debout. La veille, Jun nous avait prévenu qu’un groupe de chinois risquait de faire la même chose, et qu’il valait mieux par conséquent partir un peu plus tôt que d’habitude.

A noter que Jun est un passionné de Nicolas Hulot. Ce dernier est passé par-là pour faire un documentaire et a loué les services de Jun. Du coup vous pouvez imaginer qu’aussitôt qu’il a su que nous parlions français, nous avons eu droit à du Nicolas Hulot à toutes les sauces!

Après un bon petit déjeuner, nous entrons dans le parc à 5h. Le but de ce petit « safari » est de voir un certain nombre d’animaux endémiques de cette région. Et ce sera un succès! Presque un 100%. Dans l’ordre, voici quels ont été nos compagnons durant cette excursion.

Les tarsiers

Vous vous souvenez de ces petits primates que nous avions déjà pu observer aux Philippines? Hé bien ce sont presque les mêmes. En fait, ceux-ci sont des cousins. Ils ne sont pas tout à fait pareils. Et contrairement à ceux de Bohol, ceux-ci sont énergiques! Ils sautent de branche en branche avec une agilité admirable. Rien à voir avec leurs cousins philippins léthargiques! En plus de cela, ils sont décidément trop mignons! Charline a d’ailleurs affirmé la chose suivante: « En rentrant, on adoptera un lama, un tarsier et un québécois. Comme ça on sera plus jamais déprimés! »

Les martins-pêcheurs

Ces oiseaux ne sont pas endémiques, ça n’empêche qu’ils sont beaux. Nous en avons aussi chez nous, même si nous les voyons peu fréquemment, et ceux-ci sont tout aussi magnifiques.

Le figuier étrangleur

Ce n’est pas un animal, mais un arbre étonnant. Il est grand, creux, et part dans tous les sens. Plutôt que d’essayer de vous le décrire, voyez par vous-même. D’ailleurs Jun, nous a fait un exposé complet du passage de Nicolas Hulot par-là, avec description du matériel utilisé pour son documentaire et tout ce qu’il faut!

Les macaques à crête noire

Nous, on les a baptisés simplement les « singes punks ». Ceux-ci sont endémiques de cette région. Ce fut un moment incroyable. Nous étions en train de faire une petite pause quand ceux-ci sont arrivés. Ils sont des dizaines et bientôt, ils nous entourent. Ils n’ont pas vraiment l’air de se préoccuper de nous et font leur vie comme si de rien n’était à 2 m de nous! Ils sont tellement nombreux que nous n’arrivons pas à les compter. C’est dingue! Et nous, là au milieu, nous n’en revenons pas et mitraillons avec notre appareil-photo. Inoubliable! A noter qu’il est visible qu’ils ne sont pas nourris. Ils ne viennent pas chercher de la nourriture, ne sont pas voleurs (Alex a laissé son sac par terre à une dizaine de mètres pendant 15 bonnes minutes sans que ceux-ci s’en préoccupent) et pas agressifs. C’était simplement génial. Charline a d’ailleurs failli rester avec eux, croyant qu’ils l’avaient acceptée dans leur tribu.

Envie d’un croissant?

Les calaos

Nous avions déjà vu des calaos quelque peu différents en Thaïlande. C’est toujours un plaisir d’observer ces oiseaux massifs. Le bruit qu’ils font en battant des ailes est impressionnant. De plus, leurs couleurs sont magnifiques.

Photo légèrement naze…

Les kuskus

Nous en avons vu deux, mais de très loin (trop loin pour une photo). Impossible de ne pas rire en voyant cet animal. C’est un croisement de Cid (le paresseux de l’Age de glace) et d’un ourson. Ça aussi c’est trop mignon (même si ça a l’air un peu stupide) et on ne le trouve qu’ici. Si vous le voyez de près, estimez-vous chanceux!

Source de l’image: ici.

Le seul animal que nous n’avons pas vu est une race de vipère, beaucoup plus difficile à observer étant donné sa couleur verte. Mais ce n’est pas grave, nous sommes ravis de cette expédition!

La photo de Teddy

Teddy au milieu des macaques!

Et alors, Tangkoko?

J’ai beau avoir cherché, impossible de trouver un jeu de mots avec « Tangkoko ». Si certains ont des idées, dites-le moi!

Ce lieu est surprenant. En partant dans la jungle, nous ne pensions pas voir autant d’animaux. C’est vous dire si nous avons été ravis! Si vous aimez la jungle et ce qu’elle renferme, Tangkoko est un lieu pour vous. sans compter qu’on y voit des espèces impossibles à voir ailleurs. Nous avons adoré et ne pouvons que le recommander!

 

Au prochain article, cap sur un lieu magique que nous attendons depuis longtemps: Tumbak!

 

info28 INFOS UTILES

Transports:
  • Bus Manado – Girian: 10’000 IDR chacun (+ les places pour les sacs si besoin). Le bus se prend du terminal Paal 2 et met 1h30.
  • Mikrolet Girian banlieue – Girian centre: n’acceptez pas plus de 5’000 IDR chacun. Le mieux serait de rester dans le bus jusqu’au centre, mais on ne sait pas si c’est possible.
  • Camionnette Girian centre – Batu Putih: 20’000 IDR chacun. C’est cher pour un trajet si court, mais là, impossible de négocier.

Hébergement:

  • Tarsius Homestay: 150’000 IDR/pers. avec 3 repas inclus. Juste à côté du parc à l’entrée de Batuputih, certes un peu sommaire, mais c’est propre et calme et le personnel est très accueillant.

Excursions:

  • Safari: 300’000 IDR/pers. au Tarisus Homestay, ce qui comprend l’entrée du parc pour la journée. Le prix semble standard pour tous les guides. Cela dure environ 5h et commence vers 5h du matin.
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu