Charlex's World

— Yogyakarta: un kraton & des poussins verts —

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Yogyakarta, ou Djodjia, yodja pour les intimes est une ville incontournable de l’île de Java. C’est donc sans surprise que nous avons décidé de nous y rendre…En bus public bien entendu! Après 8 heures interminables dans un bus minable (héhé), nous arrivons à destination…

En dansant la javanaise…

Le terminal de bus se trouvant à 5 km du centre de la ville, nous avons pris la ligne Trans-Jogya (bus public qui dessert la ville). Bien sûr, nous ne sommes pas déposés du tout où nous l’avions espéré et devrons marcher pendant près d’une heure, sac sur le dos à travers les rues de Yogyakarta par une chaleur humide phénoménale. Le contrôleur n’a pas dû bien nous comprendre…
Nous n’avions rien réservé mais avions une idée sur le quartier dans lequel nous voulions être. Le Sosrowijayan. En marchant, nous nous faisons aborder par un gentil monsieur qui souhaite nous montrer les chambres de son soi-disant cousin. Ce n’était finalement pas son cousin mais la chambre nous convenait parfaitement. Déjà, le nom nous plaît. La Javanaise. Ajoutez à ça, des tableaux de Serge gainsbourg dans tout l’hôtel et un proprio parlant un français irréprochable et voilà. Charlex’s content. Merci monsieur ! Et pour couronner le tout, ce dernier amènera même gratuitement Alex en scooter acheter des cartes sim locales à quelques kilomètres de là. Quand on vous dit que les Indo sont incroyables!

Non, c’est pas lui. Elle, c’est juste une mamie.

On se remet en marche!

Ça faisait un moment que nous ne nous étions pas trouvés dans une grande ville. Et ce qu’on aime nous ? C’est explorer à pied ! So, let’s go !

1er arrêt: le Kraton

Le Kraton est le nom donné au palais du sultan de Yogyakarta. Autour du palais s’étend une sorte de village « royal », entouré d’une très longue enceinte qui le clôt comme un monde à part, séparé du reste de Yogya.

Le seul hic, c’est que nous nous sommes plantés en beauté d’entrée et avons du repayer un ticket un peu plus loin pour visiter le  »vrai Kraton ». Oui car il y a 2 entrées…
Coup de bol pour nous. Nous sommes samedi, et aujourd’hui il y a un spectacle de marionnettes en ombres chinoises qui dure des heures. Nous prenons donc place et, bien que cela soit assez jolie à regarder, c’est surtout légèrement ennuyant quand tu ne parles pas le Bahasa. En revanche, l’arrière de la scène vaut le coup d’œil. Les musiciens et chanteurs se comptent par dizaines, sont habillés traditionnellement et le marionnettiste paraît réellement passionné.

Lui, un peu moins Mr je pionce en direct du spectacle…

Sinon, que dire de la visite en elle-même ? Hé bien, pour ne rien vous cacher, nous ne sommes déjà pas vraiment branchés musées en temps normal. Alors quand celui-ci ne comporte aucune explication ou très peu en Bahasa, nous trouvons rapidement ça très, mais alors très très…embêtant (pour ne pas être vulgaires).
Pour conclure, nous dirons juste que ce dernier vaut le détour pour ses spectacles.
En partant d’ici, nous tombons sur un groupe de jeunes étudiantes qui nous demande de nous interviewer. What ? Quelles stars ! Il s’agit en fait d’un exercice donné par leur prof d’anglais afin de communiquer dans la langue de Shakespeare 🙂 .
Ces dernières nous révéleront qu’elles rêvent de voyager comme nous le faisons, mais qu’elles rêvent particulièrement de se rendre un jour à Paris pour y voir un coucher de soleil sur la Seine…Ah Paris ! Bien que cette ville soit jolie, nous ne comprendrons jamais ce qui attire tant et fait tant rêver le monde entier…Si elle m’avait dit la dune du Pyla en France, j’aurais plus compris. Qui écrit a votre avis ? 🙂

2ème stop: Taman sari ou Water palace

Nous poursuivons notre chemin en direction d’un soi-disant incontournable de la ville. Le Water palace est sensé être complémentaire de la visite du Kraton.
Pourquoi sensé ? Hé bien, nous n’avons pas été vraiment conquis par ces deux petits bassins ridicules et ces murs moisis. Apparemment, la rénovation de cet endroit a consisté remplir deux bassins de flotte. A moins que le sultan aimât réellement cet endroit dans cet état, auquel cas quel cadre splendide!
Pour la petite histoire, c’est simplement l’endroit où se rendait le sultan pour se détendre dans les piscines au milieu des fontaines…Voilà, voilà. Passionnant.

Ok, la porte elle en jette quand même. Un peu.

3ème stop: la fabrique de batik

Après un lunch absolument infâme, ça commence à devenir intéressant. Nous vous déconseillerons d’ailleurs le restaurant Bu Ageng, tout de même conseillé dans le Lonely Planet! Sont-ils réellement allés y tester la nourriture? Ça nous étonnerait… Depuis notre arrivée à Yogyakarta, nous voyons des boutiques batik (héhé) partout. Batik ?

Le batik (mot javanais) est une technique d’impression des étoffes pratiquée dans des pays tels que le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Togo, la Chine, la Malaisie, l’Indonésie, l’Inde, Maurice, Madagascar, le Sri Lanka etc. « Le Batik indonésien » a été inscrit en 2009 par l’UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité1.

Le mot, d’origine javanaise, a la même racine que le mot titik, qui signifie « point ». (Source: Wikipédia – Ouep, nous sommes un peu fainéants sur ce coup-là…)

Cette visite s’avérera être très intéressante et en plus de ça, complètement gratuite ! Bien sûr, on vous proposera d’acheter des chemises ou des foulards mais sans jamais vous forcer la main 😉

4ème stop: le marché aux oiseaux

Notre dernier arrêt de la journée se fera dans un marché quelque peu original. Un marché aux oiseaux. Rien d’étonnant quand on voit le nombre de cages suspendues devant les habitations. Les habitants de cette ville en sont complètement dingues ! On trouve donc des cages de toutes les formes et toutes les matières mais surtout, on y trouve quantités et variétés pharaoniques d’oiseaux. Mais pas que. Un serpent gigantesque se trouve là, des chauve-souris, des lapins, chats, hiboux, varans, gecko…. Mais le plus insolite restera tout de même les poussins colorés. Une seule chose à dire: WHYYYYY ?

Très original…

Ce lieu est, au sens de Charline, un incontournable de Yogyakarta bien que nous devons avouer avoir quand même eu mal au cœur pour tous ces animaux enfermés…Pour Alex, bah…aussi beaux soient-ils, c’est des piafs quoi…C’est sympa pour une sortie en famille, mais de là à dire que c’est un incontournable…

Le cyclo-pousse, une première !

Mine de rien, nos jambes commencent à fatiguer. Plus de 4 heures de marche à arpenter les rues de Yogyakarta (en tongs) tout de même ! Nous décidons donc (surtout Alex) de prendre un taxi pour rentrer et d’éviter donc l’heure supplémentaire de marche. Bien sûr, aucun taxi à l’horizon. Mais un monsieur nous interpelle… En cyclo-pousse ! Nous décidons de tenter l’aventure mais devons avouer ne pas avoir très à l’aise. On est pas si légers quand même ! Le petit monsieur a un peu peiné pour nous conduire à destination. D’un autre côté, nous savons que c’est son travail et que c’est ainsi qu’il réussit à gagner sa vie….
En tout cas, ce qu’on peut vous dire, c’est qu’on a fait un heureux ! (qui n’a pas l’air si heureux que ça sur la photo, mais bon…)

Du street-art à Djodja

Une chose que nous n’avons pas précisée cependant, c’est que cette ville regorge de street-art. Et certaines œuvres valent vraiment le coup d’œil…

On a même trouvé Batman pour le grand bonheur d’Alex…

Et Borobudur et Pranbanam ?

Ceux qui connaissent Yogyakarta savent bien qu’un arrêt dans cette ville se fait principalement pour visiter les deux célèbres temples: Borobudur et Pranbanam. Nous avons un peu hésité (ou pas du tout pour Alex) avant de prendre la décision de ne pas nous y rendre. Bien que ces deux temples soient apparemment magnifiques, on doit avouer qu’après plus de 7 mois en Asie, nous sommes un peu blasés des temples…mais surtout, le prix nous a tout de suite refroidis. 30 dollars US pour les voir. On vous assure que 30 dollars ici c’est vraiment hors de prix, surtout pour une visite d’une heure…Franchement, nous avons préféré garder nos sous pour une activité Outdoor…(comme pour grimper un volcan par exemple!)

Bien que nous ne soyons pas forcément fans des grandes villes en général, Yogyakarta nous fut très agréable. Ses petites ruelles typiques, le sourire de ses habitants et ses marchés insolites nous ont charmés. Nous ne pouvons que vous conseiller de vous y arrêter! Mais ça ne sera pas pour ses monuments qu’elle aura retenu notre attention…

 

A suivre: Cap pour la grande aventure: Le Merapi sous toutes ses formes!

 

Pour remplacer la photo de Teddy, voici une photo complètement inutile que vous connaitrez peut-être déjà.

info28 INFOS UTILES

Transport:

  • Bus Pangandaran-Yogyakarta: 100’000 IDR. Environ 8 heures de trajet avec la compagnie Budiman. Seulement 2 bus par jour: 6h et 18 heures.
  • Bus terminal Giwangan – centre-ville: 3500 IDR/ personne.
  • Bus local: 3’500 IDR quel que soit le trajet.

Logement:

  • La javanaise: Chambre double avec SDB privée. Eau froide et wifi du tonnerre. Petit déjeuner inclus (pancake et fruits) pour 130 000 IDR. Très calme (mis à part pour ce qui est des minarets) et loin du trafic.

Loisirs:

  • Entrée Kraton: Attention il y a 2 entrées! L’entrée principale se situe à l’Ouest (et pas à l’angle Nord-Ouest), juste après le Gadri Resto. L’entrée coûte 10’000 IDR, + 1’000 pour un appareil photo.
  • Entrée Taman Sari: 7’000 IDR + 2’000 pour l’appareil photo. Temps de visite: 2 minutes!
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterPin on Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Menu